Rhume des foins: à vos souhaits!

Dernière mise à jour 17/11/11 | Vidéo
Le rhume des foins empoisonne la vie de nombreuses personnes. Grâce à des tests, on est aujourd'hui en mesure d'identifier les pollens responsables d'allergie chez les personnes atteintes, et donc de mieux gérer.

Pour connaitre les concentrations de pollens dans l'air, Météosuisse possède un réseau de quatorze stations de mesures, réparties sur le territoire du pays.

A Viège, c'est un médecin, Alain Wimmersberger, qui se charge de la collecte, une fois par semaine. C'est à Payerne, à la station de biométéorologie que Météosuisse analyse les bandes. Un travail de comptage précis, qui permet de se faire une idée de la situation et de son évolution dans le temps et qui va aider médecins et patients à mieux savoir où se situe les pollens ennemis.

Pour aider les nombreux gens qui souffrent, les allergologues doivent d'abord savoir quelle est la cause du mal. Ils procèdent donc à des dépistages en déposant des petites gouttes d'allergènes sur le bras de leurs patients. C'est ce que fait régulièrement au printemps le Dr Joël Duc à son cabinet situé en ville de Sion. Dans cette édition de l'antidote, il répond avec clarté et bonne humeur aux questions de Pierre-Armand Dussex.

A LIRE AUSSI

Migraines

Migraine à en perdre la tête

Les migraines, qui touchent environ 15% de la population, ne sont pas de simples maux de tête (que l’on appelle plutôt des céphalées): elles sont aujourd’hui...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
allergie_pollens

Comprendre l’allergie aux pollens

Le calendrier pollinique paraît bien long, surtout quand on commence tôt la saison. A l’image des personnes sensibilisées au noisetier qui sortent leur mouchoir dès le mois de février…
La saison des pollens a débuté sur les chapeaux de roue

La saison des pollens a débuté sur les chapeaux de roue

Les personnes allergiques au bouleau et autres plantes vont devoir affronter un printemps difficile. Le nouveau calendrier pollinique de MétéoSuisse et quelques applications leur viennent en aide.
Videos sur le meme sujet

Migraine à en perdre la tête

Les migraines, qui touchent environ 15% de la population, ne sont pas de simples maux de tête (que l’on appelle plutôt des céphalées): elles sont aujourd’hui reconnues comme des maladies neurologiques handicapantes.

Le lien entre Zika et la microcéphalie

Adrien Zerbini évoque une publication qui semble prouver le lien entre le virus Zika et la microcéphalie, une malformation du crâne de certains nouveau-nés.

Comment les flavivirus passent l'hiver

L'encéphalite japonaise, inflammation du cerveau qui tue chaque année environ 50'000 personnes en Asie, intéresse les chercheurs suisses.