Diminuer son risque cardiovasculaire par l’assiette

Dernière mise à jour 03/10/14 | Article
Diminuer son risque cardiovasculaire par l’assiette
L’alimentation, et plus particulièrement la consommation des bonnes graisses, fait partie intégrante des bonnes habitudes de vie à adopter pour limiter les risques de maladies cardiovasculaires. L’Office fédéral de santé publique suisse (OFSP) révèle ses dernières recommandations en la matière.

Arrêter de fumer, adopter une activité physique régulière, éviter de consommer trop d’alcool et diminuer son stress: tels sont les premières recommandations d’un médecin généraliste aux patients présentant des facteurs de risque cardiovasculaires, ainsi qu’en prévention générale. De plus, une prévention efficace passe par une alimentation équilibrée. Les recommandations concernant les graisses dans l’alimentation permettent d’approfondir cet aspect de la prévention.

Les recommandations 

L’OFSP recommande chez l’adulte un apport total en graisses entre 20 et 35% de l’apport calorique journalier:

  • 10% maximum apportés par des graisses saturées contenues dans les viandes rouges ou les produits laitiers par exemple;
  • 10 à 15% couverts par les graisses mono-insaturées, comme les huiles végétales telles que l’huile d’olive;
  • le reste de l’apport constitué par les graisses polyinsaturées, les omégas 3 et 6, retrouvés dans les poissons, les noix, les amandes et l’huile de colza.

L’OFSP insiste également sur l’abandon de la limitation des apports en cholestérol, ceux-ci n’ayant que très peu d’effets sur son taux sanguin. En revanche, il reste primordial de limiter ses apports en graisses saturées, qui augmentent la résistance à l’insuline et le risque cardiovasculaire.

Choisir les bonnes graisses

Selon une étude récente, le changement du type de graisses consommées (des graisses saturées vers des graisses mono et poly insaturées) semblerait plus efficace que la diminution des graisses totales. Bien sûr, pour être efficace, ce changement doit être maintenu sur le long terme.

Comment diminuer les graisses saturées ? En pratique cela peut se faire en privilégiant la viande blanche plutôt que rouge, en favorisant les produits laitiers semi-écrémés et en limitant à une cuillère à soupe par jour le beurre, la margarine et la mayonnaise.

Adopter le régime méditerranéen

Le régime qui privilégie les graisses insaturées est le régime de type méditerranéen. Ce régime est actuellement le régime cardioprotecteur reconnu comme le plus efficace. Les recommandations de l’OFSP décrivant l’apport idéal en graisses peuvent être suivies en l’adoptant. Il s’agit de consommer des huiles végétales, celle-ci sont riches en acides gras insaturés (oméga 6 et oméga 3), à l’exception des huiles de palme ou de coco, trompeuses, car riches en acides gras saturés. Deux à trois cuillères à soupe d’huile de colza ou 30 grammes d’huile de noix, de fruits à coques ou de graines sont conseillés par jour pour couvrir ses besoins en acides gras mono-insaturés et poly-insaturés. En plus de cet apport, les omégas 3 (la graisse poly-insaturée la plus rare) peuvent être apportés par une consommation régulière de poissons, au minimum une à deux fois par semaine. Pour éviter les problèmes de contamination à la dioxine ou au mercure, il est préférable de privilégier les poissons issus de pêche responsable, notamment la rascasse, le flétan, la sardine, la truite ou encore le thon en boîte.

D’une manière générale, le patient doit être conseillé individuellement, pour adapter les changements à mettre en place en fonction de ses habitudes. Cela permettra également de tenir compte de son budget, élément non négligeable dans le choix des aliments (privilégier l’huile de colza, acheter du poisson en boîte par exemple).

En résumé…

En conclusion, une cuisine favorisant les huiles d’olive et de colza, pauvre en graisses animales et riche en poisson, est particulièrement adaptée à la prévention du risque cardiovasculaire. Pour être efficace, un changement de régime doit être poursuivi dans le temps. Il ne faut donc pas oublier la notion de plaisir, car le meilleur régime reste celui lié à une alimentation que l’on aime!

_________

Références

Adapté de «Comment diminuer son risque cardiovasculaire avec l’alimentation? Rôle des graisses consommées», Drs Joana Le Boudec, Baptiste Pedrazzini, David Nanchen, Service d’endocrinologie, diabétologie et métabolisme, CHUV; Lausanne. In Revue Médicale Suisse 2014:10:532-8. En collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Statines

Les médicaments anticholestérol se retrouvent au coeur du débat

Si l’alimentation et l’activité physique sont les premières mesures à prendre en prévention primaire contre un taux trop élevé, la prise de statines peut s’avérer nécessaire et sauver des vies.
manger_mode_emploi

Bien manger, mode d'emploi

En matière d’alimentation, beaucoup de messages circulent, certains sans réel fondement scientifique. Que dit la science sur la/les meilleures façons de se nourrir? Un spécialiste nous livre les dernières connaissances sur le sujet.
Videos sur le meme sujet

Manger sainement: un investissement pour la vie

Qu'est-ce qui devrait nous guider dans le choix de ce que l'on mange ? Le besoin ou le plaisir ? Cette vidéo vous présente comment avoir une approche saine de l'alimentation à travers l'avis d'un médecin.

Aliments fonctionnels: ces aliments qui vous veulent du bien

Aujourd'hui, à l'heure de faire ses courses, le consommateur se trouve face à une multitude de produits qui disent agir pour sa santé. Alors que penser des ces aliments dits "fonctionnels"? L'Antidote fait le point avec des diététiciennes, des consommateurs, des industriels, un sociologue et un spécialiste du marketing.