Jeûne et santé font-ils bon ménage?

Dernière mise à jour 07/05/12 | Article
Infusions
Le médicament est-il l’unique solution? On en consomme certes de plus en plus mais, en parallèle, la méfiance grandit face au culte du tout chimique et aux effets secondaires qui y sont liés. Alors, une question se pose: existe-t-il une autre voie thérapeutique? Pour certains, le jeûne est la réponse. Le point sur une approche alternative de la maladie et du soin.

Jeûner, c’est rebooster son corps. Depuis 50 ans, d’abord en ex-URSS, puis en Allemagne et aux USA, des médecins et des biologistes explorent les effets de la restriction calorique sur l’organisme et son influence sur certaines maladies. Une approche complémentaire aux perspectives inattendues. C’est ce que le documentaire de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade diffusé récemment sur Arte a mis en lumière. Le jeûne thérapeutique a ses adeptes et ses détracteurs. Récit d’une controverse.

Sibérie et Allemagne à la diète

En Sibérie, la diète est un élément central de la politique de santé publique. Un sanatorium propose même depuis 1995 un centre de jeûne où les patients ne boivent que de l’eau, et ce pendant une dizaine de jours. En 15 ans, 10’000 patients y ont fait une cure pour des problèmes de diabète, d’asthme, d’hypertension, d’allergies ou de rhumatismes. Cette pratique thérapeutique est le fruit de 40 ans d’expériences scientifiques pratiquées par des chercheurs soviétiques, d’abord sur des malades psychiatriques. Selon ces études, qui n’ont jamais franchi le mur de Berlin, autant un psychisme défaillant que des maladies somatiques seraient traités par le jeûne.

Mais comme sanatorium sibérien et hôpitaux psychiatriques d’URSS n’inspirent pas vraiment spontanément une grande confiance en matière de science et de médecine, regardons ce qui se fait sous des latitudes plus proches. En Allemagne, par exemple, 15 à 20% de la population affirme avoir jeûné et un centre de jeûne renommé existe aux bords du lac de Constance depuis 60 ans: la clinique Buchinger. Le menu y est un peu plus riant que dans les steppes sibériennes: soupe légère ou jus de fruits. Les patients viennent y suivre des cures d’une à trois semaines, par exemple pour soulager leurs rhumatismes ou retrouver un foie de taille normale.

A Berlin aussi, la diète est à la mode. Puisqu’on jeûne même à l’intérieur du plus grand hôpital public d’Europe, la Charité. En effet, dans une annexe de cette institution, un bâtiment réserve un étage aux patients qui y jeûnent selon la méthode Buchinger. Des gens qui souffrent principalement de syndrome métabolique, de problèmes cardiaques ou de rhumatismes.

Jeûner pour le fun

En France et en Suisse, il existe des stages de jeûne, mais, nuance, ils sont destinés aux gens… en bonne santé. Il s’agit essentiellement de boire des tisanes pendant une semaine. Une cure de bien-être destinée à remettre les compteurs à zéro et à éveiller l’esprit, sur un modèle importé d’Allemagne. Pas un gramme de nourriture solide, mais des aliments liquides. On ne se contente pas d’amour et d’eau fraîche, mais on consomme quelques tisanes et bouillons. Le reste du temps, c’est randonnées et rencontres avec des naturopathes, ou alors yoga et débats sur la nutrition. Une parenthèse consacrée à son corps et son alimentation, conçue comme un séjour de vacances.

Outre ces cures new age et hormis le cadre religieux (carême ou ramadan), le jeûne n’est pas pratiqué fréquemment sous nos latitudes. Et il provoque même souvent une certaine méfiance car on l’associe parfois à des dérives sectaires ou aux gourous et autres charlatans qui promettent la guérison par l’ascèse. Surtout que jeûner de manière extrême peut modifier le fonctionnement du cerveau. Pour le plus grand bonheur des sectes, avertissent les détracteurs de la diète forcée.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Fourchette et cuillère formant une croix

Jeûner pour soulager les articulations

Quand on parle de jeûne thérapeutique, l’une des affections pour lesquelles les patients se mettent à la diète pure et simple, ce sont celles qui touchent les articulations, comme les rhumatismes ou l’arthrose. L’avis d’un rhumatologue.
Fourchette avec un petit-pois

Le vrai-faux du bien manger

L’alimentation connaît son lot d’idées reçues. Faisons le point sur certaines d’entre elles avec deux spécialistes de la nutrition, Dr Dominique Durrer et Yves Schutz.
Réfrigérateur rempli d'aliments

Comment le corps réagit-il à la privation de nourriture?

Un jeûne thérapeutique suivi par une personne malade doit se faire sous supervision médicale. Il est conseillé de ne pas se lancer seul dans une diète prolongée.
Videos sur le meme sujet

Intoxications accidentelles

Les intoxications accidentelles sont nombreuses, malgré tous les messages de prévention. En Suisse, plus de 15’000 accidents par année sont dus aux médicaments, aux produits ménagers ou aux plantes.

Régimes: ils font tous grossir!

Les régimes amincissants semblent avoir encore de beaux jours devant-eux. Ils nous ont vanté mille et une recettes pour maigrir vite et sans effort. L'émission "L'Antidote" se penche sur ces promesses miracles vendues pour nous faire perdre du poids en compagnie du Dr Eric Heraïef.

Manger sainement: un investissement pour la vie

Qu'est-ce qui devrait nous guider dans le choix de ce que l'on mange ? Le besoin ou le plaisir ? Cette vidéo vous présente comment avoir une approche saine de l'alimentation à travers l'avis d'un médecin.