L’assiette de junior sans viande ni poisson

Dernière mise à jour 01/02/17 | Article
assiette_junior
Une alimentation équilibrée est gage de bonne santé pour petits et grands. Dès lors, supprimer certains aliments du régime alimentaire des enfants et des adolescents n’est pas toujours sans risque pour leur santé. Est-il possible pour les jeunes végétariens, voire végétaliens, de couvrir tous les apports nutritionnels dont ils ont besoin pour être en pleine forme ? Réponses avec notre Vrai-Faux.

Un enfant peut grandir en bonne santé en étant végétarien

Vrai. Ne pas manger de viande, de volaille ou de poisson n’est pas problématique dans la mesure où ces aliments sont remplacés à chaque repas par des produits laitiers, des œufs, des légumineuses (lentilles, graines de haricots, pois, fèves, soja) ou leurs dérivés (tofu, Quorn). Les légumineuses sont à manger en association avec des céréales ou des fruits à coque, pour apporter un équilibre protéique complet.

L’alimentation végétalienne ou végane (sans aucun produit d’origine animale) peut par contre être source de carences nutritionnelles. Il est donc préférable de consulter un-e pédiatre et/ou un-e diététicien-ne pour faire le point sur ce sujet.

Les produits laitiers permettent d’assurer un apport suffisant en calcium, zinc et vitamine B12

Vrai. La consommation régulière de lait, yogourts et fromages (mais pas de beurre ou de crème, car ils ne contiennent que peu de ces précieux minéraux et vitamines) participe largement à couvrir les besoins de l’enfant ou de l’adolescent. Supprimer les produits laitiers favorise le risque de déficit nutritionnel.

Le fer contenu dans les légumes verts est suffisant pour couvrir les besoins d’un-e adolescente

Faux. Le fer végétal est moins bien absorbé que celui d’origine animale et la teneur en fer des légumes verts est souvent surestimée. Le suivi régulier du taux de fer sanguin permet d’éviter qu’une anémie ne s’installe, car les besoins en fer sont conséquents à l’adolescence, d’autant plus si le jeune pratique une activité sportive.

La consommation d’aliments enrichis en fer (céréales de petit-déjeuner, complément alimentaire à base de malt et supplémenté en vitamines, sels minéraux, oligo-éléments) permet d’augmenter les apports en fer de l’alimentation.

Un enfant végétarien qui n’a pas faim, mange forcément suffisamment

Faux. L’alimentation végétarienne ou végétalienne est souvent plus riche en fibres alimentaires que l’alimentation classique. La satiété intervient donc plus rapidement alors que les quantités consommées sont moindres, voire insuffisantes.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Troubles digestifs
pancreas

Le fragile pancréas est une glande essentielle à la digestion

Peu connu, c’est pourtant un organe majeur. On ne le prend en compte qu’à partir de l’apparition des...
Lire la suite
Constipation
selles_disent

Les selles et leurs mystères

Aspect, forme, couleur, odeur: nos fèces livrent quantité d’informations sur notre état de santé. Voici...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
vitamine_D_faut_supplements

Vitamine D: faut-il vraiment prendre des suppléments?

En gélules, en gouttes, ajoutés dans les aliments: les compléments de vitamine D sont très nombreux sur le marché. Mais sont-ils utiles?
vitamine_D_faut-il_supplements

Vitamine D: les suppléments sont-ils vraiment nécessaires?

La majorité des Suisses présenterait des carences en vitamine D. Réel problème de santé publique ou coup marketing? Notre enquête.

Protéines: opter pour la variété

Tandis que sucres et graisses ne cessent d’être visés par des messages de santé publique incitant à limiter leur consommation, les protéines gardent le vent en poupe.
Videos sur le meme sujet

Tout sur les vitamines

Mangez des fruits et des légumes.

La semaine du goût: l'alimentation des enfants, du "miam" au "ça fait grossir"

A lʹoccasion de la Semaine du goût, qui se tient dans toute la Suisse du 12 au 22 septembre 2019, Sarah Dirren vous propose de découvrir toute cette semaine les multiples recherches menées au Centre des sciences du goût et de l'alimentation (CSGA) à Dijon.

Les risques de troubles alimentaires révélés dès lʹenfance

Un poids anormalement haut ou bas dès lʹâge de deux ans augmente significativement le risque de développer, à lʹadolescence, des troubles des conduites alimentaires comme lʹanorexie, la boulimie ou lʹhyperphagie.