Comprendre l’allergie aux pollens

Dernière mise à jour 22/03/17 | Article
allergie_pollens
Le calendrier pollinique paraît bien long, surtout quand on commence tôt la saison. A l’image des personnes sensibilisées au noisetier qui sortent leur mouchoir dès le mois de février…

Un des procédés de pollinisation est la dispersion par le vent, aussi anarchique qu’hasardeuse, des grains de pollen (pollens anémophiles). Les fleurs qui libèrent ce type de pollens ne paient pas de mine: leurs pétales, lorsqu’elles en ont, sont rustiques, peu colorés et souvent libres (comme chez le platane ou le tilleul). Grâce à leur forme aérodynamique et à leur légèreté, les pollens anémophiles sont capables de parcourir des dizaines de kilomètres, voire beaucoup plus. Tributaires des vents, ils viennent se rajouter aux pollens locaux, ce qui n’arrange pas les affaires des allergiques.

Mais tous les pollens ne sont pas allergisants. Il en va ainsi du pollen issu de fleurs attrayantes, colorées et odorantes. Ce pollen (dit entomophile) a la particularité d’être «lourd» et de nécessiter les services des insectes pour être transporté vers la plante femelle. Sauf exception, les personnes allergiques peuvent donc sans problème cultiver ces fleurs ou en garnir les vases de leur maison.

Les arbres

La présaison des pollens débute tôt, dès janvier-février. Cette course à la floraison varie selon les pays et les régions. En Suisse romande, par exemple, elle commence par les arbres, avec, dans l’ordre, le noisetier et l’aulne de février (voire mi-janvier au Tessin) à mars. Suivent, de mars à avril, le frêne et le bouleau. Dans les régions de la Méditerranée, ce sont les cyprès, puis les oliviers et ensuite les platanes qui font le plus parler d’eux.

Les graminées

Juste après les arbres et avant les herbes, la période la plus redoutée de l’année se situe entre mai et juillet. C’est le moment où les pollens des graminées, dont font partie les céréales, viennent se rappeler au bon souvenir de la grande majorité des personnes souffrant du rhume des foins. Blé, seigle, maïs, avoine, pâturin, chiendent, etc.: on peut ne réagir qu’à une seule céréale ou, au contraire, la jouer «pain complet» en réagissant à plusieurs d’entre elles.

Les herbes

La saison se termine par les herbes telles que le plantain et l’ambroisie qui pollinisent entre juillet et octobre. Les campagnes d’arrachage organisées en Suisse ont toutefois fortement limité la propagation de l’ambroisie.

Les pollens et la météo

L’intensité des troubles dépend de la concentration des pollens dans l’air, qui elle-même fluctue en fonction des conditions météorologiques. Les victimes du rhume des foins savent bien que les sautes d’humeur de la météo peuvent influencer leurs symptômes. Le vent, par exemple, est capable de faire voyager les pollens très loin. Et de les emmener jusqu’à 200 km de leur lieu d’origine, juste sous le nez agacé du citadin. L’orage d’été est particulièrement redoutable. Il est souvent précédé par un pic de pollution et par des rafales de vent qui contribuent à disséminer les pollens. Au contact de l’eau, ces derniers éclatent en petites particules qui pénètrent d’autant plus facilement dans les organismes allergiques. En revanche, une bonne pluie franche a tendance à réduire la charge pollinique en plaquant les pollens par terre.

Vrai ou faux: «Pendant la grossesse, le rhume des foins disparaît.»

VRAI et FAUX. Chez un tiers des femmes, le rhume des foins s’améliore pendant la grossesse; chez un tiers, il s’aggrave; et chez le dernier tiers, il reste stable. Prévisions impossibles.

L’intérêt d’un diagnostic

Comment savoir si c’est le bouleau ou plutôt l’avoine sauvage qui vous fait éternuer? L’allergologue va procéder à un interrogatoire précis, portant notamment sur les circonstances de survenue de l’allergie, et à des tests cutanés. Cette démarche permet d’identifier le ou les pollens fautifs et de connaître ainsi les périodes de l’année à risque. Elle s’avère indispensable pour qui veut entreprendre une désensibilisation.

_________

Sources :

- Article paru dans le magazine Planète Santé n°25, mars 2017.

- Extrait du livre J’ai envie de comprendre… Les allergies, de Suzy Soumaille, en collaboration avec le Pr Philippe Eigenmann, Ed. Planète Santé, 2013.

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Arthrose
Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Avoir mal aux genoux est fréquent. Cette articulation est en effet particulièrement sujette aux traumatismes,...
Lire la suite
Allergies (autres)
reactions_allergiques_localisees

Réactions allergiques: reconnaître les manifestations localisées

Dans la majorité des cas, les manifestations de l’allergie se limitent au site d’agression de l’allergène...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
allergies_facteurs_risque

Les allergies et leurs facteurs de risque

La plupart des allergies sont liées à une prédisposition familiale. Certains facteurs de risque externes liés à notre environnement favorisent néanmoins leur développement.
Les mécanismes de l’allergie

Les mécanismes de l’allergie

Erreur sur la cible et réaction exagérée. Dans l’allergie, le système immunitaire dépasse le cadre de sa mission de défense et se met à attaquer, sans discernement, des substances aussi inoffensives que le céleri ou le pollen déclenchant ainsi toute une série de symptômes regroupés sous le terme d’allergie.
Anaphylaxie: une réaction allergique grave

Anaphylaxie: une réaction allergique grave

Il arrive parfois que tout l’organisme soit concerné par une réaction allergique. Cette manifestation généralisée se nomme anaphylaxie. Elle est la plus grave, mais aussi la moins fréquente, des réactions allergiques.
Videos sur le meme sujet

Qu'est-ce qu'une allergie?

Notre corps est sans cesse confronté à des substances qui se trouvent autour de nous, comme l'air, les microbes, les poils des animaux domestiques. Parfois, notre système immunitaire réagit de façon exagérée à certaines de

Des bactéries contre l'allergie aux cacahuètes

Bonne nouvelle sur le front des allergies aux cacahuètes.

Le Lait: stop ou encore?

Depuis 10’000 ans, les pays à tradition d’élevage boivent du lait et consomment ses produits fermentés, yoghourts et fromages.
Symptômes sur le meme sujet

Rougeur

J’ai une ou des taches rouges / des rougeurs sur la peau