Cannabis: un potentiel stupéfiant

Dernière mise à jour 28/04/15 | Article
Cannabis: un potentiel stupéfiant
Comme nombre de substances psychoactives, le cannabis présente deux identités. Côté pile: une substance illicite, piège à dépendance. Côté face: un médicament aux pouvoirs prometteurs.

Percer les mystères du cannabis ne peut se faire sans un détour par la biochimie qui s’opère dans l’intimité de nos cellules, car s’il peut agir sur notre organisme, c’est parce que tout un arsenal y est présent pour l’accueillir. Et pour cause: le cannabis appartient à la grande famille des cannabinoïdes, dont nous sommes nous-mêmes des producteurs.

Si ces cannabinoïdes que nous fabriquons – les endocannabinoïdes – n’ont pas encore livré tous leurs secrets, une chose est sûre: sécrétés entre autres lorsque nous nous livrons à des activités physiques, ils viennent réguler nos fonctions vitales, stimuler notre mémoire et notre appétit. Pour ce faire, comme toute molécule agissant dans notre corps, ces substances interagissent avec des récepteurs qui leur sont spécifiques, ce qui débloque toute une série de réactions en chaîne. Il existe deux catégories de récepteurs cannabinoïdes, désignés CB1 et CB2, différents l’un de l’autre de par leur sensibilité et les effets qu’ils induisent.

Vertus miracles

Telle une serrure dupe face à un nouveau jeu de clés, ces récepteurs vont être la cible parfaite des deux autres membres de la famille cannabinoïde: les cannabinoïdes végétaux (ou phytocannabinoïdes), présents dans le chanvre, et les cannabinoïdes synthétiques, fabriqués en laboratoire. Le champ des possibles s’ouvre alors: les uns comme les autres vont exposer l’organisme à une multitude de substances distinctes, dont deux majeures, le tétra-hydro-cannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD).

La première, le THC, naturellement présente dans le cannabis, interagit surtout avec les récepteurs CB1 pour révéler des effets psycho-actifs, tels que désinhibition, euphorie, troubles de la concentration, confusion mentale et dépendance. Il a également un pouvoir antivomitif, mais aussi de décontractant musculaire et de stimulateur d’appétit.

Le second, le CBD, se frottera aux récepteurs CB2 pour déclencher un arsenal d’effets tout droit sortis d’un dictionnaire médical: anticonvulsif, analgésique, anxiolytique, antipsychotique, neuroprotecteur, et même antitumoral.

Autant de vertus dignes, pour une part, d’un produit miracle! Et c’est ce que le cannabis est… aussi. Car avant tout, les cannabinoïdes non fabriqués par notre organisme – qu’ils proviennent du chanvre ou des antres d’un laboratoire illicite – vont présenter trois dangers majeurs:

  • le premier: exposer l’organisme à des quantités et des proportions de THC et de CBD potentiellement très toxiques pour l’organisme et à l’origine d’effets psycho-actifs délétères;
  • le second: fumés, les cannabinoïdes sont nocifs pour les poumons, plus encore s’ils sont mélangés à du tabac;
  • le troisième: illicites, ces cannabinoïdes comportent le risque d’une prise non contrôlée de produits sans aucun garde-fou sur les substances qu’ils contiennent réellement.

Prescriptions médicales strictes

Reste que, modestement encore à ce jour, les vertus anti-inflammatoire, antispasmodique, ou bien encore anti-douleur des cannabinoïdes se déclinent en traitements. Citons notamment le Sativex® (spray), le Dronabinol (THC, solution-gouttes), le CBD (tincture). Ces médicaments, dont une partie existe depuis une quinzaine d’années, sont soumis pour la plupart à des procédures très réglementées, avec des prescriptions médicales strictes et une obligation d’autorisation délivrée par l’Office fédéral de la santé publique. Parmi les pathologies soulagées par ces nouveaux médicaments: spasmes et douleurs musculaires liés à des maladies neurologiques telles que la sclérose en plaque, nausées, vomissements sévères et perte de poids causés par des traitements particulièrement intensifs, tels que les chimiothérapies.

La recherche a encore beaucoup à découvrir sur le champ d’action des cannabinoïdes. Jusqu’ici la plupart des études se sont concentrées sur le THC pur. Or on entrevoit depuis quelques années que le CBD présenterait un potentiel prometteur sur l’immunité, le traitement du cancer et le soulagement de troubles psychiatriques tels que troubles obsessionnels-compulsifs, schizophrénie et psychose. Il se montre de surcroît capable de diminuer en partie les effets indésirables du THC. Des mélanges savamment dosés des deux molécules présenteraient donc un intérêt majeur. L’avenir proche devrait pouvoir le confirmer, puisque l’on sait aujourd’hui dompter ces molécules, et produire en laboratoire des cannabinoïdes inoffensifs aux dosages en THC et en CBD strictement définis.

Jusqu’à pouvoir proposer à chaque patient le dosage idéal, en parfaite adéquation avec sa pathologie, sa personnalité, sa sensibilité? Cela pourrait être l’une des prochaines étapes. Affaire à suivre.

Pour en savoir plus:

  • Site de l’Association Internationale pour le cannabis médical: www.cannabis-med.org
  • Swiss taskforce for medical cannabis: www.stcm.ch
  • Site d’Addiction Suisse avec des documents d’information et de prévention pour les substances psycho-actives: www.addictionsuisse.ch

________

Source

«De l’autre côté du cannabis», conférence donnée dans le cadre du salon Planète Santé live, le samedi 15 novembre 2014 à Lausanne, par la Dresse Barbara Broers, responsable de l’Unité Dépendances aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG).

A LIRE AUSSI

Addiction au travail
Qu’est-ce que la dopamine?

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Tabac
Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

La prise de poids associée à l’arrêt du tabac représente un obstacle chez les fumeurs qui envisagent...
Lire la suite
Tabac
Cigarette électronique: serait-elle dangereuse pour les artères?

Cigarette électronique: serait-elle dangereuse pour les artères?

On ne cesse de vanter les avantages de la e-cigarette en la comparant aux cigarettes normales à base...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Traitement de l’addiction: sortir de l’ornière

Le traitement de l’addiction constitue une prise en charge globale qui engage les valeurs du patient, sa vie et sa place dans la société.
 cannabis_therapeutique

Le cannabis thérapeutique doit encore faire ses preuves

Alors que de nombreux Etats américains légalisent le cannabis médical, les résultats scientifiques demeurent peu concluants.
addiction_passion

L’addiction, une passion qui a mal tourné

Pathologie aux contours diffus, l’addiction est un phénomène autant social que médical.
Videos sur le meme sujet

Cannabis chez les jeunes: pas anodin du tout

Longtemps banalisée, la consommation du cannabis est devenue courante dans la population en général et chez les jeunes en particulier. Pourtant elle est toujours illégale. Un sujet d'actualité abordé par l'antidote, avec l'avis de vrais professionnels de la santé.

Substances au volant: droit dans le mur

L’alcool, le cannabis, les autres stupéfiants ou médicaments sont incompatibles avec la conduite d’un véhicule. Notre cerveau nous rend moins performants sous l’effet de ces substances.