La tularémie, une maladie rare qui émerge en Suisse

Dernière mise à jour 04/02/14 | Article
La tularémie, une maladie rare qui émerge en Suisse
Provoquée par la bactérie «Francisella tularensis», la tularémie est une infection à déclaration obligatoire en Suisse. Les chiffres de 2012 montrent que cette pathologie, considérée comme «rare» jusqu’à récemment, devient maintenant plus fréquente.

Aussi appelée «fièvre du lapin» ou «fièvre du chevreuil», la tularémie est une maladie transmise par la morsure d’un animal infecté, comme la tique ou d’autres petits animaux (lapins, lièvres, souris…). Cette pathologie se retrouve majoritairement dans les pays de l’hémisphère Nord, notamment aux Etats-Unis ou au Canada.

En Suisse, la tularémie est une maladie dite «à déclaration obligatoire» depuis 2004: les autorités sanitaires recensent donc tous les cas diagnostiqués, chaque année. Cette année-là, sept cas avaient été comptabilisés, et les chiffres sont restés stables jusqu’en 2009. Puis, grâce à ce recensement obligatoire, la Suisse a mis le doigt sur un phénomène particulier: la progression continue de la maladie depuis 2009, pour atteindre 24 cas en 2012.

La tularémie est une zoonose, une maladie qui se transmet de l’animal à l’homme. En Suisse, les morsures de tiques restent le mode principal de transmission. Mais d’autres manières d’engendrer une contamination sont possibles (griffures d’animaux infectés, eau contaminée, inhalation de gouttelettes ou de poussières infectieuses, etc.). C’est pourquoi la tularémie peut provoquer différents symptômes. On distingue ainsi six sous-types différents de la maladie.

Les différentes formes de la tularémie

La première forme de tularémie, la plus fréquente, est la forme ulcéro-glandulaire. Rencontrée dans 80% des cas, elle se manifeste par une peau rouge et ulcérée au point de piqûre, accompagnée d’un gros ganglion. Des symptômes pseudo-grippaux apparaissent après trois à six jours, avec de la fièvre, des frissons, des maux de têtes et des douleurs musculaires. Les principales parties du corps risquant d’être piquées sont la tête, le cou, les bras et les jambes.

Deuxième forme: la tularémie oculoglandulaire. Elle se transmet par les mains contaminées par la bactérie et infecte les yeux. Le patient se plaint alors de douleurs, il ne supporte plus la lumière naturelle et ses yeux larmoient. A la consultation, le médecin constate des yeux rouges, et des ganglions peuvent également être palpés.

De son côté, la tularémie pharyngée se déclare suite à une ingestion d’eau ou d’aliments contaminés par la bactérie responsable. Le patient présente alors les symptômes d’une angine, toujours accompagnés de ganglions.

La tularémie typhoïde se présente, elle, sous la forme d’un syndrome pseudo-grippal et d’une pharyngite. Dans ce cas, le patient se plaint également de douleurs abdominales et de diarrhées.

La tularémie pulmonaire, enfin, affecte comme son nom l’indique les poumons. Le patient présente alors un syndrome pseudo-grippal, une toux et des douleurs thoraciques.

Un diagnostic difficile à poser

Le laps de temps qui s’écoule entre la contamination et la déclaration de l’infection elle-même varie en moyenne entre trois et cinq jours. Le diagnostic est alors établi en fonction de l’exposition du patient et du résultat de ses analyses médicales. A l'aide de plusieurs échantillons de sang et de tissus (peau, ganglions lymphatiques), les techniciens de laboratoire recherchent des anticorps, signes indirects de la présence de la bactérie. D’autres méthodes d’analyse plus poussées permettent de mettre en culture ou d’étudier l’ADN de Francisella tularensis.

Traitement et prévention

La tularémie est traitée par antibiotiques, pendant 10 à 21 jours. Le traitement offre en règle générale de bons résultats, il n’existe pour le moment pas de cas de résistance. Les cas graves de tularémie peuvent nécessiter une hospitalisation pour prodiguer un traitement intra-veineux. Il n’est pas indispensable d’être isolé: les précautions d’hygiène standards suffisent.

Concernant la prévention, à l’heure actuelle aucune vaccination contre la tularémie n’est disponible. Mais différentes mesures permettent de prévenir l'infection: se protéger des piqûres de tiques et d'insectes, respecter les règles d’hygiène en cas de contact avec des animaux (se laver les mains, porter des gants…), se renseigner sur la provenance de viande d’animaux sauvages ou d’eau qui ne serait pas potable, et renoncer à les consommer au moindre doute.

Références

Adapté de  «La tularémie, une maladie émergente en Suisse», par le Dr Christina Lyko et le Pr Christian Chuard, Clinique de médecine interne, Hôpital fribourgeois. In Rev Med Suisse 2013; 9: 1816-20.

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Arthrose
Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Avoir mal aux genoux est fréquent. Cette articulation est en effet particulièrement sujette aux traumatismes,...
Lire la suite
Calculs rénaux et biliaires
Quand faire pipi pose problème

Quand faire pipi pose problème

Vous ressentez des brûlures ou des douleurs en urinant? Vous faites une pause pipi toutes les 10 minutes?...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Epidémie mondiale de Covid-19: le point sur les données scientifiques

Planète Santé vous propose un résumé express des points importants abordés chaque jour par le virologue allemand Christian Drosten* sur la radio allemande Norddeutscher Rundfunk (NDR).
que_savons_coronavirus

Que savons-nous ou pas (encore) des coronavirus?

«SARSCoV2»: pour la troisième fois en moins de vingt ans, les coronavirus s’imposent en tête des flux médiatiques et des préoccupations sanitaires nationales et internationales. Ils viennent ainsi réveiller les inquiétudes plus générales, liées aux virus émergents inconnus ou partiellement connus qui touchent de manière récurrente l’espèce humaine.
Le virus NCoV est mortel mais peu contagieux

Le virus NCoV est mortel mais peu contagieux

Ce nouveau coronavirus a fait ses premiers malades en France. Découvert il y a un an, il a fait une vingtaine de morts dans le monde. Mais il est pour l’heure bien plus lent à se propager que celui qui avait tué 800 personnes en 2003.
Videos sur le meme sujet

Covid-19: beaucoup d'études, peu de résultats

Bastien Confino se penche sur les nombreuses études sur le Covid-19.

L'impact de la pandémie sur la santé

Quels impacts a eu la pandémie de Covid-19 sur notre santé physique et mentale?

Zoom sur la prise en charge des patients Covid en réanimation

Les hospitalisations pour cause de Covid-19 en Suisse ne cessent dʹaugmenter, mais le nombre de morts semble moins important que lors de la première vague de la pandémie.