La cigarette électronique en trois questions

Dernière mise à jour 19/01/15 | Article
La cigarette électronique en trois questions
Directeur de la Policlinique de Lausanne, connu pour ses travaux sur le tabagisme, le Pr Jacques Cornuz fait le point sur la cigarette électronique.

             

Que disent les études les plus récentes sur l’efficacité de la cigarette électronique?

On ne sait toujours pas si elle représente une solution efficace pour arrêter de fumer à moyen terme, soit environ un an. Les données actuelles, qui portent sur des modèles de la première génération, sont non-concluantes. Les études concernant la deuxième génération sont en cours.

Et concernant son innocuité?

Pour les fumeurs, aucun doute: la cigarette électronique est clairement moins nocive que la cigarette de tabac, dans la mesure où il n’y a pas de combustion.

En tant que médecin, la recommandez-vous?

Non, faute de données de qualité. En revanche, si un fumeur souhaite diminuer le tabac ou arrêter de fumer grâce à la cigarette électronique, nous n’écartons pas cette solution, mais nous évoquons d’abord les solutions efficaces dont nous disposons, basées sur des substituts en nicotine et des conseils. Si, après la discussion, le patient désire toujours recourir à la cigarette électronique, nous lui faisons des recommandations générales, et lui proposons aussi de s’informer via les réseaux sociaux et d’autres vapoteurs. 

A LIRE AUSSI

Addiction au travail
Qu’est-ce que la dopamine?

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Alcool
oktoberfest

Les excès d’alcool provoquent des arythmies cardiaques

Même ponctuelle, l’alcoolisation massive est délétère pour le cœur. Elle expose des personnes jeunes...
Lire la suite
Tabac
Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

La prise de poids associée à l’arrêt du tabac représente un obstacle chez les fumeurs qui envisagent...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Puls_E-cigarette_co

E-cigarettes & Co’

Est-ce moins nocif de vapoter que de fumer? Les inhalateurs de tabac chauffé sont-ils vraiment «propres» ? L’avis du Dr Jean-Paul Humair, médecin adjoint agrégé au service de médecine de premier recours des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).
substances_mieux_fonctionner

Des substances pour mieux fonctionner?

Le marché regorge de produits qui nous permettraient d’aller mieux, d’être plus efficace et moins stressé. Faut-il pour autant céder à la tentation? Au salon Planète Santé live, une conférence menée par la Pre Barbara Broers, spécialiste des addictions aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), et Bengt Kayser, professeur à l’Institut des Sciences du sport de l’Université de Lausanne (UNIL), pose la question et nous invite à nous interroger.
vapotage_nocif_pas

Le vapotage: nocif ou pas?

Inventée en Chine au début des années 2000 puis peu à peu distribuée sur le marché mondial, la cigarette électronique constitue une alternative à la cigarette classique. Plusieurs millions d’utilisateurs l’ont adoptée pour se sevrer du tabac. Mais est-elle inoffensive? Et aide-t-elle vraiment à cesser de fumer?
Videos sur le meme sujet

Pourquoi le tabac est-il dangereux pour la santé?

Fumer des cigarettes est nocif, parce que le tabac est dangereux surtout quand il brûle.

Comment la Suisse abandonne ses enfants à l'industrie du tabac

Grâce à la prévention, le nombre de fumeurs diminue en Suisse, sauf chez les jeunes.

Journée sans tabac: l'IQOS sous la critique

L’IQOS, un produit fabriqué par Philip Morris permettant de fumer du tabac de manière moins nocive, ne tiendrait pas ses promesses.
Maladies sur le meme sujet
Radio des poumons

Cancer du poumon

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 4100 nouveaux cas de cancer du poumon (carcinome bronchique), ce qui représente 10 % de toutes les maladies cancéreuses. Le cancer du poumon touche plus souvent les hommes (62 %) que les femmes (38 %). C’est le deuxième cancer le plus fréquent chez l’homme, et le troisième chez la femme. C’est aussi le plus meurtrier, avec 3100 décès par an.