Parentalité et couple, les liaisons dangereuses

Dernière mise à jour 07/01/19 | Questions/Réponses
Aussi bénis soient-ils, les enfants ne sont pas toujours de bon augure pour la viabilité des couples. Ils peuvent même, dans certains cas, précipiter les parents vers la rupture. Comment concilier vie de couple et parentalité? Le Dr Robert Neuburger, psychiatre, thérapeute de couple et auteur de nombreux ouvrages, répond à nos questions.

     

Dans vos conférences et vos écrits, vous évoquez les risques des couples qui se transforment exclusivement en «équipe parentale». Qu’entendez-vous par là?

Dr Robert Neuburger Dans le passé, les rôles étaient distribués. La mère était cheffe à la maison, elle prenait les décisions et le père filait travailler. Le soir, le père rentrait, la mère lui expliquait que Totorin s’était mal conduit. Totorin se ramassait une baffe et le rôle du père était plus ou moins accompli. A travers l’émancipation des femmes et, surtout, la désexualisation des rôles professionnels, le clivage entre la société féminine et la société masculine s’est progressivement estompé. En réalité, les pères avaient auparavant peu accès aux questions liées à l’éducation de leurs enfants. Ils se sont donc engouffrés dans la brèche qu’on leur offrait et sont devenus des mères comme les autres. Nous nous sommes aperçus que non seulement ça ne les dérangeait pas de s’occuper de l’éducation de leurs enfants mais qu’ils y prenaient un réel plaisir. En ce sens, les féministes se sont fait doubler. Les hommes ont commencé à revendiquer leurs rôles à la maison et les mères se sont retrouvées dépossédées. C’est ainsi que l’équipe parentale a commencé à se constituer. Nous nous trouvons aujourd’hui dans une situation où il y a «deux mères» à la maison, deux mères dans le sens désuet du terme.

Une usine avec deux patrons?

Précisément, ce qui a considérablement permis de développer la profession de thérapeute de couple ! Je reçois de plus en plus de personnes qui viennent me consulter pour des problèmes de couple alors qu’ils n’en ont en réalité pas. Ils ont des problèmes de parents qui finissent par retentir sur le couple. Et c’est logique. Lorsqu’un couple se forme, l’un ne va pas dire à l’autre «J’adore ton modèle éducatif». Ils sont poussés l’un vers l’autre pour d’autres motifs. Lorsque l’enfant ou les enfants arrivent, les parents prennent connaissance de leurs divergences. Madame possédera par exemple une vision éducative plus stricte que Monsieur. Plus Monsieur se montrera laxiste, plus Madame deviendra rigide et au bout d’un moment, la dynamique deviendra intenable. S’ensuivra une dispute qui se répercutera sur le couple et parfois de façon très pernicieuse, c’est-à-dire dans la chambre à coucher.

Peut-on réellement différencier les problèmes des parents de ceux du couple?

Absolument. La rétorsion devrait toujours se situer au même niveau que la dispute. Notons que le couple ne fait aujourd’hui plus partie de la famille. Il est par conséquent impératif de ne pas le confondre avec la vie de famille. Hélas, de nombreux conjoints ne donnent plus suffisamment de temps et d’attention à leur couple. Ils font des activités en famille, mais de moins en moins ensemble, ce qui est compréhensible au vu de la société dans laquelle nous vivons. Les grands-parents sont souvent absents, les baby-sitters coûtent cher et les deux parents travaillent. Le problème, c’est que si vous oubliez votre couple, votre couple, lui, ne vous oubliera pas. J’entends fréquemment mes patients me dire «Je ne me sens plus exister dans mon couple», «Je ne me sens plus exister en tant qu’homme ou en tant que femme». Et là, nous ne sommes plus très loin de la rupture. Non seulement l’équipe parentale génère des clashs de visions éducatives, mais elle tend aussi vers une fraternisation des liens et dès lors vers une désexualisation du couple. Je ne dis pas que le couple n’est qu’une affaire sexuelle, loin de là. Mais une des grandes fonctions du couple est justement de permettre à l’autre de se sentir homme ou de se sentir femme.

