L’anorexie nerveuse (AN) au masculin

Dernière mise à jour 24/04/12 | Article
Homme très mince
L’anorexie nerveuse est une maladie caractérisée par l’altération de la perception de l’image de soi, image de soi déformée, que l’on essaie de compenser avec certains comportements visant à perdre du poids. Souvent considérée comme féminine, l’A.N. touche de plus en plus d’hommes (environ 5-10% des malades sont des hommes).

Qu’est-ce que l’anorexie nerveuse?

Chez la femme, l’A.N. se caractérise par la peur de prendre du poids, alors que leur poids est inférieur à la normale, ainsi que par des comportements répétés visant à corriger un défaut physique imaginaire ou une imperfection dont la perception est démesurée. Les comportements suivants peuvent accompagner le refus de s’alimenter: provocation de vomissements, utilisation de laxatifs, de diurétiques ou lavements. Chez l’homme, la peur de prendre du poids est souvent absente, rendant le diagnostic plus difficile.

Les hommes «à risque»

A travers la revue de la littérature et une étude concernant 50 patients hommes, il a été mis en évidence que les problèmes alimentaires sont plus présents chez les hommes ayant eu des difficultés d’identité sexuelle. D’autres auteurs ont signalé la possible relation entre l’anorexie masculine et la profession exercée: il semblerait que les danseurs, les sportifs et les modèles développent plus fréquemment des anorexies. Finalement, l’hérédité pathologique familiale serait plus marquée chez les hommes que chez les femmes. En effet, les hommes anorexiques ont souvent grandi avec des maladies familliales telles que la schizophrénie, l’alcoolisme, la dépression ou des troubles anxieux.

Un type subtil d’anorexie

L’A.N. masculine est plus difficile à détecter. Les femmes présentent fréquemment une aménorrhée (disparition des règles), qui, facilement décelée, permet aux gynécologues de s'orienter vers le diagnostic d'une A.N. Les symptômes masculins sont dissimulés et peu de professionnels de la santé y ont accès: diminution de la libido, de l’éjaculation, de la taille du scrotum et des testicules. Ces hommes ont souvent un sentiment de manque de puissance et de masculinité, parfois une humeur dépressive. Ainsi, les rapports sont difficiles avec les personnes du sexe opposé.

Référence

Adaptation de «Anorexie nerveuse atypique chez l’homme. Particularités des troubles endocrino-sexuels de la dysmorphomanie», Dr A.E. Brukhin, Département de psychiatrie et psychothérapie de l’Université de Moscou Dr G.E. Borella, P. Borella, Carouge, Genève, in Revue Médicale Suisse 2012;8:645-7.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
anorexie mentale

L’anorexie mentale est une maladie qui ronge et qui tue

Pour éviter qu’elle devienne chronique ou s’aggrave, il est impératif d’agir vite et de proposer une prise en charge médicale spécialisée.
L’alimentation, une question sensible à l’adolescence

L’alimentation, une question sensible à l’adolescence

Depuis 10 ans, on constate qu’un nombre grandissant de jeunes souffrent de troubles du comportement alimentaire. Quels sont-ils et pourquoi apparaissent-ils à cette période de la vie? Le point avec la Dresse Françoise Narring, responsable de l’Unité santé jeunes aux Hôpitaux universitaires de Genève.
Videos sur le meme sujet

Anorexie et boulimie: des comportements alimentaires à très haut risque

Notre société fait la promotion de la minceur, parfois même de la maigreur. Cette tendance peut s'avérer dangereuse, puisqu'elle participe au développement de certains troubles du comportement alimentaire.