Compléments alimentaires: jamais sans avis médical

Dernière mise à jour 09/04/19 | Article
complements_avis_medical
Accompagnés de beaucoup de promesses, les compléments alimentaires garnissent les rayons diététiques des pharmacies et des supermarchés. Est-il pour autant utile d'en prendre? Leur consommation présente-t-elle des risques? Éléments de réponse.

Vitamines, oligo-éléments, sels minéraux, omégas, mais aussi complexes pour les cheveux, pour les ongles, pour la peau, pour bronzer, pour mincir: le domaine des compléments alimentaires ne manque pas de variété et sa gamme ne cesse de s'enrichir. Présentés comme participant au bien-être et à la santé, vendus en libre-service, promettant monts et merveilles, ces produits laissent penser qu'ils ne représentent aucun danger. Il est tentant d'y succomber, comme en atteste un marché plein de vitalité. Mais, clairement, ce n'est pas une bonne idée. «Nous n'avons aucune directive médicale pour orienter les patients vers la prise de compléments alimentaires, souligne Muriel Lafaille Paclet, cheffe diététicienne au Service d'endocrinologie, diabétologie et métabolisme du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). Quelqu'un qui est en bonne santé et a une alimentation équilibrée trouve tout ce dont son organisme a besoin pour fonctionner dans ce qu'il mange. Il n'y a donc aucune raison de se supplémenter.»

Situations particulières

Les compléments alimentaires sont destinés à certaines populations à risque bien connues. Parmi elles figurent les patients atteints d'une maladie chronique grave, rénale, digestive ou autre, les personnes qui viennent de subir une intervention chirurgicale importante ou qui sortent d'une maladie aiguë grave ayant entraîné des déficits. Ces situations justifient la prescription ponctuelle et ciblée de compléments alimentaires.

Une supplémentation peut aussi être prescrite en parallèle à certains traitements, aux jeunes femmes si elles présentent une tendance à manquer de fer, et aux femmes en âge de procréer si elles désirent un enfant, sous la forme d’un supplément en acide folique pour prévenir des malformations du tube neural du fœtus. Dans tous les cas, l'auto-supplémentation est déconseillée. «Les prescriptions doivent être faites par un médecin qui se base sur le résultat des analyses sanguines ou urinaires du patient pour évaluer les déficits», précise la spécialiste en nutrition.

Effets inconnus

Non seulement il n'existe aucune indication médicale à se supplémenter, mais les dernières recommandations concernant la prévention primaire du cancer conseillent même de ne pas prendre des compléments sans avis médical. Le risque encouru, c'est un surdosage. «Lorsqu'on consomme des vitamines via l'alimentation, elles ne sont pas seules, elles font partie d'un repas qui contient d'autres éléments nutritionnels. À l'opposé, un complément alimentaire équivaut à un "shot", mais notre organisme n'est pas fait pour assurer l'intégration de hautes doses de micronutriments. À long terme, on ne connaît pas leur impact sur la santé». Sans oublier qu'un nombre croissant de produits alimentaires industrialisés est enrichi en vitamines, en omégas… «Il y a de quoi faire exploser tous les scores alors qu'on n'a aucune raison de se supplémenter dans un pays où on a accès à tous les fruits et légumes toute l'année.»

Si ces produits remportent néanmoins un certain succès, c'est parce qu'ils vendent du rêve. «On a besoin d'avoir le sentiment qu'on ne va pas tomber malade, pas vieillir, avoir une chevelure de rêve ou la même qualité de peau à 60 ans qu'à 20 ans, analyse Muriel Lafaille Paclet. Or ce rêve a un coût, bien supérieur à celui d'une alimentation saine et équilibrée, et il manque aussi cruellement de goût. Manger des fruits mûrs et des légumes de toutes les couleurs est bien plus plaisant et savoureux que d'avaler des pilules.»

Parlez-en avec votre médecin!

Pour Muriel Lafaille Paclet, cheffe diététicienne au Service d'endocrinologie, diabétologie et métabolisme du CHUV, ces produits en vente libre n'ont rien d'anodin. «Certains compléments alimentaires peuvent concurrencer un traitement en altérant le principe actif ou en le majorant». C'est le cas de traitements ayant pour cible le système nerveux central ou cardio-vasculaire, pour lesquels le plus d'interactions indésirables ont été décrites.

Les compléments alimentaires peuvent aussi contribuer à réveiller des tumeurs latentes chez les fumeurs, comme c'est le cas avec le bêtacarotène. En France, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a procédé à une évaluation des risques potentiels pour la santé liés à la consommation de compléments alimentaires contenant de la mélatonine. L’Agence a ainsi dressé la liste de populations et de situations à risque pour lesquelles sa consommation doit être évitée ou soumise à l’avis d’un médecin.

Consommer à l'aveugle des compléments alimentaires supposés nous faire du bien peut donc présenter des risques importants. «J'encourage les patients qui en prennent à en parler avec leur médecin de manière à être accompagnés et à éviter les risques liés au dosage et à la prise sur le long terme», conclut la spécialiste.

__________

Publié dans le supplément «Votre santé» de La Côte Hebdo en novembre 2018.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Constipation
selles_disent

Les selles et leurs mystères

Aspect, forme, couleur, odeur: nos fèces livrent quantité d’informations sur notre état de santé. Voici...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
complements_alimentaires_cholesterol

Des compléments alimentaires pour réduire le cholestérol?

De nombreux patients se tournent vers des substances naturelles pour réduire leur taux de cholestérol et le risque de maladies cardiovasculaires. Mais sont-elles réellement efficaces? Le point sur ces différents produits dont la publicité nous vante tant les mérites.
 complements_avis_medical

Pas de compléments alimentaires sans avis médical

Consommer des compléments alimentaires présente-t-il des bénéfices? «Clairement pas, sauf s’il existe une indication précise», répond le Pr Daniel Teta, médecin chef du service de néphrologie à l’hôpital du Valais. Cela peut même représenter des risques sérieux pour la santé. C’est pourquoi un avis médical est nécessaire en cas de consommation prolongée.
Dopage amateur, méfaits sur votre santé

Dopage amateur, méfaits sur votre santé

Avis aux consommateurs de produits dopants, la publicité vous ment la plupart du temps quand elle vous garantit de superbes performance grâce à des compléments alimentaires ou à des médicaments. En effet, toutes ces substances sont le plus souvent inefficaces voire dangereuses pour la santé.
Videos sur le meme sujet

Compléments alimentaires: le bien et le mal

De nos jours, que vous désiriez arrêter de vieillir, maigrir, avoir une belle peau, de beaux muscles ou être intelligent, vous pouvez trouver un complément alimentaire qui prétend pouvoir vous aider.