Vivre sans injection d’insuline

Dernière mise à jour 03/12/12 | Article
Vivre sans injection d’insuline
Toujours mieux maîtrisée, la transplantation d’îlots de Langerhans offre aux diabétiques de type 1 un nouveau confort de vie.

Les progrès de la greffe d’îlots de Langerhans – cellules productrices d’insuline – font de cette technique peu invasive une alternative toujours plus utilisée à la transplantation du pancréas. Cette opération est destinée aux diabétiques de type 1, ceux dont le système immunitaire détruit les cellules qui produisent de l’insuline. «En raison des traitements immunosuppresseurs, on la réserve le plus souvent aux patients devant également recevoir une greffe de rein», précise le Pr Thierry Berney, médecin adjoint agrégé aux services de chirurgie viscérale et de transplantation. Etablissement référent pour l’Est de la France (réseau GRAGIL) et la Suisse romande, les HUG constituent l’un des plus importants centres mondiaux dans ce domaine. Depuis 1992, date de la première transplantation d’îlots, ils ont greffé quelque 150 patients.

Installations high-tech

Simple en apparence, la parfaite maîtrise de cette technique exige en réalité une technologie de pointe. Il faut disposer d’une «salle blanche» conforme aux critères internationaux très stricts en matière de sécurité et de stérilité. «L’isolement des îlots de Langerhans est une étape cruciale pour le succès à long terme de la greffe», précise le Pr Berney.

Lorsqu’on dispose des installations adéquates, les arguments en faveur de la transplantation des îlots de Langerhans sont nombreux. Réalisée par simple injection intraveineuse, elle se pratique en anesthésie locale. Elle est donc particulièrement indiquée pour les patients âgés, ayant un cœur ou des poumons fragiles.

Nicole et son mari

Nicole et son mari. «Notre vie est plus agréable que quand nous étions jeunes.»

© Julien Gregorio / Phovea

Nouveau protocole

En termes d’indépendance par rapport aux prises d’insuline, la transplantation du pancréas donne toutefois pour l’instant de meilleurs résultats. Selon les chiffres du registre international, cinq ans après la greffe, 70% des patients transplantés avec un pancréas sont insulinoindépendants, contre 30% avec les îlots de Langerhans.

Cet état de fait pourrait changer à court terme. «Depuis l’introduction d’un nouveau protocole médical en 2007, inspiré des pratiques canadiennes, la totalité de la douzaine de patients transplantés aux HUG avec des îlots présente jusqu’à aujourd’hui une insulino-indépendance à 100%», souligne le chirurgien. De plus, même si le patient ne peut pas se passer complètement d’insuline, il aura fortement stabilisé sa glycémie (le taux de sucre dans le sang). Du coup, il est débarrassé d’une vilaine épée de Damoclès: les crises d’hypoglycémie. Autre avantage, et pas des moindres, l’injection d’îlots freine ou interrompt complètement la progression des effets secondaires du diabète comme la cécité ou le pied diabétique.

«Je n’ai plus peur»

Greffée avec des îlots de Langerhans en 2003, puis en 2008, Nicole, 63 ans, revit. «Je n’ai plus peur des hypoglycémies, comme celles qui m’ont coûté la vue à 26 ans. Je suis libérée des contraintes horaires pour les repas, très strictes pour les diabétiques. Je ne dois plus calculer en permanence mes apports de sucre. Bref. Pour la première fois, j’ai une vie normale.»

Les transplantations, Nicole connaît. A 29 ans, et après deux ans de dialyse, elle reçoit un rein. Vers la cinquantaine, un nouveau danger la guette: elle ne sent plus arriver les hypoglycémies. La greffe d’un pancréas serait une solution. Mais à 54 ans, elle est déjà un peu trop âgée. Les HUG lui proposent alors les îlots de Langerhans.

Cette opération est souvent réalisée en deux fois. «Dès la première transplantation, j’ai diminué les doses d’insuline. La seconde injection d’îlots, deux mois plus tard, a été plus difficile. J’ai fait une hémorragie. Mais trois mois après, je n’avais plus besoin d’insuline», se souvient-elle. En 2008, elle perd son rein, greffé 30 ans plus tôt. S’ensuit une nouvelle transplantation de rein et… d’îlots. «En tout, cinq donneurs différents m’ont permis de vivre», soupire Nicole. «Grâce à eux et aux progrès de la médecine, notre vie est plus agréable aujourd’hui que quand nous étions jeunes», lâche son mari.

Pulsations - novembre-décembre 2012

Article original: http://bookapp.fr/api/hug/viewer/viewer.php?mag=HUGE_12B#17

A LIRE AUSSI

Asthme
La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

La toux sèche: un signal d’alarme émis par le corps

L’automne et l’hiver venant, nous allons à nouveau être secoués par des quintes de toux. Un rhume, une...
Lire la suite
Hernie discale
Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Neuf hernies discales sur dix se soignent sans chirurgie

Quand faut-il alors s’alarmer si on souffre d'une hernie discale? Et surtout, quels sont les risques...
Lire la suite
BPCO
Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

Toux chronique de l’adulte: mieux vaut consulter

La toux chronique, qui dure depuis plus de huit semaines, fait partie des motifs de consultation les...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
innovations_diabétiques

Ces innovations qui améliorent la vie des diabétiques

En matière de prise en charge du diabète, la révolution est pour bientôt. Un certain nombre de nouveautés simplifient déjà le quotidien des patients diabétiques de type 1 et 2. Passage en revue avec le professeur Jacques Philippe, chef du Service d’endocrinologie, diabétologie, hypertension et nutrition aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
L’obésité, un facteur de risque pour la maladie d’Alzheimer

L’obésité, un facteur de risque pour la maladie d’Alzheimer

Les personnes en excès de poids ont plus de risques que les autres de développer cette forme de démence. Pourquoi? Des études faites sur les souris apportent quelques éléments d’explication.
Donuts avec couche sucrée

Quand le diabète des adultes frappe les jeunes

Epidémie d’obésité aux USA oblige, on constate que certains adolescents développent déjà un diabète de type 2. Ce qui est plutôt alarmant vu qu’il apparaît d’habitude à l’âge adulte. Qu’en est-il sous nos latitudes? Réponses avec la Dr Valérie Schwitzgebel, responsable de l'unité endocrinologie et diabétologie pédiatriques des HUG.
Videos sur le meme sujet

Les zoonoses: ces maladies transmises par les animaux

Parfois les animaux peuvent transmettre à l'homme des maladies en transportant des agents infectieux. L'antidote fait le point sur les maladies qui nous menacent en compagnie de Jérôme Barras, vétérinaire cantonal valaisan.

Schizophrénie: Privilégier le lien social

La schizophrénie : en Suisse environ une personne sur cent connaitrait des troubles schizophréniques, c'est beaucoup et l'on a toujours de cette maladie une image caricaturale, parfois encore associée à la folie. Le point sur cette maladie avec l'antidote.

Rougeole: faisons la disparaitre!

Faire disparaitre durablement le spectre d'une maladie contagieuse, c'est l'objectif de bien des responsables de santé publique à travers le monde. Par le passé ils y sont parvenus, et ils comptent bien récidiver. Cette émission vous en apprend plus sur l'une de ces maladies : la rougeole.