Covid-19 et addictions

Dernière mise à jour 22/11/20 | Article
Supp_La Côte_Addictions_Covid-19
La pandémie a-t-elle influencé les consommateurs et précipité certains dans l’addiction? Éléments de réponse…

La fermeture des frontières liée à la crise du coronavirus a eu un impact mineur sur l’approvisionnement en psychotropes et autres produits illégaux. «Nous avons toutefois vu des consommateurs de crack à Genève, ce qui est plutôt nouveau, précise le Pr Daniele Zullino, médecin-chef du Service d’addictologie au Département de santé mentale et de psychiatrique des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Ce produit est fait avec de la cocaïne de mauvaise qualité et il est fort probable qu’il a permis de substituer cette dernière lorsqu’elle venait à manquer.»

Plus globalement, le semi-confinement a eu comme conséquence une augmentation de la consommation d’alcool, de tabac et de cannabis chez les personnes les plus fragiles. «Parmi mes patients abstinents, nombreux sont ceux qui ont recommencé à boire, précise Daniele Zullino. Être cloîtré à la maison, c’est être confronté aux problèmes que l’on a.» Un avis partagé par Jean-Bernard Daeppen: «Les angoisses et le mal-être liés à l’isolement ont clairement eu un impact sur la consommation des personnes dépendantes à l’alcool.» Chez les autres, ceux qui aiment partager un apéro en terrasse ou une bière après le travail, le semi-confinement a plutôt limité les occasions et donc la consommation.

Quant aux fumeurs, ils ont grillé plus de cigarettes qu’à l’accoutumée, selon Addiction Suisse. Myriam Kohler Serra, responsable de la consultation ambulatoire de tabacologie de l’Hôpital de Morges, constate qu’une partie de sa patientèle a remis à plus tard son projet d’arrêt du tabac: «La pandémie a engendré plus d’inquiétudes, de stress et de tristesse chez la plupart des gens. Pour certains de mes patients, abandonner la cigarette dans une période aussi anxiogène était trop difficile.»

Le confinement a aussi eu un impact sur la consommation de jeux en ligne qui deviennent vite très coûteux. Markus Fleury tire la sonnette d’alarme: «Ce n’est pas anodin: ces jeux sont parmi les plus addictifs, car on peut jouer à tout moment et continuer sans interruption.»

________

Paru dans le hors-série « Votre santé », La Côte, Novembre 2020.

A LIRE AUSSI

Alcool

Les excès d’alcool provoquent des arythmies cardiaques

Même ponctuelle, l’alcoolisation massive est délétère pour le cœur. Elle expose des personnes jeunes...
Lire la suite
Alcool
Trouble du rythme cardiaque

Quand l’alcool fait que vous battez la chamade

C’est établi: une consommation de boissons alcooliques est susceptible de déclencher des palpitations...
Lire la suite
Alcool
Rangée de bouteilles

L'alcoolique face à ses émotions

Le patient alcoolique est démuni face aux situations émotionnelles. Pour lui, il est plus facile de boire...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
LMD_alcool_trop_combien

Alcool: trop, c'est combien?

Pour trinquer, célébrer, se détendre… l'alcool est invariablement au rendez-vous. Le problème, outre ses conséquences sur la santé, tient dans sa fâcheuse tendance à se rendre indispensable au fil du temps. Quelles sont les limites d'une consommation «normale»?
Supp_La Côte_Addictions_solutions_miracle

Addictions: des solutions, mais pas de miracle

Une offre de plus en plus variée et la multiplication des comportements addictifs donnent du fil à retordre aux milieux de la prévention. La pandémie a également eu un impact sur la consommation. Thérapie, prise de conscience et volonté restent les meilleurs atouts pour sortir de la dépendance. Explications.
Illustré_dry_january_mettre

«Dry January» ou janvier sans alcool: pourquoi faut-il s’y mettre?

Pour la première fois, la Suisse soutient officiellement la campagne «Dry January» (lire encadré). Lancée en Grande-Bretagne en 2014, elle prône un mois d’abstinence d’alcool en janvier. Selon les experts, ce janvier sec permettrait de sensibiliser la population face à la banalisation de la consommation d’alcool. Pourquoi pourriez-vous y mettre, vous aussi? Les explications de la professeure Barbara Broers et du docteur Thierry Favrod-Coune, tous deux spécialistes en addictologie aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG).
Videos sur le meme sujet

Rencontre avec Christelle Baunez, une spécialiste des circuits de la récompense

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

La sérotonine freine lʹaddiction à la cocaïne

Des scientifiques de lʹUniversité de Genève (Unige) viennent de percer le mystère de la relative rareté, une personne sur cinq, du déclenchement d'une addiction chez les consommateurs et consommatrices de cocaïne.

Le chemsex ou la prise de drogues dans un contexte sexuel

Stéphane Délétroz se penche sur un phénomène qui prend de lʹampleur: le chemsex ou la prise de drogues dans un contexte sexuel.
Maladies sur le meme sujet
Foie

Cirrhose

La cirrhose et une maladie chronique du foie. Les cellules normales sont progressivement remplacées par une grande quantité de tissu cicatriciel, ce qui conduit à une diminution du fonctionnement de cet organe.