Dépendance au jeu: à qui s’adresser?

Dernière mise à jour 13/04/12 | Article
jeu de hasard
Trop peu de joueurs excessifs se font aider et l’aide arrive souvent trop tard. Mieux informer la population sur les ressources existantes est donc nécessaire.

La dépendance aux jeux d’argent et de hasard est un problème de santé publique que l’on peut traiter, au même titre que la dépendance à l’alcool ou aux drogues.

Des centres d’aide spécialisés dans les cantons

Chaque canton romand dispose de centres d’aide, la plupart spécialisés dans les addictions. Diverses possibilités de prises en charge sont proposées, notamment en consultations ambulatoires ou dans des centres de traitement résidentiels. Plus l’intervention est précoce, meilleures sont les chances de résoudre rapidement le problème.

Les proches de joueurs excessifs peuvent également demander de l’aide, et ceci même si le joueur ne souhaite pas entrer dans une démarche d’aide.

En parler à son médecin

Le médecin de famille ou généraliste est également une personne ressource pour demander soutien et conseil en cas de problème de jeu excessif. Environ 80% de la population adulte voit un médecin généraliste une fois par année.

Ce professionnel est souvent le premier contact avec le système de santé. Une fois informé du problème de jeu, le médecin peut inciter son patient à changer de comportement, voire l’accompagner dans ce changement. Il peut également l’orienter vers des services spécialisés, qui vont collaborer ensuite avec le médecin généraliste en vue d’une prise en charge globale et optimale.

Souvent la honte, le déni et d’autres raisons empêchent le joueur excessif de demander de l’aide. Il consultera alors son médecin pour des symptômes tels que des maux de tête ou de dos, des insomnies, des troubles gastrointestinaux, de l’anxiété ou un état dépressif, sans lui parler de ses habitudes de jeu.

C’est alors au médecin de poser les questions au patient lui permettant de dépister un éventuel problème de jeu ou au contraire d’en écarter l’hypothèse.

En effet, une situation de jeu excessif non détectée peut s’aggraver au fil des mois et des années et devenir une vraie

dépendance avec des conséquences dramatiques (financières, personnelles, etc.).

Une ligne téléphonique

Une ligne téléphonique de soutien et d’information sur le jeu excessif existe également en Suisse romande: 0800 801 381. L’appel est gratuit et anonyme.

Ouverte 24h/24h, tous les jours, la ligne peut être utilisée par les personnes concernées ainsi que par leurs proches ou des professionnels du réseau socio-sanitaire. Elle permet de parler directement avec un professionnel à même de répondre aux questions concernant le jeu excessif, ses implications sur la santé, ses conséquences sociales et sur les diverses offres de prise en charge.

Traitement par internet

Un programme permettant de traiter un problème de jeu excessif par internet est également proposé par le Service de psychiatrie des Hôpitaux universitaires de Genève. Ce programme comprend des exercices, des exemples ainsi que des explications sur le jeu et s’accompagne d’un contact hebdomadaire par e-mail avec un professionnel (psychologue ou médecin). Il est accessible de partout et en tout temps, de manière anonyme et sécurisée.

Pour en savoir plus...

Pour accéder au programme de traitement: www.jeu-traitement.ch

Pour plus d’informations: www.sos-jeu.ch, www.stop-jeu.ch

A LIRE AUSSI

Alcool
oktoberfest

Les excès d’alcool provoquent des arythmies cardiaques

Même ponctuelle, l’alcoolisation massive est délétère pour le cœur. Elle expose des personnes jeunes...
Lire la suite
Tabac
Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

La prise de poids associée à l’arrêt du tabac représente un obstacle chez les fumeurs qui envisagent...
Lire la suite
Addiction au travail
Qu’est-ce que la dopamine?

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
trouble_jeu_video

Le «trouble du jeu vidéo» considéré comme une véritable maladie

L'OMS a annoncé l'inscription prochaine du «gaming disorder» dans la «Classification mondiale des maladies». Un trouble qui touche davantage les garçons que les filles et qui repose sur des critères précis.
PULS_a_vous_jouer

A vous de jouer!

Développée dans le cadre de la prise en charge des addictions comportementales, Jeu-contrôle est une application gratuite destinée aux personnes ayant un usage problématique des jeux d’argent et de hasard.
interview_luscher_addiction

«L’addiction et la dépendance sont deux choses différentes»

Ces phénomènes n’affectent pas le cerveau de la même manière. Éclairages de Christian Lüscher, neuroscientifique à l’Université de Genève, sommité mondiale dans ce domaine.
Videos sur le meme sujet

Contre la dépendance au jeu

Lutter contre la dépendance au jeu grâce à un site internet et une application, c'est l’un des objectifs du Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu.

Quand le jeu rend accro

Le jeu accompagne les enfants, mais également les adultes, depuis l’aube de l’humanité.

Jeux d’argent: les accros du hasard

Même si chacun peut espérer décrocher le jack pot, les jeux de hasard sont conçus pour qu'en définitive, les joueurs finissent par perdre.