Le sommeil influence le risque de diabète…

Dernière mise à jour 11/09/12 | Article
Le sommeil influence le diabète
Le sommeil est un besoin vital, ancestral et primitif estimé à 7-8h par nuit… Pourtant, la population dort de moins en moins. Quelles en sont les causes et les conséquences? Peut-on faire un lien entre sommeil et diabète?

Pourquoi dort-on moins?

Malgré l’importance primordiale du sommeil, il semblerait que durant la seconde partie du XXe siècle la population dorme en moyenne 2h en moins par nuit. Ce changement serait dû en grande partie au mode de vie, à la charge de travail (notamment les gardes de nuit et les horaires irréguliers), les activités culturelles et sociales ainsi que l’accès à la technologie (ordinateur, télévision, vidéo, téléphone, etc). Le sommeil est de plus en plus considéré comme du temps perdu… Or, il est indispensable pour restaurer les fonctions du corps humain.

Courtes nuits et conséquences…

On constate plusieurs conséquences de la privation de sommeil: la mortalité augmente et certaines maladies sont de plus en plus fréquentes, comme l’hypertension artérielle, le diabète de type 2, la dépression, l’obésité et le cancer. On compte d’avantage d’accidents de la route et d’erreurs professionnelles ainsi qu’une diminution de la qualité de vie et de la productivité.

Squelette du sommeil

Le sommeil se compose de deux états : le sommeil lent et le sommeil paradoxal. Le sommeil lent a pour fonction de restaurer et reposer le système nerveux central (dont le cerveau). Lors du sommeil paradoxal, on constate des mouvements rapides des yeux et des mouvements des muscles (c’est lors du sommeil paradoxal que l’on rêve). Les deux types de sommeil ont un rôle à jouer dans la mémoire. L’altération du sommeil favorise les troubles cognitifs et les problèmes d’attention (notamment chez l’enfant).

Horloges internes

Dans un cycle de 24h, les états de sommeil et d’éveil sont alternés et régulés par des horloges internes. Ces horloges sont synchronisées par des éléments externes comme la lumière du jour, les horaires des repas et du travail ainsi que l’activité physique. Le corps est principalement rythmé par la lumière du jour. Celle-ci influence directement le sommeil, la température du corps, l’activité physique, le comportement alimentaire et la sécrétion des hormones.

Lien entre diabète et sommeil

Des études ont montré que le diabète est plus fréquent chez les personnes qui dorment moins de 5-6h ou plus de 8-9h par nuit, qui ont du mal à s’endormir ou se réveillent souvent au cours de la nuit. Des nuits trop courtes ou trop longues augmenteraient également le risque de surpoids et d’obésité.

Un retour aux sources…

Pour conclure, le risque de développer un diabète et un surpoids est directement influencé par le sommeil. Dès lors, il semble nécessaire de concentrer ses efforts sur un retour à un rythme naturel : 7-8h de sommeil par nuit (de préférence en rythme avec la lumière du jour), une activité physique régulière et des repas à heures fixes.

Par ailleurs, si vous souffrez de diabète de type 2, il pourrait être bénéfique de parler de votre sommeil avec votre médecin qui pourra vous conseiller des mesures supplémentaires en cas de troubles du sommeil (réveils fréquents, difficultés à s’endormir, pauses respiratoires durant le sommeil).

Référence

Adapté de «Sommeil et diabète», par Drs A. Hernandez et F. R. Jornayvaz, Pr. J. Philippe, Service d’endocrinologie, diabétologie et nutrition, HUG, Genève. In Revue médicale suisse 2012;8:1198-203, en collaboration avec les auteurs.

 

Articles sur le meme sujet
LMD_nourriture_drogue

Obésité: quand la nourriture devient une drogue

Chez certaines personnes, manger peut se transformer en addiction avec, comme conséquence, le surpoids ou l’obésité et leurs complications. Un problème dont l’origine est en partie biologique, mais qui a aussi d’autres composantes.
LMD_obésité_infantile_publicité

Obésité infantile: la publicité mise en cause

Alors que l’obésité infantile ne cesse d’augmenter, certains pays réglementent la promotion de la malbouffe. La Suisse est à la traîne. Faut-il légiférer comme pour les produits du tabac?
Videos sur le meme sujet

Révolution dans la lutte contre l'obésité: découverte de nouvelles cellules adipeuses

Des chercheurs suisses de l'EPFL, de l'Institut de Bioinformatique, du CHUV et de l'Université de Lausanne ont identifié un nouveau type de cellules adipeuses qui pourraient expliquer pourquoi certaines personnes accumulent de la graisse autour de la taille, augmentant le risque d'obésité.
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_obesite

Obésité

L’obésité est une maladie qui augmente le risque de survenue d’autres maladies et réduit l’espérance et la qualité de vie. Les patients atteints de cette accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle nécessitent une prise en charge individualisée et à long terme, diététique et comportementale.

Diabete

Diabète

Le diabète est une anomalie de l’utilisation du sucre (glucose) en raison d'un manque d'insuline ou d'une moins grande sensibilité de l'organisme à l'insuline.

Insomnie

Insomnies

Les troubles du sommeil constituent un véritable problème de santé publique, tant par leur fréquence que par leurs répercussions humaines, sociales et économiques.

Symptômes sur le meme sujet
J'urine beaucoup et souvent

Polyurie

J’urine beaucoup et souvent