Bien préparer ses vacances en famille

Dernière mise à jour 13/06/12 | Article
Tongs pour toute la famille
Partir en voyage avec ses enfants sans mettre en danger leur santé et en évitant le plus possible les mauvaises surprises sont la priorité de tous les parents. Pour répondre aux questions que suscitent les départs en vacances, nous avons joint le Pr Blaise Genton, médecin chef au Service des maladies infectieuses du CHUV et à la Policlinique Médicale Universitaire à Lausanne. Il répond à nos interrogations sans détour.

Peut-on voyager dans n’importe quelle partie du monde avec ses enfants?

Oui, on peut aller partout, mais le type de séjour doit être adapté à l’enfant, à sa capacité à supporter la chaleur, l’altitude, l’effort. On ne voyage toutefois pas avec un bébé de moins de six semaines en avion.

De manière générale, il faut prendre les précautions suffisantes pour assurer le confort de son enfant: il est important de ne pas l’exposer au soleil entre 11 et 15 heures, de bien le protéger du soleil (port de vêtements UV, de chapeau, de lunettes de soleil, crème solaire) et des moustiques (qui peuvent transmettre des maladies comme la malaria, la dengue, la fièvre jaune), de lui donner à boire régulièrement pour éviter tout risque de déshydratation (qui survient plus rapidement chez l’enfant). Et faire preuve de bon sens. On n’emmène pas un tout jeune enfant marcher des kilomètres dans le désert… Les activités aussi doivent être adaptées à sa résistance physique, en fonction de son âge.

N’y a-t-il jamais de restrictions médicales selon l’état de santé de l’enfant?

Il peut y en avoir, comme pour les adultes. Mais les enfants souffrent moins de maladies chroniques. Le cas échéant (présence d’asthme par exemple), il faut avoir avec soi les médicaments nécessaires, en quantité suffisante et à plusieurs endroits (dans la valise et dans le bagage à main). Il peut être utile également de faire rédiger un certificat médical à son pédiatre (ou une ordonnance) qui indique la maladie et les substances génériques des médicaments prescrits.

Quelles autres précautions faut-il prendre?

Dans le cas où on n’allaite pas son bébé, il faut veiller à pouvoir préparer un biberon en tout temps dans des conditions d’hygiène satisfaisantes. Si on prévoit des trajets en voiture, il faut s’équiper d’un siège-bébé adapté à son âge. En avion, des «baby-baskets» sont généralement mis à disposition. Veiller à ce que lors de la descente (en vue de l’atterrissage), le petit enfant ait de quoi téter ou mâcher pour égaliser les pressions dans l’oreille. S’il a un petit rhume, il est bien de prévoir des gouttes nasales, la climatisation dans les avions pouvant assécher ses muqueuses.

Que faut-il faire si l’enfant tombe malade à l’étranger?

Il est préférable de consulter rapidement un médecin. Au retour, en cas de fièvre, il faut tout de suite aller chez son pédiatre. La malaria, par exemple, se traite très bien, mais à condition d’être soignée assez vite!

Est-il moins risqué de partir pour un court séjour que pour une longue durée?

Pas vraiment, non. Contrairement à ce que les parents croient souvent, l’enfant s’adapte plus facilement si le séjour est long. Ils ont le temps de trouver des repères et des habitudes, notamment pour ce qui est du sommeil.

Qu’en est-il de la vaccination des enfants lorsqu’on envisage de s’envoler vers un pays lointain?

L’enfant doit avoir fait ses vaccins de routine. Pour recevoir des vaccins tropicaux, il doit être âgé de 9 mois au moins, comme pour celui de la fièvre jaune par exemple. Certains vaccins sont spécialement recommandés chez les enfants (la rage par exemple). Car ces derniers sont souvent très attirés par les animaux qu’ils rencontrent et sont tentés de les toucher ou de jouer avec. Les effets secondaires potentiels des vaccins sont les mêmes que chez l’adulte. Mais la peur de la piqûre, avec parfois la nécessité de faire plusieurs injections, reste certainement l’obstacle le plus important à dépasser.

La consultation pré-voyage des familles avec enfants a lieu au Centre de vaccination et médecine des voyages de la PMU. Elle propose des conseils spécifiques de prévention aux familles et permet la planification des vaccins nécessaires. Il est conseillé de prendre rendez-vous quatre à six semaines avant le départ. Les vaccins peuvent également être effectués chez le pédiatre, mais il faut se renseigner.

A LIRE AUSSI

Soins du bébé
peau_enfant_benignes

Maladies de peau chez l’enfant: fréquentes et souvent bénignes

On parle souvent d’une «peau de bébé» en référence à une peau douce et parfaitement lisse. Pourtant,...
Lire la suite
Accidents
langue_blessé

Sortir la langue d’un blessé, un geste inutile et dangereux

La langue est un organe solidement attaché dans la bouche. Une personne en perte de connaissance ou en...
Lire la suite
Être parent
Sexualité: quand l’enfant s’éveille

Sexualité: quand l’enfant s’éveille

Les parents se sentent souvent démunis face aux comportements et questions des jeunes enfants qui découvrent...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PS40_instinct_parental_neurones

L'instinct parental, une histoire de neurones

Lauréate du Breakthrough Prize 2021, la neurobiologiste Catherine Dulac a mis au jour les réseaux neuronaux qui contrôlent l’instinct parental chez la souris. Une organisation du cerveau présente à la fois chez les mâles et les femelles.
Illustré_retour_jeunes_nid

Famille: le retour inattendu des jeunes dans le nid

Privés de cours en présentiel, de nombreux étudiants des grandes écoles reviennent vivre chez leurs parents. Pour le meilleur ou pour le pire? Interview de la Dre Katharina Auberjonois, responsable de la Consultation psychothérapeutique pour familles et couples aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
LMD_couples_médiation

Couples: les neurones aiment la médiation

Comment la médiation agit-elle sur le cerveau des couples en conflit? Pour la première fois, des chercheurs en sciences affectives de l’Université de Genève (UNIGE) ont testé ses pouvoirs, avec des résultats étonnants.
Videos sur le meme sujet

Le point sur le syndrome du bébé secoué

Anne Baecher fait le point sur les dernières connaissances relatives au syndrome du bébé secoué.

Bébés secoués: un drame sans fin

Le syndrome du bébé secoué fait des dizaines de victimes chaque année en Suisse. Ce n’est pourtant que la pointe de l’iceberg. D’autres passent inaperçus mais développent plus tard des troubles de l’apprentissage et du comportement.

Les conséquences de la maltraitance faite aux enfants

A l’occasion de la présentation du film "Non, ce n’est pas moi…, Bastien Confino se penche sur la maltraitance faite aux enfants.
Maladies sur le meme sujet
moustique qui transmet le paludisme

Paludisme

Appelé aussi malaria, le paludisme est une infection causée par un parasite microscopique (Plasmodium) transmis par la piqûre de la femelle d'une race de moustique.

Symptômes sur le meme sujet
convulsions sur un bras d'enfant

Convulsions

Mon enfant a des convulsions