La montée en puissance du parent hélicoptère

Dernière mise à jour 31/10/18 | Article
montee_parent_helicoptere
Le mauvais parent fut longtemps celui qui se désintéressait de la vie de son enfant. Le parent absent. Celui qui délaissait son enfant à ses problèmes comme l’on jetterait une souris dans la fosse aux lions. Ce mauvais parent-là subsiste certes toujours, mais il s’accompagne désormais de son extrême opposé: le parent hélicoptère.

On les appelle «hélicoptères», «drones» ou plus littéralement «hyper-parents». Voulant le meilleur à tout prix, ils ne cessent d’intervenir dans la vie de leurs enfants. Que ce soit dans la façon dont il convient de construire un château de sable, d’interagir avec des camarades de classe ou, plus tard, de réussir un entretien d’embauche. Le parent hélicoptère est celui qui reste constamment à l’affût des problèmes que pourrait rencontrer son enfant. Pour le protéger, il se fait bouclier. Pour l’aider, il se substitue.

Hélas, à force de vouloir que son enfant devienne le meilleur sans jamais se faire de mal, le parent hélicoptère finit par lui faucher les ailes. «Il prend la place de son enfant, ne lui laissant pas l’espace nécessaire pour expérimenter son propre désir, explique la Dre Dora Knauer, pédopsychiatre et ancien médecin adjoint agrégé aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Trop intrusif, trop contrôlant, il devient, si nous poussons le tableau plus loin, un parent castrateur».

Apprendre à gérer ses frustrations

Outre-Atlantique, les débats sur la parentalité hélicoptère sont affaire courante et les études soulignant les effets délétères d’une parentalité surinvestie se démultiplient.

La dernière en date, publiée par The American Psychological Association, remonte à juin 2018. 422 enfants de 2 ans ont été placés avec leurs mères dans un laboratoire avec l’instruction de jouer puis de ranger une série de jouets. Les chercheurs ont désigné le groupe « hélicoptère » selon la fréquence et la manière dont les mères sont intervenues sur les gestes effectués par l’enfant au cours de l’expérience. Trois ans plus tard, la capacité de ces mêmes enfants à résoudre un puzzle dans un temps limité a été observée, ainsi que leurs réponses face à un partage de bonbons inégal. Les enfants du groupe hélicoptère ont montré davantage de difficultés à gérer leurs émotions que ceux des groupes témoins. Cinq ans plus tard, ces mêmes enfants ont à nouveau été évalués. Ceux qui avaient affiché de bonnes facultés à gérer leurs émotions et à réguler leurs comportements à l’âge de 5 ans, présentaient de meilleures aptitudes sociales et scolaires à 10 ans.

L’étude stipule un lien entre l’apprentissage de la gestion des émotions pendant la petite enfance et les chances de rencontrer par la suite des difficultés scolaires, sociales et psychologiques: «Savoir contrôler des émotions amplifiées peut renforcer les facultés de l’enfant à gérer sa frustration lors de travaux académiques difficiles et, de ce fait, favoriser la réussite de ces travaux», écrivent les auteurs de l’étude.

Dépressions, angoisses et suicides

Une étude publiée dans le Journal of Child and Family Studies en 2014, affirme que les étudiants issus de parents hyper-contrôlants sont plus enclins que d’autres à souffrir de dépression, de troubles de l’anxiété et à se montrer psychologiquement insatisfaits de leurs vies. Ancienne doyenne des premières années de l’Université de Stanford (USA) et auteure du best-seller How to raise an adult, Julie Lythcott-Haims va même jusqu’à suggérer que la parentalité hélicoptère serait une des causes possibles de la croissance du taux de suicide chez les adolescents de la région de Palo Alto. Berceau cossu de la Sillicone Valley, Palo Alto possède un taux de suicide à l’adolescence qui dépasserait de quatre ou cinq fois la moyenne du pays. «Nous passons beaucoup de temps à nous inquiéter des parents qui ne sont pas assez investis dans la vie de leurs enfants, leur éducation et leur croissance, et c’est justifié, écrit l’auteure. Mais à l’autre extrémité du spectre, il y a beaucoup de dégâts. Nous "micro-manageons" chaque instant de leur vie. Nous souhaitons que chaque activité réalisée soit enrichissante et utile pour l’idée préconçue que nous nous faisons de leur avenir. Ces enfants ne disposent plus une seconde pour jouer librement»1.

