Les substituts du tabac sont-ils inutiles?

Dernière mise à jour 21/01/12 | Questions/Réponses
Les substituts du tabac sont-ils inutiles?
Les substituts du tabac sont-ils inutiles? Selon une étude parue dans Tobacco Control, l’efficacité des patchs, chewing-gums et sprays est nulle sur le long terme, que leur prescription soit assortie ou non d’un conseil.

La dépendance au tabac étant aussi forte que celle à l’héroïne ou à la cocaïne, on comprend bien qu’il soit difficile d’arrêter. Un support, comme les substituts à la nicotine, est donc bienvenu. Malheureusement, selon une étude parue dans Tobacco Control1, l’efficacité des patchs, chewing-gums et sprays serait nulle sur le long terme, que leur prescription soit assortie ou non d’un conseil. L’étude réalisée aux Etats-Unis, porte sur près de huit cents personnes ayant arrêté de fumer, suivies sur plusieurs années. Faut-il compter désormais sur la seule volonté pour arrêter de fumer? Analyse du professeur Jacques Cornuz, directeur et médecin-chef de la policlinique médicale du CHUV et spécialiste du sevrage tabagique.

Les substituts nicotiniques seraient inefficaces, est-ce votre expérience?

Jacques Cornuz: L’étude parue dans Tobacco Control pose la bonne question: quelle est l’efficacité des substituts nicotiniques sur une population? Mais elle comporte de nombreuses limites méthodologiques, si bien que ses résultats ne permettent pas de prouver l’inefficacité des substituts. Par ailleurs, plus de cent études ont montré que la prise de ces médicaments assortie d’un conseil doublait pratiquement le succès du sevrage. C’est ce que nous avons aussi montré dans deux études, dont l’une est à paraître. En fait, le but premier de ces recherches n’était pas de tester l’efficacité des substituts, mais de voir si des interventions supplémentaires aidaient à arrêter de fumer; l’activité physique pour l’une2, et la conscience d’avoir une maladie liée au tabac pour l’autre. Dans les deux cas, ces interventions n’ont pas eu d’influence. Par contre, comme tous les participants prenaient des substituts nicotiniques dans le cadre d’un suivi, nous avons confirmé que ces médicaments aidaient à arrêter de fumer. Car les taux d’arrêt étaient de 26 à 29% après une année.

Un quart à un tiers de réussite, cela semble peu. Est-ce néanmoins un succès?

Nous ne sommes pas dans la médecine triomphante. Mais il s’agit, pour la plupart, de gens qui avaient 20 ans de tabagisme. Alors 26 à 29 personnes sur cent qui cessent de fumer dans ce contexte, oui, c’est un succès. Les soixante-quinze autres ont vu ce qu’était un sevrage, elles ont plus de chances de réussir la prochaine fois. En moyenne, il faut deux ou trois tentatives pour arrêter de fumer, c’est souvent un apprentissage. Or, il y a une attente d’un produit «magique» de la part des fumeurs. Cela n’existe pas. Il faut faire le deuil de quelque chose qui a apporté du plaisir pendant des années, puis relativiser. Il s’agit vraiment d’un processus. Une réalité dont ne tient pas compte l’étude américaine.

Vous parlez de substituts nicotiniques au pluriel. Il ne suffit pas d’en choisir un?

En général, nous proposons un patch qui couvre environ la moitié des besoins en nicotine du patient, dispensé sur la journée. S’y ajoute, selon les cas, gomme, inhalateur ou comprimé, que la personne dose selon ses besoins.

En Suisse, les assurances devraient commencer à rembourser les substituts nicotiniques. Est-ce justifié?

On évalue l’efficacité d’une intervention en termes de coût pour une année de vie épargnée. En dessous de vingt mille francs pour une année, ce rapport est considéré comme très favorable. Pour le sevrage du tabac, ce coût varie de vingt mille francs à moins de quatorze mille francs. C’est une des rares interventions qui ont un aussi bon rapport efficacité/coûts. Donc je suis favorable au remboursement du traitement pharmacologique, pour autant qu’il soit dispensé dans un cadre médical, avec un conseil. En Suisse, les médecins sont désormais bien formés, ce qui n’est pas toujours le cas aux Etats-Unis, où l’on trouve d’ailleurs les substituts nicotiniques au supermarché! Si l’on revient à l’étude citée, nous n’avons aucune idée de la manière dont ces produits étaient utilisés par les participants.

__________

1. Tobacco Control, 6 janvier 2012.

2. Tobacco Control, 27 août 2010.

________

  

    

Extrait de :

Check-Up. Les réponses à vos questions santé
de Marie-Christine Petit-Pierre
Ed. Planète Santé / Le Temps, 2014

            

A LIRE AUSSI

Tabac
Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

La prise de poids associée à l’arrêt du tabac représente un obstacle chez les fumeurs qui envisagent...
Lire la suite
Alcool
oktoberfest

Les excès d’alcool provoquent des arythmies cardiaques

Même ponctuelle, l’alcoolisation massive est délétère pour le cœur. Elle expose des personnes jeunes...
Lire la suite
Addiction au travail
Qu’est-ce que la dopamine?

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
substances_mieux_fonctionner

Des substances pour mieux fonctionner?

Le marché regorge de produits qui nous permettraient d’aller mieux, d’être plus efficace et moins stressé. Faut-il pour autant céder à la tentation? Au salon Planète Santé live, une conférence menée par la Pre Barbara Broers, spécialiste des addictions aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), et Bengt Kayser, professeur à l’Institut des Sciences du sport de l’Université de Lausanne (UNIL), pose la question et nous invite à nous interroger.
vapotage_nocif_pas

Le vapotage: nocif ou pas?

Inventée en Chine au début des années 2000 puis peu à peu distribuée sur le marché mondial, la cigarette électronique constitue une alternative à la cigarette classique. Plusieurs millions d’utilisateurs l’ont adoptée pour se sevrer du tabac. Mais est-elle inoffensive? Et aide-t-elle vraiment à cesser de fumer?

Comment l’addiction modifie le cerveau

Neuroscientifique à l’Université de Genève, Christian Lüscher a élucidé les mécanismes cérébraux qui conduisent à l’addiction et a trouvé le moyen de les neutraliser chez les souris. Le chercheur a reçu le prix Théodore Ott 2017 pour ses travaux qui pourraient avoir d’importantes implications cliniques.
Videos sur le meme sujet

Pourquoi le tabac est-il dangereux pour la santé?

Fumer des cigarettes est nocif, parce que le tabac est dangereux surtout quand il brûle.

Comment la Suisse abandonne ses enfants à l'industrie du tabac

Grâce à la prévention, le nombre de fumeurs diminue en Suisse, sauf chez les jeunes.

Journée sans tabac: l'IQOS sous la critique

L’IQOS, un produit fabriqué par Philip Morris permettant de fumer du tabac de manière moins nocive, ne tiendrait pas ses promesses.
Maladies sur le meme sujet
Radio des poumons

Cancer du poumon

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 4100 nouveaux cas de cancer du poumon (carcinome bronchique), ce qui représente 10 % de toutes les maladies cancéreuses. Le cancer du poumon touche plus souvent les hommes (62 %) que les femmes (38 %). C’est le deuxième cancer le plus fréquent chez l’homme, et le troisième chez la femme. C’est aussi le plus meurtrier, avec 3100 décès par an.