Le point sur la variole du singe

Dernière mise à jour 02/11/22 | Vrai/Faux
PULS_point_variole_singe
Depuis fin juillet 2022, ce virus est devenu pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS) une urgence de santé publique de portée internationale. Vrai-faux sur cette épidémie avec la Dre Pauline Vetter, cheffe de clinique au Centre des maladies virales émergentes des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG).

La variole du singe est une maladie bénigne.

Faux. Dans la majorité des cas, la maladie provoque des lésions qui guérissent toutes seules après quelques semaines. Cependant, certaines personnes souffrent de fortes douleurs, présentent des formes plus sévères (encéphalites, myocardites) et le virus a même causé des décès, y compris chez des jeunes en bonne santé. Quelque 10% des personnes infectées nécessitent une hospitalisation.

La variole du singe est une maladie sexuellement transmissible.

Vrai et faux. Le virus responsable de la variole du singe se transmet majoritairement par contact direct avec une lésion, qu’elle soit cutanée, génitale ou anale. Plus rarement, la transmission peut également se faire par contact indirect avec des objets, linges, draps contaminés ou par contact prolongé à travers les sécrétions respiratoires (postillons).

Un traitement pour traiter la variole existe.

Vrai. Un antiviral, le tecovirimat, semble efficace pour répondre aux formes les plus sévères de la maladie. La Confédération a prévu d’en acquérir; les HUG en disposent déjà en quantité limitée dans le cadre d’un accès compassionnel (traitement de dernier recours), encadré par une large étude européenne.

La vaccination doit être ciblée.

Vrai. L’OMS recommande de vacciner les personnes les plus à risque ainsi que les personnels de santé susceptibles d’être confrontés à la maladie. La vaccination semble protéger contre les évolutions sévères. La Confédération a prévu d’acheter un vaccin antivariolique (Imvanex), déjà approuvé dans l’Union européenne.

Il y a un risque d’épidémie de grande ampleur.

Vrai. Aujourd’hui, le virus circule majoritairement chez des hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes. Cependant, ce virus peut toucher n’importe qui, sans distinction d’orientation sexuelle, de genre ou d’âge. Tant que le virus se transmet, il continue à s’adapter: il va évoluer et muter comme tout virus nouveau chez l’être humain. On ne peut pas exclure qu’un jour il y ait une transmission plus élargie. Il est donc nécessaire de prendre toutes les mesures possibles pour limiter la circulation de ce virus.

_______

Article repris du site  pulsations.swiss

Articles sur le meme sujet
PULS_centre_prochaines_pandemies

Un centre pour les prochaines pandémies

Le Centre des maladies virales émergentes des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), créé en 2016, s’est préoccupé des virus bien avant l’arrivée du Covid. Grâce aux connaissances acquises, il a joué un rôle essentiel lors de la dernière pandémie.
LMD_intestins_vacances

Quand nos intestins souffrent en vacances

Voyages au bord de la mer et repas entre amis… la saison estivale bat son plein et l’heure est au délassement. Mais attention, les beaux jours comportent également leur lot d’invités indésirables. Parmi eux, certains virus, parasites et bactéries mettant nos intestins à rude épreuve.
Supp_La Côte_Dossier_sport_covid

Sport versus Covid: démêler le vrai du faux

Pour certains, l’épidémie de Covid a été – ou est toujours – l’occasion de glisser plus de sport au quotidien. Pour d’autres, frappés par la maladie ou anéantis par le phénomène, elle a marqué un arrêt brutal. Comment reprendre quand inquiétudes et interrogations se bousculent ? Le point avec le Pr Vincent Gremeaux, responsable du Centre de médecine du sport du CHUV.
Videos sur le meme sujet

La variole du singe circulerait parmi les humains depuis 2016

La variole du singe, la Mpox (anciennement Monkeypox en anglais), circulerait chez les humains depuis plus longtemps que ce lʹon pensait jusquʹà aujourdʹhui.

Le point sur la rage en Suisse

La Suisse est officiellement considérée comme "indemne" de la rage terrestre depuis 1999.

Les femmes sont prétéritées dans la prise en charge des maladies tropicales négligées

LʹONG DNDi (Drugs for Neglected Diseases initiative) sʹintéresse actuellement au biais de genre dans la prise en charge des maladies tropicales négligées, comme la maladie de Chagas, la dengue ou encore la leishmaniose.