Le vrai-faux du bien manger

Dernière mise à jour 06/02/12 | Vrai/Faux
Fourchette avec un petit-pois
L’alimentation connaît son lot d’idées reçues. Faisons le point sur certaines d’entre elles avec deux spécialistes de la nutrition, Dr Dominique Durrer et Yves Schutz.

Il ne faut jamais  se resservir… Faux

Manger  selon ses sensations de faim et de satiété constitue la manière la plus saine et la plus sûre qui soit. En prenant son temps pour manger, on augmente son plaisir en prenant garde au goût des aliments et en étant plus attentif à la sensation de satiété. S’arrêter lorsque l’on n’a plus faim! Pour commencer, essayer de se servir la moitié de sa ration habituelle. La manger lentement en appréciant chaque bouchée. Ne se resservir que si vous avez encore faim, avec modération. Se fier à ses sensations physiologiques.  Ce qui compte, ce n’est pas un seul repas, mais l’ensemble des repas pris sur plusieurs jours, voire sur une semaine.

Manger le soir fait grossir… Faux

Ce qui fait grossir, c’est la prise d’un excès d’énergie par rapport à sa dépense énergétique. L’heure à laquelle on mange importe peu. En revanche, ce que l’on grignote le soir, après le souper, devant la télé, tend à être très calorique (chocolat, biscuits, chips, sodas) et s’ajoute aux calories ingérées durant la journée. De plus, comme on se couche ensuite, cela ne nous offre plus le loisir d’éliminer ces calories par l’activité physique. Alors, il faut tenter de limiter les aliments riches en graisses le soir.

Maigrir, c’est se priver un maximum… Faux

Ne pas exagérer! Si l’on mange trop peu (moins de 1400 à 1500 kcal/jour), le métabolisme s’adaptera à cette «famine», et va ralentir! Ainsi le corps sera avide de toute calorie ingérée en excès et va les stocker au plus vite. Lorsque l’on atteint un plateau où le poids est stable et ne baisse plus, il faut alors augmenter l’activité physique, manger régulièrement et ne pas oublier les légumes et les fruits (augmenter le volume d’aliments peu caloriques, pour éviter un regain pondéral: yo-yo).

Il faut se frustrer pour maigrir… Faux

En cas d’envie, on peut se préparer ou faire préparer par quelqu’un une petite portion de cet aliment plutôt que de l’éviter. Cela pourrait conduire à y penser nuit et jour et à craquer en en consommant une grande quantité. Ex.: Prendre 4 carrés de chocolat plutôt que de craquer pour 1 plaque entière!

Sauter le petit déjeuner, c’est épargner des calories… Faux

Sauter le petit-déjeuner, c’est s’exposer à une hypoglycémie vers 11 h, accompagnée d’une baisse de concentration, de malaises et de fringale à midi! En structurant mieux les repas vous ne vous sentirez que mieux et vous contrôlerez plus facilement votre appétit.

Jeûner permet de perdre du poids… Faux

Jeûner permettra de perdre rapidement plusieurs kilos, mais ce poids perdu sera constitué principalement d’eau et de muscles avant tout, et non spécifiquement et intégralement de graisse. En outre, le corps d’une personne qui jeûne finira par être mou et flasque: elle se sentira faible. Le jeûne n’a jamais aidé à purifier quoi que ce soit. Affamé, l’organisme entraîne une compensation physiologique et met le moteur de l’organisme «au ralenti». Lors de la reprise d’une alimentation normale, le gain pondéral sera explosif. Il y a donc un risque important de reprendre plus de poids que de poids perdu. 

Suivre n’importe quel régime végétarien fait maigrir…  Vrai et Faux

Manger végétarien ne signifie pas nécessairement manger sainement et n’amène pas toujours à une perte de poids. Le régime végétarien  peut contenir beaucoup de graisses, d’acides gras saturés (huile de palme et de coco). Si le régime est lacto-végétarien, un excès de fromage gras, par exemple, peut renfermer beaucoup de calories.

Eliminer toutes les graisses fait maigrir… Faux

Le corps a besoin des «bonnes graisses» pour fonctionner. Elles sont indispensables pour se maintenir en bonne santé. L’important est le nombre de calories qu’un aliment contient, ou mieux le nombre de calories ingérées par rapport à la dépense énergétique. Il peut donc être délétère (néfaste) de diminuer la consommation de certaines graisses, acides gras mono- et polyinsaturés oméga de type 3: il ne faut sûrement pas les supprimer!

Référence

Extrait de «Alimentation et surpoids à l’adolescence, Manuel de prévention et ateliers pratiques»,  Dr Dominique Durrer et Yves Schutz, Médecine et Hygiène, 2010.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Fourchette et cuillère formant une croix

Jeûner pour soulager les articulations

Quand on parle de jeûne thérapeutique, l’une des affections pour lesquelles les patients se mettent à la diète pure et simple, ce sont celles qui touchent les articulations, comme les rhumatismes ou l’arthrose. L’avis d’un rhumatologue.
Infusions

Jeûne et santé font-ils bon ménage?

Le médicament est-il l’unique solution? On en consomme certes de plus en plus mais, en parallèle, la méfiance grandit face au culte du tout chimique et aux effets secondaires qui y sont liés. Alors, une question se pose: existe-t-il une autre voie thérapeutique? Pour certains, le jeûne est la réponse. Le point sur une approche alternative de la maladie et du soin.
Réfrigérateur rempli d'aliments

Comment le corps réagit-il à la privation de nourriture?

Un jeûne thérapeutique suivi par une personne malade doit se faire sous supervision médicale. Il est conseillé de ne pas se lancer seul dans une diète prolongée.
Videos sur le meme sujet

Intoxications accidentelles

Les intoxications accidentelles sont nombreuses, malgré tous les messages de prévention. En Suisse, plus de 15’000 accidents par année sont dus aux médicaments, aux produits ménagers ou aux plantes.

Régimes: ils font tous grossir!

Les régimes amincissants semblent avoir encore de beaux jours devant-eux. Ils nous ont vanté mille et une recettes pour maigrir vite et sans effort. L'émission "L'Antidote" se penche sur ces promesses miracles vendues pour nous faire perdre du poids en compagnie du Dr Eric Heraïef.

Manger sainement: un investissement pour la vie

Qu'est-ce qui devrait nous guider dans le choix de ce que l'on mange ? Le besoin ou le plaisir ? Cette vidéo vous présente comment avoir une approche saine de l'alimentation à travers l'avis d'un médecin.