Adolescents: contre l’obésité, mangez plus souvent

Dernière mise à jour 18/10/13 | Article
Adolescents: contre l’obésité, mangez plus souvent
Une étude franco-finlandaise assez sophistiquée vient bousculer quelques idées trop vite reçues sur la meilleure fréquence des repas. Elle démontre que la manière dont nous nous alimentons a des effets sur nos gènes.

Combien de fois par jour? On dit et écrit beaucoup sur l’alimentation en général, et sur la bonne fréquence des repas en particulier. Il faut aujourd’hui ajouter à la liste la publication d’une étude menée par des chercheurs de l’Université de Finlande qui vient remettre en question ce que l’on tenait pour acquis. Cette étude vient d’être publiée dans la revue PLoS ONE et a été dirigée par Anne Jääskeläinen et Jaana Laitinen et menée par neuf chercheuses et chercheurs travaillant dans différentes institutions finlandaises et françaises

Deux collations en sus des trois repas

Les conclusions de ce travail original ne manqueront pas de surprendre: saviez-vous que faire cinq repas quotidiens réguliers (entendez un petit-déjeuner, un déjeuner et un dîner associés à deux collations) pourrait contribuer à protéger les adolescents contre l'obésité? Les chercheurs arrivent à cette conclusion en apportant la preuve que la fréquence des repas est de nature à moduler certaines des dispositions génétiques associées à l'obésité.

L’étude a porté sur 2215 garçons et 2449 filles réunis dans le cadre de la cohorte «Northern Finland Birth Cohort». Ils ont été suivis de la naissance à l’âge de 16 ans. Objectifs: identifier les facteurs de risque d’obésité en début de vie puis étudier l’impact de la fréquence des repas sur l'obésité et sur cette complication particulière qu’est le «syndrome métabolique». Les recherches portaient tout particulièrement sur les «variantes génétiques» connues pour être liées à l'obésité. Les auteurs ont pris en compte huit «polymorphismes nucléotidiques simples» (ou «SNP») à proximité de huit gènes connus comme étant des gènes de susceptibilité vis-à-vis de l’obésité.

Ne pas sauter le petit-déjeuner

Au final l’analyse montre que la prise de cinq repas par jour est associée à une réduction du risque de surpoids et d'obésité; et ce chez les adolescents des deux sexes. Ce modèle est en outre associé à un risque réduit d’obésité abdominale chez les garçons. Tout se passe comme si les cinq repas réduisaient la part jouée par la susceptibilité génétique. Avec, d’autre part, une confirmation: le fait de sauter le petit-déjeuner est bien associé à un indice de masse corporelle (IMC) ainsi qu’à un tour de taille plus élevés.

Les valeurs normales de l’IMC sont comprises entre 18 et 25. Les adolescents finlandais avaient en moyenne un IMC de 21,2 et cet indice était un peu plus élevé (21,9) chez ceux ayant un risque génétique d’obésité élevé. C’est sur cette base que les chercheurs ont observé séparément les différents modèles de repas.

Deux parents obèses = risque maximal

D’autres études ont récemment apporté la démonstration que le fait d’avoir des parents obèses augmente le risque d’obésité pour leurs enfants. Ou encore que si la mère prend plus de sept kilogrammes au cours des vingt premières semaines de sa grossesse le risque d'obésité chez son enfant sera statistiquement augmenté. Et ce risque est encore plus grand chez l’enfant s’il existe une obésité maternelle avant la grossesse. Il faut aussi ajouter un fait trop méconnu: l'obésité paternelle avant la grossesse est autant en cause que la maternelle pour ce qui est de l'obésité de l’enfant à l'adolescence. Concrètement, le risque est maximal quand chacun des deux parents a un IMC supérieur à 25.

Un message d’espoir

Pour Anne Jääskeläinen «ces résultats montrent qu’il est important d’adopter dès le début une approche familiale de la prévention de l’obésité». Mais ce travail démontre aussi que rien n’est irréversible et que chacun doit «être conscient que les effets des prédispositions génétiques peuvent être modifiés par des habitudes de vie différentes».L’étude délivre ainsi un message d’espoir: la démonstration que ce que l’on croyait hier encore comme étant inscrit de manière indélébile dans nos gènes peut être modifié par des habitudes et des comportements différents de vie – comme, ici, la fréquence des repas.

A LIRE AUSSI

Être parent
Vérités sur la croissance

Vérités sur la croissance

Beaucoup de parents se préoccupent de la taille de leur enfant. Comme quantité d’idées reçues circulent...
Lire la suite
Croissance

Des hormones pour grandir

Le retard de croissance des enfants ou des adolescents est parfois dû à un déficit de l’hormone de croissance...
Lire la suite
Haut potentiel
Ces personnes au potentiel hors norme

Ces personnes au potentiel hors norme

Plus qu’un phénomène de librairie, l’intelligence à haut potentiel est une réalité pour environ 2 à 5...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_junior_vegetarienne

«Ma copine est végétarienne»

A la cantine, de l'escalope de dinde est au menu du jour. Rose, à la place, mange du tofu car elle est végétarienne. Comme elle, de plus en plus d'enfants et d'adolescents renoncent à la viande, voire à tout produit animal. Mais au fait, est-ce bon pour la santé?
PULS_junior_puberte

La puberté, c'est quoi?

C'est une période de transition d'environ trois ans entre l'enfance et l'âge adulte. Petit à petit, sous l'effet des hormones sexuelles, le corps se transforme: les caractères sexuels secondaires (seins, poils) apparaissent et les organes sexuels se développent. C'est aussi l'avènement de la sexualité.
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_acne

Acné

L’acné est une maladie du follicule sébacé formé par la glande sébacée et le poil. À la puberté, la glande sébacée sécrète du sébum en excès et trop épais, ce qui obstrue son orifice. C’est ce qui s’appelle la séborrhée. Cela provoque alors des comédons ouverts –les fameux points noirs– et des microkystes blancs, aussi appelés comédons fermés. Apparaissent également des pustules et des papules qui sont des petits boutons fermes et lisses.

fiche_maladie_obesite

Obésité

L’obésité est une maladie qui augmente le risque de survenue d’autres maladies et réduit l’espérance et la qualité de vie. Les patients atteints de cette accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle nécessitent une prise en charge individualisée et à long terme, diététique et comportementale.