Plongée dans la médecine hyperbare

Dernière mise à jour 07/01/20 | Article
plongée_médecine_hyperbare
Avec ses gros hublots, elle a l’air d’un sous-marin échoué dans les sous-sols des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). La chambre hyperbare est pourtant une merveille de technologie, irremplaçable pour traiter avec l’oxygène les accidents de plongée, les intoxications à des fumées, les plaies à cicatrisation difficile, les lésions après une radiothérapie, les gelures ou encore les infections des os.

Fiche technique

Longueur

9 mètres

Diamètre

2,4 mètres

Poids

40 tonnes

«La médecine hyperbare est 100% naturelle. Elle n’utilise qu’un médicament: l’oxygène», affirme le Dr Rodrigue Pignel, médecin responsable de la Consultation de médecine et thérapie hyperbare des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Inhalé à travers un masque dans une atmosphère pressurisée à environ 1,5 bar, l’équivalent d’une plongée à 15 mètres de profondeur, l’oxygène afflue en plus grande quantité vers les lésions et les régions mal vascularisées. Après quinze séances de 95 minutes, on observe fréquemment l’apparition de nouveaux vaisseaux sanguins: les tissus revivent.» En 2019, cette consultation a traité quelque 400 patients avec plus de 5500 séances.

«Mon pied est sauvé!»

Franck Houdin, 66 ans, est un «plongeur» expérimenté. «Je suis diabétique. J’ai une plaie au pied qui s’infecte souvent et cicatrise mal. On a essayé les greffes de la peau. Sans succès. L’amputation n’était plus loin… En avril dernier, j’ai commencé l’oxygénothérapie hyperbare. Les progrès ont été fulgurants. La lésion rapetisse au fil des semaines. La cicatrisation complète, et j’espère définitive, n’est plus une utopie. Mon pied est sauvé!», s’exclame-t-il avec un immense soulagement.

Ce matin d’octobre, il est confortablement installé dans la chambre pressurisée avec une dizaine d’autres patients, assis dans les fauteuils rouges ou couchés dans un lit. Auparavant ils ont été informés et préparés: les pansements ont été refaits et les plaies nettoyées –une opération qui peut prendre une heure et demie. A noter aussi que pour une première «plongée», les débutants sont toujours accompagnés par un infirmier.

A l’extérieur du caisson, Yoann Mykijewicz, infirmier hyperbariste, dirige la manœuvre et communique par le biais de haut-parleurs installés dans la chambre. «Mesdames et messieurs, la compression va débuter. Effectuez régulièrement l’équilibration des tympans, comme vous l’avez appris.» Pendant toute la séance, il garde un œil sur les patients et l’autre sur les nombreux écrans de contrôle: pression, température, diffusion de l’oxygène, etc.

«Descente» express

Au bout d’un moment, une patiente âgée peine visiblement à ajuster correctement son masque à oxygène. Un autre infirmier doit pénétrer dans la chambre en passant par le sas, où il subira une compression accélérée. «Nous sommes entraînés. En cas de problème, n’importe lequel d’entre nous peut descendre à 15 mètres en 30 secondes», commente Yoann.

La sangle du masque remise en place, l’infirmier ressort du caisson. «Mon collègue a respiré de l’air compressé pendant 10 minutes. Cela provoque une saturation excessive d’azote dans le sang. Pour compenser, il va inhaler de l’oxygène pur pendant la décompression, qui a lieu dans le sas», explique-t-il, en manœuvrant le joystick qui lui permet d’obtenir sur l’écran de contrôle une décompression optimale.

Dans la chambre, tout est calme. Sieste, lecture, méditation… chacun passe le temps comme il l’entend. Une heure plus tard, Yoann Mykijewicz annonce la «remontée»: «Mesdames et Messieurs, nous allons entamer la décompression. Une sensation de fraîcheur peut accompagner cette phase. Si le chauffage n’est pas suffisant, utilisez les couvertures à votre disposition. »

Puis les patients ressortent, décontractés, souriants. Franck Houdin échange quelques mots avec l’équipe médicale, puis se tourne vers nous: «Tout s’est bien passé. Comme d’habitude. J’ai dormi un peu… cinq séances par semaine, c’est un boulot à mi-temps!», plaisante-t-il. Mais convaincu des bienfaits de cette thérapie, il veut lancer la première association suisse de patients hyperbares.

L’oxygène est un médicament

L’oxygène est indispensable à la vie. Sans ce gaz, les cellules du corps ne peuvent pas « brûler » leur carburant favori : le sucre. L’oxygénothérapie hyperbare (OHB) consiste à administrer de l’oxygène pur ou mélangé dans un milieu pressurisé (la chambre hyperbare) afin d’augmenter considérablement la quantité d’O2 dans le sang. Lorsque des tissus lésés en reçoivent davantage, ils « brûlent » davantage de sucre et, grâce à ce surcroît d’énergie, se régénèrent mieux et plus vite. L’OHB présente également un effet anti-infectieux, car elle réduit la prolifération de certaines bactéries qui se développent dans les régions mal vascularisées pauvres en oxygène.

__________

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Recherche anticancer
LMD_vaccin_anti_cancer

Un vaccin anti-cancer pour bientôt?

Un vaccin contre le cancer pourrait-il bientôt être massivement déployé pour éviter la rechute chez les...
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
L’électroencéphalographie (EEG) mesure l’activité électrique du cerveau par l’intermédiaire d’électrodes collées sur le crâne

Comment le cerveau se réorganise après une attaque cérébrale

En étudiant la manière dont les neurones réagissent après un accident vasculaire cérébral (AVC), des...
Lire la suite
Santé des people
Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Cette maladie dégénérative du cerveau ressemble à la fois à la maladie de Parkinson et à celle d’Alzheimer....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
MV_bouger_connecte

Bouger connecté: véritable avantage ou simple gadget?

Le sportif moderne est connecté. Cardiofréquencemètre, podomètre, GPS: toutes ces fonctions peuvent être intégrées dans des montres-bracelets, des lunettes ou des chaussures, par exemple. Explications.
BV_lunettes_3D

Lunettes 3D: au cinéma, mais pas seulement…

Très prisées au cinéma ou dans les jeux vidéo, les lunettes 3D commencent à trouver leur utilité en médecine.
bv_dossier_ophtalmologie_2.0

Ophtalmologie 2.0: ces innovations en passe de transformer les soins de demain

Depuis une vingtaine d’années, les progrès que connaît l’ophtalmologie sont incessants. Lasers, injections oculaires, premiers implants ont révolutionné la prise en charge de pathologies comme la myopie ou la cataracte. La suite, elle, s’annonce spectaculaire. Intelligence artificielle, implants rétiniens high-tech ou encore thérapie génique se préparent. Coup de projecteur sur ce qui nous attend avec les équipes de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin.
Videos sur le meme sujet

Un exosquelette pour retrouver la préhension

Un exosquelette pour la rééducation de la main après une attaque cérébrale ou un accident a été développé par Emovo Care, une spin-off de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) en contact étroit avec les utilisatrices, les utilisateurs et les thérapeutes, et testé dans plusieurs hôpitaux et centres de rééducation.

Une interface ordinateur-cerveau pour faire parler des personnes enfermées en elles-mêmes

Un patient touché par la sclérose latérale amyotrophique (SLA), qui enferme la personne consciente dans un corps totalement paralysé, est parvenu à retrouver une forme de communication.

Contrôler un robot par la pensée

Stéphane Délétroz s'intéresse à une recherche de lʹEcole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) qui va faciliter la vie des tétraplégiques.