Enfants: Vous avez dit épilepsie?

Dernière mise à jour 12/09/16 | Article
Cette maladie neurologique véhicule de nombreuses peurs. Le point avec le Dr Christian Korff, médecin adjoint agrégé à l’unité de neuropédiatrie.

Qu’est-ce que l’épilepsie?

C’est une maladie neurologique caractérisée par une tendance à faire des crises épileptiques. Les causes sont multiples. L’enfance est la tranche d’âge la plus touchée avec celle des adultes de plus de 65 ans.

Que se passe-t-il?

Le cerveau est constitué de milliards de neurones (cellules nerveuses) qui communiquent entre eux à l’aide de signaux électriques. Un problème dans cette transmission d’information peut provoquer une crise épileptique.

Comment se manifestent les crises épileptiques?

Elles varient en fonction de l’endroit dans le cerveau d’où elles proviennent. Certaines peuvent passer longtemps inaperçues tellement elles sont discrètes. Il s’agit notamment des absences: durant quelques secondes, il y a une interruption de l’activité en cours et une rupture profonde de l’état de conscience, sans chute ni mouvements anormaux. D’autres sont beaucoup plus impressionnantes comme les convulsions tonico-cloniques au cours desquelles l’enfant présente des postures anormales avec des mouvements brusques et saccadés des membres.

Si je fais une crise, suis-je forcément épileptique?

Non. Il existe des situations dans lesquelles on fait des crises sans être épileptique: les crises fébriles, dues à une forte température, celles liées à un traumatisme crânien ou ayant lieu dans le cadre d’une encéphalite (inflammation ou infection dans le cerveau) par exemple. Dans tous ces cas, les signes peuvent être les mêmes que ceux observés lors d’une crise d’épilepsie.

Comment confirme-t-on la maladie?

Le diagnostic est parfois difficile. Il requiert l’expertise d’un spécialiste appelé neurologue ou, pour les enfants, neuropédiatre. Il se fonde sur un entretien détaillé avec l’enfant, ses parents et d’éventuels témoins directs des épisodes de crise, complété par un examen clinique neurologique approfondi (force, tonus, réflexes, sensibilité, etc.) et des examens complémentaires.

Lesquels?

Le premier en général est l’électroencéphalogramme1. On peut aussi avoir besoin d’une imagerie à résonance magnétique (IRM) pour voir si des structures du cerveau sont endommagées ou d’une prise de sang en vue d’examens qui varient selon la cause recherchée.

Quels sont les traitements?

Il existe de nombreux traitements médicamenteux en général efficaces et bien tolérés. Ils ont pour but d’empêcher la survenue d’une crise. D’autres types de traitements non médicamenteux –intervention neurochirurgicale, régimes alimentaires–, sont réservés à des situations particulières. Il peut aussi arriver qu’on n’ait pas besoin de traitement.

Est-ce que ça change la vie de tous les jours?

Dans la plupart des cas, un enfant atteint d’épilepsie a une vie tout à fait normale. Comme les copains de son âge, il va à l’école, joue, fait du sport. Il évitera des activités à risque de complications comme l’escalade sans assurage ou la plongée sous-marine. Fort heureusement, un nombre important d’épilepsies de l’enfant disparaissent avec le temps.

Epi-Suisse est l’organisation suisse des patients touchés par l’épilepsie. Elle s’engage dans les questions sociales et psychosociales pour les intérêts de ces personnes et de leurs proches. Elle informe le public sur la maladie et ses conséquences afin d’offrir une meilleure compréhension des problèmes rencontrés. Retrouvez sur le site www.epi-suisse.ch des témoignages de personnes concernées, les questions fréquentes ou encore les mesures de premier secours lors de crises. On y trouve également une publication trimestrielle et des ouvrages recommandés sur la question.

1L’électroencéphalogramme (EEG) est un examen qui enregistre l’activité électrique du cerveau grâce à des petits capteurs (électrodes) fixés sur un casque en tissu souple, posés sur le cuir chevelu et reliés par des fils à un ordinateur. L’examen ne fait pas mal et dure environ une heure. Parfois, on réalise l’enregistrement au cours d’une nuit entière.

_________

Source

Magazine Pulsations - http://www.hug-ge.ch/sites/interhug/files/n29_pulsations_juillet_aout_sept_2016.pdf

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Arthrose
Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Avoir mal aux genoux est fréquent. Cette articulation est en effet particulièrement sujette aux traumatismes,...
Lire la suite
Calculs rénaux et biliaires
Quand faire pipi pose problème

Quand faire pipi pose problème

Vous ressentez des brûlures ou des douleurs en urinant? Vous faites une pause pipi toutes les 10 minutes?...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
epilepsie_dix_questions

L’épilepsie en dix questions

Connue pour ses crises les plus impressionnantes, l’épilepsie est victime de nombreux préjugés. Dix questions-réponses pour mieux comprendre ce trouble neurologique.
PULS_foyer_epilepsie_localise

Le foyer d’une épilepsie mieux localisé

Responsable de l’Unité d’épileptologie du Service de neurologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), la Pre Margitta Seeck a élaboré un outil diagnostique de haute résolution qui améliore la précision des interventions chirurgicales. Clinicienne et chercheuse, elle est la première femme lauréate du prix Berger 2018 décerné par la Fédération internationale de neurophysiologie clinique pour l’ensemble de ses travaux.
Dans la lune?

Epilepsie: Dans la lune? Non, absent!

Les «absences» sont l’une des nombreuses formes d’épilepsies. Ces épisodes, brefs et transitoires, nécessitent une prise en charge pour éviter qu’ils ne perturbent la scolarité. Explication.
Videos sur le meme sujet

Diagnostiquer lʹépilepsie grâce à lʹélectroencéphalogramme

Environ 20% des personnes souffrant d'épilepsie ne réagissent pas aux médicaments antiépileptiques.

Les alternatives à la Dépakine

Une étude pour évaluer le nombre de femmes enceintes et de nouveau-nés ayant subi les effets néfastes de la Dépakine va être menée en Suisse.

Dépakine, un scandale sans fin et sans frontières!

La Dépakine est un anti-épileptique très efficace mais qui semblerait très dangereux pour les fœtus.
Maladies sur le meme sujet
Crise d'épilepsie

Epilepsie

Une crise d'épilepsie est la conséquence de décharges brusques et synchrones (toutes en même temps) de groupes de cellules nerveuses (les neurones).

Symptômes sur le meme sujet

Convulsions

Il/elle a des convulsions