Maux de ventre: et si c’était l’intestin?

Dernière mise à jour 08/03/21 | Article
PS40_maux_ventre_intestin
C’est un mal très répandu. Le syndrome de l’intestin irritable touche environ 10 % de la population. Si ses symptômes varient fortement d’une personne à l’autre, des solutions existent néanmoins.

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) est un diagnostic difficile à poser, tant les symptômes peuvent varier d’une personne à l’autre. Cela nécessite d’abord d’éliminer toutes les autres causes possibles aux symptômes du patient. Outre le mal de ventre, les crampes, les ballonnements et les flatulences, on peut également se plaindre de constipation ou à l’inverse de diarrhées. Parfois, le tableau est mixte. Le diagnostic repose sur la présence d’une douleur abdominale depuis au moins six mois et survenant au moins un jour par semaine durant les trois derniers mois. Au moins deux des trois critères suivants doivent être associés à la douleur: une relation entre douleur et défécation, une modification de la fréquence des selles, une modification de leur consistance appréciée par une échelle spécifique.

Selon les troubles du transit associés, on distingue quatre sous-groupes de SII: à diarrhée prédominante (SII-D), à constipation prédominante (SII-C), mixte avec une alternance de diarrhée et de constipation (SII-M) et indéterminé (SII-I), c’est-à-dire sans trouble du transit évident. Ces désagréments se font sentir en l’absence d’anomalie métabolique ou organique.

Une conjonction de causes

Une conjonction de dysfonctionnements est en cause dans ce syndrome. Tout d’abord, il existe un problème moteur au niveau du système nerveux entérique. La motricité n’est pas optimale, les aliments passant trop lentement ou trop vite dans le tube digestif. L’axe qui relie l’intestin au cerveau peut également dysfonctionner. Certaines personnes sont plus sensibles à certains mouvements du côlon et du rectum, qui restent imperceptibles pour les autres, ou à la production de gaz. Les troubles intestinaux peuvent apparaître après une infection gastro-intestinale ou un voyage et être liés à une modification du microbiote ; on parle alors de SII post-infectieux. L’alimentation joue également un rôle : certaines personnes développeront des troubles intestinaux après l’ingestion de gluten ou de certains sucres fermentables (FODMAP) (lire encadré).

Diverses solutions

Le fait qu’un médecin prenne au sérieux la plainte et donne un nom à cette douleur est primordial. Chez la moitié des patients, ce dialogue et des explications permettent de résoudre le problème. Reconnaître que la douleur existe mais qu’elle ne va rien causer de grave suffit dans certains cas à activer des mécanismes naturels de régulation de la douleur, notamment par le biais de l’axe cerveau-tube digestif.

Si les symptômes persistent, des médicaments peuvent être prescrits, en fonction du sous-groupe de SII. Par exemple, lorsque la constipation est prédominante, les patients doivent prendre des traitements dits laxatifs qui vont accélérer le transit. Si les douleurs de type crampes sont au premier plan, on peut alors prendre des médicaments antispasmodiques.

Probiotiques et alimentation

En cas de perturbation du microbiote, plusieurs stratégies visant à rétablir un équilibre ont été proposées (de simples yaourts, même au bifidus, ne suffisent pas). Apports de compléments dits prébiotiques (généralement des sucres favorisant le développement des souches de bactéries sous-représentées et ayant des effets positifs sur le système digestif) ou de probiotiques (bactéries protectrices manquantes). Malheureusement, à l’heure actuelle, toutes ces stratégies n’ont au mieux permis qu’une déstabilisation temporaire du microbiote avec des succès thérapeutiques marginaux, voire inexistants, dans le SII.

Les maux ressentis sont-ils liés aux aliments consommés? Les patients atteints de SII ont généralement beaucoup d’interrogations sur leur alimentation. De manière générale, un régime varié et équilibré sera souvent préconisé. Les régimes trop restrictifs sont à éviter car ils augmentent le stress et la viscérosensibilité. De par le manque de variété alimentaire, des carences en macro ou micronutriments (vitamines, oligo-éléments) pourraient s’installer et avoir un impact significatif sur la santé. L’éviction d’un aliment spécifique peut toutefois être bénéfique dans certaines situations, comme la sensibilité au blé non cœliaque ou l’intolérance aux FODMAP (lire encadré). Enfin, une intolérance au lactose peut mimer les symptômes du SII-D et doit donc être recherchée activement si un lien entre les symptômes et la consommation de produits laitiers est observé.

