La polyarthrite rhumatoïde en quelques mots

Dernière mise à jour 16/12/14 | Article
La polyarthrite rhumatoïde en quelques mots
La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une maladie auto-immune qui cause l’inflammation de plusieurs articulations. Mise au point sur les causes, les complications et le traitement de cette affection chronique.

Les causes exactes de la survenue d’une polyarthrite rhumatoïde ne sont pas encore toutes comprises, bien qu’une composante génétique soit reconnue. Plusieurs facteurs de risque ont cependant été identifiés. Ils comprennent le tabac, la pollution de l’air, les poussières de silice (mineurs, sablage au jet, forage de roche, découpe de pierre, terrassement, fabrication du ciment). Le fait d’être une femme est également un facteur de risque, car la maladie touche environ 3-4 femmes pour un homme. L’alimentation joue également un rôle: l’alcool consommé modérément serait un facteur protecteur, tandis que la consommation quotidienne de sodas et de sel augmenterait le risque de développer la maladie. De plus, certaines infections pourraient déclancher la polyarthrite rhumatoïde.

Complications et atteintes systémiques

La PR touche 1% de la population. Elle se manifeste par une inflammation des articulations, le plus fréquemment au niveau des mains et des pieds, en particulier de la base des doigts ou des orteils. Elle peut toutefois aussi se situer dans d’autres articulations comme les genoux, les coudes, les poignets ou encore les épaules.

La maladie peut aussi toucher le corps dans son ensemble, ce qu’on appelle «atteinte systémique». Les atteintes les plus fréquentes sont les nodules rhumatoïdes (des petites boules fermes dans la peau) et la kératoconjonctivite sèche (une forme d’irritation des yeux). Il arrive également que la PR se complique d’une inflammation des vaisseaux sanguins (vascularite), d’ostéoporose (fragilisation des os) et d’artériosclérose. Cette dernière provoque une augmentation du risque de développer un accident cardiaque ou vasculaire (infarctus, attaque cérébrale et autres).

Un traitement de fond et un complément lors des crises

Un traitement par un spécialiste rhumatologue est indispensable. Il se divise en deux types de traitements:

  • Le traitement de fond, dont le but est d’atteindre une rémission ou une activité faible de la maladie. Il consiste en des molécules immuno-modulatrices, c’est-à-dire diminuant l’activité du système immunitaire. Cela permet de diminuer l’inflammation causée par la maladie. Ces traitements peuvent être synthétiques ou biologiques.
  • Le traitement symptomatique, qui traite les symptômes mais pas les causes de la maladie. Il est basé sur différentes molécules comme les anti-douleurs, les anti-inflammatoires et les corticostéroïdes (à base de cortisone). Ces derniers, notamment la prednisone, ont longtemps été utilisés sur de longues périodes. Il est reconnu aujourd’hui qu’en raison de leurs nombreuses complications (infections, ostéoporose, maladies cardiovasculaires), les corticostéroïdes devraient être utilisées à la dose minimale efficace et poursuivis au long cours que dans des situations bien précises. La prednisone est aujourd’hui recommandée en cas de poussées inflammatoires et lors d’un changement de traitement de  fond, afin d’assurer un bon relais.

Pour résumer…

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie complexe qui touche les articulations mais peut également concerner le corps dans son ensemble. Des traitements existent mais nécessitent un suivi très régulier par un spécialiste rhumatologue. Si vous souffrez de cette maladie ou qu’elle concerne vos proches, votre généraliste peut vous renseigner et, si besoin, vous orienter vers un spécialiste.

___________

Références

Adapté de :

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Hernie discale
Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Quand faut-il alors s’alarmer si on souffre d'une hernie discale? Et surtout, quels sont les risques...
Lire la suite
BPCO
Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

La toux chronique, qui dure depuis plus de huit semaines, fait partie des motifs de consultation les...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Quelle recette pour des os solides?

Quelle recette pour des os solides?

Calcium, vitamine D et protéines constituent le trio clé de la santé de nos os. Si l’on comparait grossièrement la construction osseuse à celle d’un mur, les protéines en seraient les briques, le calcium, le ciment, et la vitamine D, l’appui indispensable pour lier le tout et permettre à l’édifice de résister à l’épreuve du temps. Dès lors, on le comprend, toute carence de l’un de ces trois composés compromet dangereusement la solidité du squelette.
Ostéoporose masculine

Ostéoporose masculine

Quand on parle d’ostéoporose, on pense souvent que c’est une maladie qui ne concerne que les femmes. Pourtant, à partir de cinquante ans, les hommes ne sont pas épargnés par cette maladie. Des traitements anti-ostéoporotiques sont également efficaces chez l’homme.
Ostéoporose: état de la recherche en 2013

Ostéoporose: état de la recherche en 2013

Où en est-on dans la prise en charge de l’ostéoporose? Entre facteurs aggravants et traitements les plus courants, tour d’horizon d’une maladie qui touche de nombreux patients.
Videos sur le meme sujet

Ostéoporose: moins de fractures pour mieux vieillir

En Suisse un homme sur sept et une femme sur trois sont victimes de fractures liées à l'ostéoporose. Douloureuses et handicapantes, les conséquences de la fragilisation des os peuvent être ralenties. Explications avec l'antidote.

Densitométrie osseuse

L’ostéoporose est une maladie silencieuse, qui évolue sans symptômes, jusqu’au jour où peut survenir une fracture sans qu’il y ait eu de traumatisme important. La densitométrie osseuse est un examen radiologique qui mesure la densité minérale osseuse, et permet de déterminer s’il existe des fractures vertébrales passées inaperçues.
Maladies sur le meme sujet
emmental

Ostéoporose

L'ostéoporose est une diminution de la qualité de os, le plus souvent chez les femmes ménopausées. Elle est fréquemment responsables de fractures (vertèbres, col du fémur).