Vitamine D: toutes et tous carencés?

Dernière mise à jour 10/07/24 | Vrai/Faux
P24-03_vitamine_D_carences
Le Dr Emmanuel Biver, médecin adjoint agrégé au Service des maladies osseuses des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), fait le point sur cette vitamine aux multiples fonctions, primordiale notamment pour l’absorption digestive du calcium.

Une carence en vitamine D comporte des risques pour la santé

Vrai. Le risque est une fragilisation osseuse avec développement d’ostéoporose. En cas de carence sévère et prolongée ou d’anomalie génétique dans le métabolisme de la vitamine D, un trouble de la minéralisation osseuse peut se développer. La carence en vitamine D peut également s’accompagner d’une faiblesse musculaire, d’une augmentation du risque de chutes et de fractures chez la personne âgée et d’une susceptibilité accrue aux infections respiratoires virales hivernales.

La vitamine D est uniquement sécrétée grâce à l’exposition solaire

Faux. Elle est principalement synthétisée par la peau à partir de précurseurs du cholestérol sous l’effet de l’exposition au soleil (rayons UVB). Elle peut également provenir d’apports alimentaires comme les poissons gras, les champignons, le jaune d’œuf et le beurre. Ceux-ci sont toutefois insuffisants pour couvrir les besoins.

Les compléments alimentaires ne sont pas nécessaires chez tout le monde

Vrai. Ils sont prescrits uniquement chez les individus présentant une insuffisance ou un déficit en vitamine D et dans les situations dans lesquelles les bénéfices d’une optimisation des réserves ont été démontrés. Une supplémentation est par exemple recommandée, sans dosage sanguin préalable de la vitamine D, chez l’enfant dès l’âge de deux semaines et jusqu’à trois ans, et chez les adultes après 60ans.

Nous sommes toutes et tous carencés en vitamine D

Faux. Bien que l’insuffisance en vitamine D soit fréquente, cette carence ne concerne pas tous les individus. Les personnes âgées, en surpoids ou obèses, sédentaires avec peu d’expositions solaires, à la peau de phototype foncé ou avec des habitudes vestimentaires couvrant l’ensemble du corps, sont toutefois plus à risque. Certaines maladies hépatiques rénales ou induisant un trouble de l’absorption digestive, ainsi que la prise de médicaments augmentant le catabolisme de la vitamine D, sont également des facteurs de risque de carence.

_____

Article repris du site  pulsations.swiss

Articles sur le meme sujet
P24-03_alimentation_anti-inflammatoire

Les atouts de l’alimentation anti-inflammatoire

L’inflammation chronique est un état pathologique peu connu, mais qui peut être néfaste. De quoi s’agit-il vraiment? Un régime équilibré, privilégiant des aliments d’origine végétale et les oméga 3, pourrait-il aider à en limiter les effets négatifs?