BPCO: une maladie sévère sous-diagnostiquée

Dernière mise à jour 10/12/18 | Article
PULS_BPCO_irreversible
Derrière des difficultés persistantes à respirer lors d’effort ou une toux qui s’éternise, se cache peut-être une broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO).

Largement sous-diagnostiquée et méconnue du grand public, la BPCO concerne pourtant au moins 400’000 Suisses (5-7% de la population globale) et est devenue la troisième cause de mortalité dans le monde selon l’OMS.

Souvent considérée comme la «toux des fumeurs», elle se caractérise par une inflammation des bronches (bronchite chronique) qui entraîne un épaississement des parois et une destruction progressive des alvéoles pulmonaires nécessaires à la respiration (emphysème). On distingue néanmoins quelques variations dans les profils des malades –probablement pour des raisons génétiques–, avec des tendances plus particulières à la bronchite chronique pour certains, à l’asthme pour d’autres, ou encore à l’emphysème.

La cigarette en première ligne

Environ 80% des personnes atteintes de BPCO sont des fumeurs, généralement âgés de plus de 40 ans. «Même si tous les fumeurs ne font pas une BPCO, on estime malgré tout qu’un fumeur sur quatre sera affecté au cours de sa vie», explique le Pr Jean-Paul Janssens, responsable de l’Unité de pneumologie ambulatoire et centre antituberculeux des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). On ne le répétera jamais assez, la cigarette –en particulier les milliers de composants toxiques du tabac– a un impact irréversible sur les poumons. Pour soulager les symptômes de la BPCO, le premier impératif est donc d’arrêter de fumer. Une mesure radicale qui a fait ses preuves à tous les stades de la maladie.

Outre le tabac, la pollution environnementale (particules fines) ou intérieure (carburants de chauffage), mais aussi certaines expositions professionnelles (substances chimiques, matières en décomposition), sont en cause dans environ un cas de BPCO sur cinq.

Silencieuse pendant des années

Le problème avec la BPCO, c’est que ses symptômes sont rarement pris au sérieux par le patient et parfois par les médecins eux-mêmes. «Si on l’évoque, ce n’est pas compliqué de poser un diagnostic… encore faut-il y penser!», explique le Pr Janssens. Ajoutez à cela que dans certains cas, la maladie est silencieuse pendant plusieurs années. Lorsque surviennent les premières sensations d’essoufflement, la perte fonctionnelle peut déjà être avancée.

Près de la moitié des personnes atteintes de BPCO ignoreraient qu’elles sont concernées. «Une toux qui dure depuis huit semaines ou plus, a fortiori chez un fumeur, est anormale et requiert impérativement une évaluation médicale», prévient le pneumologue. Si tel est le cas, il est conseillé de prendre rendez-vous chez un spécialiste ou son médecin de famille. En cas de suspicion, une spirométrie, un examen qui évalue les capacités respiratoires, sera réalisée.

Freiner l’évolution

«Une fois endommagées, les cellules pulmonaires ne se régénèrent pas», avertit le Pr Janssens. Mais des mesures pour améliorer le quotidien peuvent être mises en place. Outre l’arrêt total du tabac, qui enrayera la progression de la maladie, le rôle de l’activité physique est primordial, afin de diminuer la sensation d’essoufflement et le déconditionnement. «J’ai pu retrouver une partie de ma capacité respiratoire grâce à des exercices –  vélo d’appartement, génuflexions, étirements – que je pratique tous les jours pendant dix à quinze minutes, raconte Philippe, 84 ans. Sur les conseils du médecin qui a diagnostiqué ma BPCO, j’ai également une visite à domicile, une fois par semaine, d’une physiothérapeute qui me donne des exercices cardiovasculaires.»

Tout comme l’activité physique, une alimentation équilibrée a également un effet positif sur les performances et sur l’évolution de la maladie. Enfin, l’utilisation de médicaments par inhalation contribue aussi à soulager l’essoufflement.

__________

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Arthrose
Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Genou douloureux: ses causes et ses traitements

Avoir mal aux genoux est fréquent. Cette articulation est en effet particulièrement sujette aux traumatismes,...
Lire la suite
Calculs rénaux et biliaires
Quand faire pipi pose problème

Quand faire pipi pose problème

Vous ressentez des brûlures ou des douleurs en urinant? Vous faites une pause pipi toutes les 10 minutes?...
Lire la suite
Videos sur le meme sujet

Des écoles de l’asthme fleurissent en Suisse Romande

Le 1er mai est la Journée mondiale de l’asthme.

La BPCO, une épidémie silencieuse

C'est une maladie grave et invalidante, qui détruit les voies respiratoires, jusqu'au poumon.

Explosion des maladies respiratoires: détecter les premiers signes

C'est une maladie grave et invalidante, qui détruit le souffle inexorablement. Elle touche 400'000 personnes en Suisse, et selon l'OMS elle deviendra bientôt la 3e cause de mortalité dans le monde.
Pourtant la bronchopneumopathie chronique obstructive, ou BPCO, est largement méconnue.
Maladies sur le meme sujet
fiche_bpco

Bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)

La bronchopneumopathie chronique obstructive ou BPCO[1] est l’une des conséquences insidieuses du tabagisme. En effet, une exposition répétée au tabac, ainsi qu’à d’autres polluants, provoque à la longue un rétrécissement des voies respiratoires, avec son lot de symptômes: toux chronique, expectorations et essoufflement. Un diagnostic est indispensable pour freiner l’évolution de cette maladie qui touche près de 400’000 personnes en Suisse.

[1] Le terme générique de bronchopneumopathie obstructive chronique (BPCO) regroupe un ensemble de maladies respiratoires, dont les plus connues sont la bronchite chronique obstructive et l’emphysème.

Sinusite

La sinusite est une inflammation de la muqueuse tapissant l’intérieur des sinus, des cavités aérées dans les os du visage. Elle est généralement causée par une atteinte virale suite à un refroidissement, et peut parfois nécessiter des antibiotiques lorsqu’elle se complique d’une surinfection bactérienne. Mais elle peut aussi avoir des causes anatomiques (déviation de la cloison nasale ou polypes), et plus rarement dentaires. Elle peut être aiguë ou chronique.

Symptômes sur le meme sujet
homme qui tousse

Toux grasse

J’ai une toux avec des expectorations (crachats)