«Maladie du soda»: une réelle épidémie?

Dernière mise à jour 17/12/18 | Article
PULS_nash_epidemie
Appelée aussi «maladie du foie gras», elle fait désormais régulièrement les gros titres. Un plus pour l’information des personnes à risque qui ne doit cependant pas pousser à l’alarmisme.

Maladie dite du «foie gras» ou «du soda», la NASH (Non-alcoholic steatohepatitis) fait de plus en plus parler d’elle. Et pour cause, cette maladie hépatique non-alcoolique aurait atteint le stade de l’épidémie dans les pays anglo-saxons, Etats-Unis en tête. «Dans certaines populations, un quart des personnes pourrait présenter un “foie gras”. Mais attention, seules 5 à 10% auraient un risque d’évoluer vers une NASH», précise le Dr Nicolas Goossens, chef de clinique du Service de gastroentérologie et hépatologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Identifier ces patients, et le plus tôt possible, est l’enjeu majeur pour éviter l’évolution vers une cirrhose ou un cancer. «La NASH, comme beaucoup de maladies hépatiques, progresse silencieusement, prévient le spécialiste. Le foie n’est pas un organe qui “fait mal”, mais quand les premiers symptômes apparaissent, la maladie est souvent déjà à un stade avancé.»

Trop gras, trop sucré…

L’accumulation de gras dans le foie est le plus souvent une des manifestations du syndrome métabolique, et les personnes en surpoids qui présentent une résistance à l’insuline sont plus à risque. Il existe des prédispositions génétiques, et certaines ethnies sont plus touchées que d’autres, mais l’hygiène de vie reste un facteur majeur. Manger trop gras, mais aussi trop sucré (en particulier du fructose), favorise l’accumulation de gras dans les cellules du foie. A l’inverse, revoir son hygiène de vie peut suffire à faire régresser la maladie, quand elle n’est pas à un stade trop avancé. «C’est important que les médecins de famille soient sensibilisés à cette maladie afin de mieux référer les patients à risque vers un spécialiste, notamment les personnes diabétiques», estime le Dr Goossens.

Dans l’attente de biomarqueurs spécifiques, seule la biopsie de foie permet aujourd’hui d’avérer la présence d’une NASH. Mais des analyses sanguines associées à la mesure de la rigidité de cet organe par échographie peuvent orienter les médecins. Une étude prochainement lancée aux HUG proposera de réaliser ces mesures chez toutes les personnes qui prennent part au dépistage du cancer colorectal. «Ceci nous permettra d’avoir une vision plus précise de l’ampleur de cette maladie en Suisse romande», conclut Nicolas Goossens.

______

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Troubles digestifs
pancreas

Le fragile pancréas est une glande essentielle à la digestion

Peu connu, c’est pourtant un organe majeur. On ne le prend en compte qu’à partir de l’apparition des...
Lire la suite
Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Constipation
constipation_hemorroides_lies

Constipation et hémorroïdes: des phénomènes parfois liés

Les hémorroïdes sont plus fréquentes qu’on ne le pense. Dans certains cas, elles peuvent être prévenues...
Lire la suite
Videos sur le meme sujet

Le comment du pourquoi: Lʹeffet du sel sur les aliments

Quel effet le sel a-t-il sur les aliments?

J’aimerais manger moins de sucre, pourquoi est-ce si difficile?

Très présent dans notre alimentation, le sucre peut être néfaste pour notre santé. En consommer moins peut toutefois s’avérer compliqué, pourquoi?