Les addictions des temps modernes

Dernière mise à jour 06/06/14 | Article
Les addictions des temps modernes
Comme beaucoup de domaines de la médecine, la psychiatrie s’adapte à son temps, et évolue au rythme de la recherche et de la technologie. Où en est-on dans la compréhension du problème des addictions?

De bonnes raisons pour consommer des drogues?

De tout temps, on consomme (à tort) certaines substances pour tenter de lutter contre certains troubles psychiatriques. L’alcool est connu pour sa capacité à diminuer l’anxiété (anxiolytique), la cocaïne pour son action contre les symptômes dépressifs. Les observations récentes ont mis en évidence des nouveautés concernant le trouble d’hyperactivité (THADA). En effet, les personnes souffrant de cette maladie semblent trouver un apaisement en consommant de la cocaïne et/ou du cannabis.

Les effets du cannabis et son rôle dans la schizophrénie

Le cannabis et son rôle dans la schizophrénie font également l’objet de recherches. Jusqu’à présent, le cannabis était connu comme facteur déclenchant de psychoses, dont la schizophrénie. Sans provoquer la maladie, il pourrait la déclencher chez les personnes ayant un risque de développer une schizophrénie.

Les composants du cannabis ont été plus largement étudiés au cours des dernières années. Les découvertes récentes mettent en évidence deux substances contenues dans le cannabis: le tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD). Le THC semble avoir un effet «psychotisant», proche de la psychose. Le CBD pourrait quant à lui avoir l’effet d’un neuroleptique (médicament utilisé dans le traitement des psychoses). Ce nouvel éclairage pourrait alimenter le vaste débat sur les liens entre cannabis et schizophrénie: les plantes contiendraient une substance pouvant déclencher la maladie mais également des vertus antipsychotiques qui pourraient en soulager les symptômes.

Traitement des addictions: de nouvelles méthodes virtuelles

Les offres de traitement sur internet ont d’abord été développées pour lutter contre le tabagisme, mais elles s’ouvrent aux autres addictions comme l’alcool, le cannabis, la cocaïne ou les jeux en ligne.

Les méthodes sont nombreuses et peuvent prendre la forme de traitements automatisés, avec ou sans personnalisation. Certains suivis comprennent également des interactions avec un thérapeute (e-mails, chats, discussions de groupe, contacts téléphoniques, visioconférences, etc.). Les résultats sont variables mais il semblerait que la personnalisation, l’intensité du traitement et les interactions avec un thérapeute en augmentent l’efficacité. Le fait de vivre seul ou d’être peu sensible aux interactions sociales diminuerait les chances de réussite.

Finalement, le développement des applications pour smartphone promet de nouvelles perspectives intéressantes.

Référence

Adapté de «Addictions», Pr J. Besson, Drs J-P. Falcheri, J. Grivel et A. Rougemont-Bucking, A. Tomei responsable de recherche, Service de psychiatrie communautaire, CHUV, Lausanne. Ainsi que Dr Y. Khazaal, Département de santé mentale et psychiatrie, HUG, Genève. In Revue médicale suisse 2014;10:13-7, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Addiction au travail
Qu’est-ce que la dopamine?

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Alcool
oktoberfest

Les excès d’alcool provoquent des arythmies cardiaques

Même ponctuelle, l’alcoolisation massive est délétère pour le cœur. Elle expose des personnes jeunes...
Lire la suite
Alcool
Trouble du rythme cardiaque

Quand l’alcool fait que vous battez la chamade

C’est établi: une consommation de boissons alcooliques est susceptible de déclencher des palpitations...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
canabis_legal_benefique

S’il n’est pas fumé, le cannabis légal pourrait être bénéfique

Le cannabidiol, substance phare présente dans le cannabis en vente libre en Suisse, aurait des vertus pour la santé. Mais sa vente sous forme de cigarette suscite la colère du corps médical.

Comment l’addiction modifie le cerveau

Neuroscientifique à l’Université de Genève, Christian Lüscher a élucidé les mécanismes cérébraux qui conduisent à l’addiction et a trouvé le moyen de les neutraliser chez les souris. Le chercheur a reçu le prix Théodore Ott 2017 pour ses travaux qui pourraient avoir d’importantes implications cliniques.
Videos sur le meme sujet

Ados, cannabis et expériences psychotiques récurrentes

Diverses études ont démontré des répercussions négatives de la consommation de Marijuana sur le cerveau des adolescents.

Le cannabis peut déclencher des troubles schizophréniques

Par le passé, de nombreuses recherches ont mis en évidence une corrélation possible entre la consommation de cannabis et l'apparition de la schizophrénie.