Que faire pour dompter les désaccords entre «les deux mères» à la maison?

Il existe à mon avis deux possibilités. La parentalité complémentaire, où chacun est en charge de ce qu’il sait faire, ou alors, et c’est ce que je prescris le plus souvent, la parentalité alternative. Un chef à la fois. Une semaine maman est responsable de toutes les décisions liées à la maison, la semaine suivante c’est papa. Et pendant que l’un est en charge, l’autre est en vacances parentales, au niveau décisionnel. Cela peut prendre un petit moment à être mis en pratique, mais ça marche et permet d’adoucir grand nombre de conflits. C’est une idée qui m’est venue en observant les couples divorcés qui ont des gardes partagées. La parentalité alternative est aussi un bon moyen d’éviter toute une série de manipulations. Lorsqu’un parent est en charge, l’enfant ne peut plus aller solliciter l’autre, lui demandant ce qui vient de lui être refusé. De plus, elle permet de diminuer les différences entre les visions éducatives de chacun. La mère devient moins rigide et le père moins laxiste, tout simplement parce qu’ils sont seuls en selle et n’agissent plus par rapport à ce que le conjoint dit ou fait, mais par rapport à ce dont l’enfant a besoin.

_______

Paru dans Planète Santé magazine N° 32 - Décembre 2018

A LIRE AUSSI

Être parent
Vérités sur la croissance

Vérités sur la croissance

Beaucoup de parents se préoccupent de la taille de leur enfant. Comme quantité d’idées reçues circulent...
Lire la suite
Accidents
guerison_fracture_patience

La guérison d’une fracture demande des mois de patience

Le champion de MotoGP Valentino Rossi a repris la compétition trois semaines après s’être cassé la jambe....
Lire la suite
Croissance

Des hormones pour grandir

Le retard de croissance des enfants ou des adolescents est parfois dû à un déficit de l’hormone de croissance...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Enfants s'amusant ensembles

Nos enfants sont-ils surmenés?

Violon à deux heures, tennis à quatre. A l'image de leurs parents, de plus en plus d'enfants ont des agendas surchargés. Au point de ne plus avoir le temps de voir les copains.
Phobie: mon enfant ne veut plus aller à l’école

Phobie: mon enfant ne veut plus aller à l’école

Quel enfant n’a pas un jour eu envie de rester à la maison plutôt que d’aller à l’école? Chez certains toutefois, il s’agit moins d’un caprice passager que d’une véritable phobie scolaire, qui nécessite alors une prise en charge psychologique.
mon_enfant_psy

Mon enfant chez le psy

«Maman, j’ai mal au ventre!» Plaintes somatiques, agressivité ou tristesse, difficultés scolaires… les signaux qu’envoie un enfant pour dire qu’il ne va pas bien peuvent être nombreux. Parfois, le bon sens des parents, leurs ressources personnelles et les conseils de l’entourage ne suffisent pas pour décoder les difficultés ou aider l’enfant à les dépasser. Consulter un spécialiste peut alors être d’une grande aide. Quelques points de repère à l’attention des parents.
Videos sur le meme sujet

Les conséquences de la maltraitance faite aux enfants

A l’occasion de la présentation du film "Non, ce n’est pas moi…, Bastien Confino se penche sur la maltraitance faite aux enfants.

La méditation pleine conscience chez les enfants

Adrien Zerbini s'intéresse à la méditation pleine conscience chez les enfants.

L'influence de l'âge du père sur la santé psychique des enfants

Concernant l’influence de l’âge des parents sur la santé des enfants, c'est généralement celui de la mère qui est évoqué.
Symptômes sur le meme sujet
convulsions sur un bras d'enfant

Convulsions

Mon enfant a des convulsions