Les nouvelles vertus vasculaires du régime méditerranéen

Dernière mise à jour 06/02/14 | Article
Les nouvelles vertus vasculaires du régime méditerranéen
Accompagnée d'huile d'olive extra-vierge ou de noix, la «diète méditerranéenne» présente encore plus de bénéfices que ceux déjà connus pour la santé de nos artères.

Depuis deux ou trois décennies nous avons appris à découvrir les vertus sanitaires du régime méditerranéen, cette alimentation caractérisée par la consommation prioritaire de fruits, de légumes et de céréales, préférés aux viandes et aux produits laitiers. Il s’agit d’un modèle nutritionnel «demeuré constant dans le temps et l’espace et dont les principaux ingrédients sont l’huile d’olive, les céréales, les fruits et légumes frais ou séchés, une proportion limitée de poisson, produits laitiers, viande et de nombreux condiments et épices». Un modèle désormais inscrit par l’Unesco au «patrimoine culturel immatériel de l’humanité».

Cette alimentation est connue pour ses multiples vertus: plus grande sensation de satiété (due à l'huile d'olive), prévention des maladies cardiovasculaires, longévité. Mais on est peut-être encore loin d’avoir tout exploré dans ce domaine. C’est ce que nous enseigne une étude dont les résultats viennent d'être publiés(1).

Circulation sanguine

L'équipe dirigée par le Dr Miguel Ruiz-Canela (Université de Navarre, Espagne) a évalué l'influence du régime méditerranéen sur la prévention de la maladie artérielle périphérique. Egalement connue sous le nom d’«artériopathie oblitérante des membres inférieurs» (AOMI), cette affection est la conséquence d’une atteinte obstructive des artères. Ce sont celles des membres inférieurs qui sont le plus souvent touchées, généralement à cause de lésions qui réduisent la circulation sanguine. Au fil du temps, on voit apparaître les symptômes d’une faible circulation sanguine au niveau des pieds (pieds froids, pâles ou bleutés), une douleur à la jambe lors d'une marche sur de courtes distances, et une lenteur croissante de guérison des écorchures des orteils, du pied ou de la jambe (des phénomènes qui peuvent conduire à des amputations).

En 2003, plusieurs équipes de recherche espagnoles se sont associées pour créer le groupe d'étude pluridisciplinaire PREDIMED (Prevención con dieta mediterránea) (2). Son but: étudier les propriétés diététiques de l'alimentation méditerranéenne traditionnelle et ses effets sur les maladies cardiovasculaires. C’est dans ce cadre que s’inscrit le travail publié aujourd’hui dans le JAMA.

Huile extra-vierge ou noix

L’étude a été menée entre 2003 et 2010 auprès de 7477 hommes (de 55 à 80 ans) et femmes (de 60 à 80 ans). Ces personnes ne souffraient pas d'artériopathie, mais souffraient d’un diabète de type 2 ou présentaient au minimum trois facteurs de risques cardiovasculaires. Les participants volontaires ont été répartis de façon aléatoire en trois groupes des mêmes proportions.

Le premier groupe a suivi un régime méditerranéen à base d'huile d'olive extra-vierge. Le deuxième, une diète méditerranéenne accompagnée de noix. Le troisième était le groupe de contrôle: ses membres ont observé une alimentation faible en graisses. Chaque trimestre, l’ensemble des participants a été soumis à un programme de sensibilisation nutritionnel. Enfin, dans un souci d’objectivité, les cas d’AOIM symptomatique ont été attestés par un comité qui a examiné chaque participant à l'aveugle.

L'étude est concluante: les chercheurs recensent dix-huit cas d’AOIM dans le premier groupe (huile d'olive extra-vierge) et vingt-six dans le deuxième (noix), contre quarante-cinq dans le groupe témoin. Ainsi, accompagné de noix ou d'huile d'olive extra-vierge, le régime méditerranéen permet de prévenir le risque d’apparition de cette affection hautement handicapante. C’est là une conclusion importante, la diète méditerranéenne ayant jusqu’ici essentiellement prouvé ses bienfaits dans la prévention des infarctus du myocarde et des accidents vasculaires cérébraux.

Intervention diététique

On savait d’autre part que le risque artériopathie périphérique pouvait être contrôlé par des changements de mode de vie et/ou des traitements médicamenteux. Ces résultats espagnols démontrent l’importance que peut avoir une intervention diététique. Cette dernière s’impose donc, en particulier chez les personnes à risque élevé. Soit les plus de 50 ans fumeurs, diabétiques, hypertendus, présentant des anomalies des taux de graisses dans le sang ou ayant des antécédents vasculaires.

Les maladies cardiovasculaires sont aujourd'hui la première cause de mortalité prématurée dans le monde (voir ici les chiffres de l’OMS). Ces résultats méritent réflexion: en dépit des formidables progrès de la médecine moderne, certains aspects de la vie menée dans l’Antiquité sur les bords de la Méditerranée demeurent notre meilleure arme contre l’un des maux du siècle.

(1) L’étude apparaît dans une lettre publiée par le Journal of the American Medical Association (JAMA) du 22 janvier 2014.Un résumé (en anglais) est disponible ici.

(2) Un résumé (en anglais) du projet de PREDIMEC est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
prevention_mode d'emploi

Prévention, mode d’emploi

L’idée de la prévention est, en fonction de l’âge, de repérer ce qui nous prédispose à une possible maladie. Puis, plus tard dans la vie, d'aller chercher les indices du développement éventuel de cette pathologie. Et, une fois qu’elle a pu être prise en charge et soignée, éviter qu’elle ne revienne. Les médecins parlent respectivement, pour ces trois étapes, de prévention primaire, secondaire et tertiaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un mode de vie sain permet d’éviter ou de retarder l’apparition des maladies non transmissibles (tels que cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires) dans plus de 50% des cas. Dans les faits, comment insuffler de la prévention dans sa vie? L’affaire est plus simple qu’il n’y paraît.
 faim_satiete

Faim et satiété: l’important est de s’écouter

Les besoins nutritionnels varient d’une personne à l’autre. Ils évoluent également avec l’âge et en fonction de l’activité physique. L’important est de savoir s’écouter et de manger à satiété, ni trop, ni pas assez. Conseils et gourmandise avec les livres Bien manger pour ma santé*.
Videos sur le meme sujet

Génétique et cholestérol

Un taux très élevé de mauvais cholestérol est très rarement imputable à des prédispositions génétiques.

Fruits et légumes trop pauvres en micronutriments: attention carences!

Nous mangeons toujours plus et sommes de moins en moins nourris.

Manger sainement: un investissement pour la vie

Qu'est-ce qui devrait nous guider dans le choix de ce que l'on mange ? Le besoin ou le plaisir ? Cette vidéo vous présente comment avoir une approche saine de l'alimentation à travers l'avis d'un médecin.