Autres approches

Parmi les autres approches thérapeutiques, l’activité sportive est bénéfique. En augmentant la musculature, elle renforce la ceinture abdominale et diminue les ballonnements. Le Pilates, la course à pied, la natation et, de manière générale, toute activité physique qui « change les idées » sans être trop stressante est à recommander. L’hypnose dirigée sur le tube digestif, une technique de relaxation profonde, a montré une efficacité significative sur les symptômes de SII au cours de plusieurs études bien menées, surtout chez les personnes de moins de 50 ans et chez les patients signalant que leurs symptômes sont déclenchés par le stress. Les autres techniques de relaxation (sophrologie, yoga) pourraient être utiles mais n’ont pas encore été bien évaluées. Certaines méthodes relevant du charlatanisme, comme l’hydrothérapie du côlon, doivent être bannies, car potentiellement dangereuses (risque de perforation). Enfin, des antidépresseurs à faible dose peuvent avoir un impact positif en modulant le seuil de la douleur.

Les FODMAP en cause?

Chez certaines personnes souffrant de douleurs abdominales avec ballonnements, des données récentes suggèrent qu’il peut exister une mauvaise digestion de certains sucres appelés FODMAP (Fermentable, Oligo, Di, Monosaccharide et Polyols). Ces sucres, largement présents dans l’alimentation, sont parfois mal digérés et peuvent alors générer des symptômes digestifs. Chez des patients avec SII, des études récentes ont confirmé l’efficacité à court terme d’un régime pauvre en FODMAP. Toutefois, la liste des aliments contenant des FODMAP est tellement étendue que ce régime est difficile à suivre. En l’absence d’efficacité nette au bout de quatre à six semaines, il est inutile de le poursuivre.

______

J’ai envie de comprendre... Pourquoi j’ai mal au ventre, Sophie Restellini-Kherad, Michel Maillard, Sophie Davaris, Editions Planète santé, 2020.

_________

 Paru dans Planète Santé magazine N° 40 – Mars 2021

A LIRE AUSSI

Troubles digestifs
pancreas

Le fragile pancréas est une glande essentielle à la digestion

Peu connu, c’est pourtant un organe majeur. On ne le prend en compte qu’à partir de l’apparition des...
Lire la suite
Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Constipation
constipation_hemorroides_lies

Constipation et hémorroïdes: des phénomènes parfois liés

Les hémorroïdes sont plus fréquentes qu’on ne le pense. Dans certains cas, elles peuvent être prévenues...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
LMD_probiotiques_panacée

Probiotiques, une panacée?

En pharmacie comme au rayon «yaourt», les probiotiques ont le vent en poupe. Leur promesse? Chouchouter notre flore intestinale, qu’elle soit mal en point ou trop paresseuse. Sauf que tout est loin d’être aussi simple...
Supp_La Côte_Dossier_reprise_activité_alimentation

Reprise d’une activité physique: côté alimentation, on change tout?

Barres et gels énergétiques, boissons protéinées ou chargées en électrolytes: quelles denrées idéales consommer avant, pendant ou après l’effort. Et surtout, en avons-nous vraiment tous besoin? Les réponses de Maaike Kruseman, professeure au sein de la Filière Nutrition et diététique de la Haute école de santé de Genève.
Illustré_jeûne_intermittent

À la découverte du jeûne intermittent

La nourriture n’a jamais été aussi omniprésente dans notre société. Pourtant, nombreux sont ceux qui essayent de revenir à une alimentation moins abondante, à travers des périodes de jeûne intermittent notamment. Une restriction calorique périodique qui apporterait de nombreux bienfaits à l’organisme… Vraiment? Réponses avec le Pr Claude Pichard, responsable de l’unité de nutrition aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
Videos sur le meme sujet

Le comment du pourquoi: grignoter entre les repas

Pourquoi faut-il éviter de grignoter entre les repas?

Une étude montre à quel point mal manger peut tuer

Une étude au long cours, basée sur le fameux Nutri-Score, montre à quel point une mauvaise alimentation augmente les risques de mortalité accrue.

Quand l'alimentation nous fait évoluer

Huma Khamis se penche sur le rôle que notre alimentation a joué et joue encore sur notre évolution.