En effet, plusieurs études suggèrent un lien entre le développement des «capacités exécutives» de l’enfant et le temps passé à jouer librement. Les parents qui structurent et supervisent trop assidûment les activités de leurs enfants, défavoriseraient leur aptitude à travailler de façon productive et concentrée vers des objectifs autodéterminés.

Free-range children

Fustigée pour avoir laissé son enfant de 9 ans prendre le métro seul à New York, la journaliste américaine Léonore Skenazy fonde en riposte le mouvement Free-range children et publie, en 2009, un livre portant le même nom. Aux antipodes de la parentalité hélicoptère, Skenazy encourage les parents à oser laisser leurs enfants se construire une autonomie. «De nos jours, les parents ont perdu leur faculté de jugement du risque, estime-t-elle. Ils ne font plus la différence entre laisser un enfant marcher seul à l’école et le laisser traverser un stand de tir. Tout risque est perçu comme trop de risque. La seule chose que ces parents ne semblent pas réaliser, c’est que le plus grand des risques pourrait justement être celui d’élever un enfant qui ne rencontre jamais de risques».2

Pour la Dre Dora Knauer, un des problèmes majeurs du parent hélicoptère est qu’il se sent trop responsable. «C’est finalement un parent qui ne fait confiance ni à l’énergie positive du développement de son enfant ni à la société qui l’entoure».

_______

1. https://www.ted.com/talks/julie_lythcott_haims_how_to_raise_successful_kids_without_over_parenting?language=fr#t-137338

2. https://www.amazon.com/Free-Range-Raise-Self-Reliant-Children-Without/dp/0470574755

Paru dans Planète Santé magazine N° 31 - Octobre 2018

A LIRE AUSSI

Être parent
Vérités sur la croissance

Vérités sur la croissance

Beaucoup de parents se préoccupent de la taille de leur enfant. Comme quantité d’idées reçues circulent...
Lire la suite
Croissance

Des hormones pour grandir

Le retard de croissance des enfants ou des adolescents est parfois dû à un déficit de l’hormone de croissance...
Lire la suite
Accidents
guerison_fracture_patience

La guérison d’une fracture demande des mois de patience

Le champion de MotoGP Valentino Rossi a repris la compétition trois semaines après s’être cassé la jambe....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
bien_vivre_famille

Bien vivre en famille

L’été est propice aux retrouvailles familiales et au temps passé ensemble. A l’heure de la rentrée, comment faire pour que l’harmonie soit toujours au rendez-vous? Le regard d’une spécialiste de la famille.
apprendre_communiquer_bebe

Apprendre à communiquer avec son bébé

Même s’ils n’utilisent pas encore le langage, les nouveau-nés communiquent en continu à travers leur comportement. Apprendre à les observer permet aux parents de s’adapter à leurs besoins.
amour_maternel_biologie

L’amour maternel: une histoire de biologie, mais pas que

Présents réalisés avec amour, fleurs et mots doux, les mamans étaient à l’honneur ce dimanche. Mais d’où vient l’amour maternel? La réponse de la science.
Videos sur le meme sujet

L'influence de l'âge du père sur la santé psychique des enfants

Concernant l’influence de l’âge des parents sur la santé des enfants, c'est généralement celui de la mère qui est évoqué.

Le syndrome de Münchausen par procuration, une forme étrange de maltraitance

Les personnes qui souffrent du syndrome de Münchausen simulent tous les symptômes d'une maladie afin d'attirer sur elles l'attention des médecins et des soignants.

Gros plan sur l'aliénation parentale

L’aliénation parentale est une problématique liée à la séparation et à la garde de l’enfant.
Symptômes sur le meme sujet
convulsions sur un bras d'enfant

Convulsions

Mon enfant a des convulsions