Deux ans après l’arrêt du tabac, le risque d’infarctus revient à la normale

Dernière mise à jour 18/09/13 | Article
Deux ans après l’arrêt du tabac, le risque d’infarctus revient à la normale
Une étude américaine fournit une nouvelle raison, spectaculaire, de chercher à en finir avec l’addiction à la nicotine. Il n’est jamais trop tard pour le faire.

Un argument de poids pour arrêter le tabac, et la démonstration que le corps humain peut avoir une plasticité insoupçonnée : telles sont les deux leçons que l’on peut tirer d’une étude qui vient d’être présentée à Amsterdam, où se tenait le congrès de la Société européenne de cardiologie. Elle a été présentée par le Dr James Din,  directeur de l’Institut d’imagerie cardiovasculaire du New York Presbyterian Hospital (Weill Cornell Medical College). Les auteurs se sont intéressés aux relations chiffrées pouvant être établies entre la sévérité de la maladie coronaire (responsable de l’infarctus du myocarde) et l’arrêt de la consommation de tabac.

Scanners des coronaires

Les recherches ont pu être effectuées grâce aux informations d’un registre international, l’étude CONFIRM (pour Coronary CT Evaluation for ClinicalOutcomes: An International Multicenter Study). Ce registre recense les données médicales de 13 372 personnes de neuf pays d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Asie de l’Est.

Les chercheurs se sont plus particulièrement intéressés, de manière prospective, aux accidents cardiaques majeurs pouvant survenir au fil du temps dans différents groupes: 2853 fumeurs, 3175 anciens fumeurs (ou fumeurs «repentis») et 7344 personnes qui n’avaient jamais consommé de tabac de leur vie. Leurs analyses étaient basées sur les résultats d’examens par scanner des coronaires, qui offre une parfaite visualisation de ces artères nourricières du cœur.

Athérosclérose

Dans un premier temps, ce travail confirme que la consommation de tabac peut avoir un impact hautement négatif sur le cœur: les lésions (artériopathies) des coronaires sont plus fréquentes et plus sévères dans les deux premiers groupes de l’étude. Les artères des fumeurs et anciens fumeurs sont notamment beaucoup plus souvent le siège de dépôts d’athérosclérose qui en réduisent le diamètre: une situation qui augmente de manière très importante le risque d’infarctus du myocarde. Le Dr Min et ses collègues ont constaté que les fumeurs présents et passés avaient une probabilité 1,5 fois plus élevée de sténoses sévères (réduction de plus de la moitié de la lumière artérielle) dans une ou deux grandes coronaires, et un risque doublé de sténoses sévères dans trois grandes coronaires.

Mais les observations ne s’arrêtent pas là. Les chercheurs américains constatent en effet que si le fait d’arrêter de fumer ne réduit pas les anomalies coronariennes causées par le tabagisme, il réduit cependant le risque d’infarctus du myocarde et de décès cardiovasculaire. Et ce au point de ramener ce risque au niveau de celui des non-fumeurs. En effet, après deux ans de suivi, 2,1% des personnes suivies dans le cadre de cette étude ont eu un infarctus du myocarde, mortel ou pas. Cas de figure qui a été deux fois plus fréquent chez les fumeurs que chez les non-fumeurs. Mais, et c’est le grand enseignement de ce travail, les anciens fumeurs avaient le même taux d’infarctus, mortel ou pas, que ceux qui n’avaient jamais fumé – et ce en dépit de leurs lésions coronariennes.

Il n’est jamais trop tard

Comment comprendre cette découverte? Il semble, selon les chercheurs, que les anciens fumeurs ont plus fréquemment des lésions d’athérosclérose d’un type particulier, qui ont, moins que d’autres, tendance à se rompre et à provoquer ainsi des infarctus du myocarde. Tout se passe comme s’il y avait une forme de régénération cardiovasculaire induite par le fait d’arrêter de consommer du tabac. Au point que les chercheurs américains en viennent à conclure que les dégâts causés par le tabac ne sont pas irréversibles dès lors que l’on est parvenu à en finir de manière définitive avec cette consommation.

Pour résumer son travail le Dr James Min a lui-même conclu: «Il n'est jamais trop tard pour cesser de fumer». Ce qui n’interdit pas de rappeler aux fumeurs que le plus tôt est le mieux.

A LIRE AUSSI

Tabac
Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

La prise de poids associée à l’arrêt du tabac représente un obstacle chez les fumeurs qui envisagent...
Lire la suite
Alcool
oktoberfest

Les excès d’alcool provoquent des arythmies cardiaques

Même ponctuelle, l’alcoolisation massive est délétère pour le cœur. Elle expose des personnes jeunes...
Lire la suite
Addiction au travail
Qu’est-ce que la dopamine?

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
substances_mieux_fonctionner

Des substances pour mieux fonctionner?

Le marché regorge de produits qui nous permettraient d’aller mieux, d’être plus efficace et moins stressé. Faut-il pour autant céder à la tentation? Au salon Planète Santé live, une conférence menée par la Pre Barbara Broers, spécialiste des addictions aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), et Bengt Kayser, professeur à l’Institut des Sciences du sport de l’Université de Lausanne (UNIL), pose la question et nous invite à nous interroger.
vapotage_nocif_pas

Le vapotage: nocif ou pas?

Inventée en Chine au début des années 2000 puis peu à peu distribuée sur le marché mondial, la cigarette électronique constitue une alternative à la cigarette classique. Plusieurs millions d’utilisateurs l’ont adoptée pour se sevrer du tabac. Mais est-elle inoffensive? Et aide-t-elle vraiment à cesser de fumer?
Videos sur le meme sujet

Pourquoi le tabac est-il dangereux pour la santé?

Fumer des cigarettes est nocif, parce que le tabac est dangereux surtout quand il brûle.

Comment la Suisse abandonne ses enfants à l'industrie du tabac

Grâce à la prévention, le nombre de fumeurs diminue en Suisse, sauf chez les jeunes.
Maladies sur le meme sujet
Radio des poumons

Cancer du poumon

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 4100 nouveaux cas de cancer du poumon (carcinome bronchique), ce qui représente 10 % de toutes les maladies cancéreuses. Le cancer du poumon touche plus souvent les hommes (62 %) que les femmes (38 %). C’est le deuxième cancer le plus fréquent chez l’homme, et le troisième chez la femme. C’est aussi le plus meurtrier, avec 3100 décès par an.

Coeur

Infarctus du myocarde

L'infarctus du myocarde se produit lorsqu'une artère du coeur est bouchée ou rétrécie. Il provoque le plus souvent une douleur dans la poitrine.