A bas les régimes! Vive une vie plus saine

Dernière mise à jour 26/06/12 | Article
Une balance avec des fruits
Perdre des kilos avant l’été, est une ambition partagée par bons nombres d’hommes et surtout de femmes. Pour y parvenir, il faut envisager sa perte de poids à long terme et non foncer sur le premier régime vendu comme soi-disant «miracle».

Si les magazines féminins, spécialistes des «perdez-cinq-kilos-en–cinq jours», vous filent des complexes, sachez qu’il n’existe qu’une seule et unique façon de retrouver sa ligne: une alimentation saine, pas mal de sport et une certaine dose de patience.

«Pour être «comme on a envie» avant l’été, cela doit se faire progressivement, explique le Dr. Dominique Durrer, spécialiste en nutrition, obésité et troubles du comportement alimentaire. Il faut avoir un vision à long terme de notre poids, savoir quel est notre but et commencer à changer son mode de vie».

Concrètement, il faut commencer par adapter son alimentation, et non foncer tête baissée dans un régime draconien et surtout privatif, qui, à coup sûr nous fera reprendre tout le poids perdu.

L’alimentation

«Il serait bien par exemple d’augmenter la quantité de légume dans nos assiettes, choisir de bonnes graisses, telles que l’huile de colza ou d’olive. Privilégier des poissons gras ou encore des fromages d’alpage, ou encore éviter les charcuteries et les pâtisseries, tout en s’autorisant une exception une à deux fois par semaines. On peut par exemple s’habituer à manger deux carrés de chocolats noirs par jour, si on aime cela. La logique est qu’il ne faut pas qu’un aliment devienne tabou», explique la spécialiste. En adoptant une alimentation saine, une personne peut alors prétendre perdre un à deux kilos par mois. 

Se restreindre pour perdre vite ne mène à rien. «Les restrictions peuvent aboutir, même après quelque jours, à des troubles du comportement alimentaires chez certaines personnes, souligne le Dr. Durrer. Si l’on arrête par exemple le chocolat, les pâtisseries ou le fromage, on risque fort de faire une crise de boulimie et reprendre parfois plus que ce que l’on a perdu. Si l’on fait des régimes express, très restrictifs sur deux ou trois semaines, on va perdre beaucoup c’est un fait, mais on va perdre moins de graisse que si l’on perd tranquillement un ou deux kilos par mois».

L’activité physique

«Un régime sans sport adjoint d’une activité physique ne sert à rien. Il est par exemple inutile de faire du tennis une fois par semaine et de rester couché le reste de la journée», lance la spécialiste. Bouger, marcher vite trente minutes par jours est essentiel. D’y ajouter de la natation une à deux fois par semaines est idéal. Le tout est donc de combiner un sport à une activité physique (type aérobic). C’est précisément la cadence de cette activité qui déterminera le temps que l’on va mettre à perdre des kilos, ou plus précisément à affiner sa silhouette. «Ce qui est très important en effet n’est finalement pas le nombre de kilos perdus, mais le changement de sa capacité corporelle. Il faut pour s’affiner, perdre le graisse, mais aussi gagner du muscle», précise enfin l’experte.

La graisse abdominale, l’ennemi de la perte de poids

Logée entre le ventre et les abdominaux, une certaine graisse donne du fil à retorde aux amateurs de régime.

La graisse sous-cutanée (graisse abdominale) est la plus difficile à perdre. En cause sa vocation de réserve chez les femmes, en vue de l’allaitement. De plus, arrivé à l’âge de la ménopause, cette graisse se cumulera (sur le ventre en particulier), avec des effets néfastes sur le diabète ou les maladies cardio-vasculaires par exemple. Pour la faire partir, une solution existe: l’activité physique.

Lors de régime draconien et très rapide, ce sont les muscles et l’eau qui seront en premier touchés. La graisse sous-cutanée quant à elle ne s’éliminera que très peu.

Envie de maigrir? Seuls les centimètres comptent

Perdre du poids, c’est avant tout se débarrasser de quelques centimètres de tour de taille, hanche ou encore cuisses.

Il est très important d’augmenter son activité physique dès que l’on souhaite perdre du poids. «Les personnes désireuses de s’amincir doivent comprendre que ce n’est pas forcément le nombre de kilos afficher sur la balance qui importe, mais le nombre de centimètre perdus», explique le Dr. Durrer. «Nous avons en effet mené un étude sur deux groupes de femmes de même corpulence souhaitant perdre du poids. Le premier groupe était soumis à une diminution en apport calorique, quant au second, il a, en plus de cette diminution, suivi une activité physique renforcée. Au final, sur le même laps de temps, si toutes ont perdus dix kilos, le second groupe était une taille et demi plus mince que les autres», continue la spécialiste. Il a ainsi été prouvé que même si sur la balance toutes ces femmes étaient arrivées à leur fin en terme de kilos perdus, l’activité physique a un rôle essentiel dans l’affinement de la silhouette.

Pour comprendre cette subtilité, il faut savoir que le nombre de kilos perdus n’est pas proportionnel aux nombres de centimètres en moins. En effet, «les muscles sont plus lourds que la graisse, car plus riches en eau. Ainsi, un kilo de graisse prend d’avantage de place qu’un kilo de muscle», résume le Dr. Durrer.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Constipation
selles_disent

Les selles et leurs mystères

Aspect, forme, couleur, odeur: nos fèces livrent quantité d’informations sur notre état de santé. Voici...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Puls_jeune_fausse_idee

Le jeûne, une fausse bonne idée

Le jeûne véhicule une image de pureté, de maîtrise de soi et de santé. Mais cesser de s’alimenter pendant plusieurs jours est-il vraiment raisonnable pour la santé? Le point avec le Pr Claude Pichard, responsable de l’unité de nutrition aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
PULS_junior_vegetarienne

«Ma copine est végétarienne»

A la cantine, de l'escalope de dinde est au menu du jour. Rose, à la place, mange du tofu car elle est végétarienne. Comme elle, de plus en plus d'enfants et d'adolescents renoncent à la viande, voire à tout produit animal. Mais au fait, est-ce bon pour la santé?
regime_cetogene_maigrir

Le régime cétogène, la bonne recette pour maigrir?

Cette année, c’est lui qui fait le buzz parmi les régimes estivaux. Manger plus gras et beaucoup moins sucré, tel est le principe surprenant de cette diète. Est-ce que ça marche? À quel prix?
Videos sur le meme sujet

Manger gras pour rester en bonne santé?

C'est le sucre qui nous rend malades, pas le gras! Diabète, obésité, syndromes métaboliques et foie gras sont le résultat de la montagne de sucre que nous avalons, y compris dans les produits allégés.

Paléo–Vegan: le choc des régimes

En 50 ans, notre nourriture a davantage changé que ces 10'000 dernières années. Face à son industrialisation croissante et les inquiétudes qu’elle crée, les régimes parfois extrêmes se multiplient.

Paléo – Vegan: le choc des régimes

En 50 ans, notre nourriture a davantage changé que ces 10'000 dernières années.