Hoppy et Billy, robots de compagnie en pédiatrie

Dernière mise à jour 07/01/20 | Article
PULS_robots_enfants_hospitalises
«Il aide beaucoup mon fils durant ses soins pas très sympathiques. Il nous aide aussi à passer le temps, qui est parfois bien long aux soins intensifs.» Celui dont parle Caroline, maman de Hugo, 7 ans, n’est ni un infirmier, ni un médecin, mais… un robot.

Arrivés dans le Service de néonatologie et soins intensifs pédiatriques des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) en mai 2019, Hoppy et Billy ont révolutionné la prise en charge des enfants en les aidant à supporter des soins parfois très lourds. «En les distrayant, ils permettent de diminuer l’attente, mais aussi l’angoisse et le stress lors d’interventions douloureuses. Quant à nous, soignants, ils nous aident à optimiser l’accompagnement de l’enfant, ce qui facilite notre pratique», explique Mélanie Théate-Berlioz, infirmière aux soins intensifs pédiatriques des HUG, qui a donné vie à ce projet avec Julie Renaut, infirmière dans ce même service, et la Dre Alice Bordessoule, médecin adjointe aux soins intensifs pédiatriques.

Il faut dire que Hoppy et Billy, financés entièrement par la Fondation privée des HUG, font partie de la dernière génération de robots. Avec leur allure androïde, ils parlent directement à l’enfant, et en pas moins de 119 langues. Sur leur buste, une interface propose des contenus ludiques et pédagogiques adaptés à chaque âge. Les plus petits peuvent écouter des comptines, les plus grands faire des jeux ou recevoir des programmes d’éducation scolaire ou thérapeutique, sur la mucoviscidose par exemple.

D’une visite à l’autre, le robot enregistre les activités de l’enfant qui scanne son bracelet pour être reconnu. «À terme, des programmes de reconnaissance faciale pourront également être intégrés pour ajouter à l’interactivité robot/patient», s’enthousiasme Mélanie Théate-Berlioz. Une modernité qui peut faire peur, mais sur laquelle les deux infirmières se veulent rassurantes: «Le but n’est absolument pas de remplacer les soignants. D’ailleurs, le robot n’est jamais seul avec l’enfant, expliquent-elles. Et s’il n’est pas là, nous avons aussi quelques secrets pour distraire nos jeunes patients!». L’empathie et la patience des infirmiers, mais aussi les nombreuses initiatives d’animations bénévoles à l’hôpital –comme les visites de clowns– et l’hypnose clinique ont encore toute leur place en pédiatrie. «Les robots sont un outil parmi d’autres pour amener une distraction pendant les soins réalisés», précise Julie Renaut. Quant aux parents, l’initiative semblerait aussi leur être bénéfique. «Les adultes se prennent au jeu, et on constate également chez eux une diminution du stress pendant des soins ou des interventions difficiles sur leur enfant», confie Julie Renaut.

Robot version nounours

Pour mesurer l’impact des robots en pédiatrie, une large étude publiée en juillet 2019 par la revue américaine Pediatrics a réparti les jeunes patients d’un service de l’Hôpital pour enfants de Boston en trois groupes: le premier avait accès à «Huggable», un robot à l’apparence d’un nounours; le deuxième pouvait utiliser un avatar interactif de Huggable sur une tablette; enfin, un troisième avait reçu un nounours en peluche classique. Il est apparu que les sujets en contact avec le robot ont présenté «des niveaux de joie et de détente plus élevés que ceux qui avaient simplement une tablette ou un ours traditionnel». Interrogés, les parents ont également relevé des niveaux moins élevés de douleur perçue. «Les robots compagnons semblent être des outils intéressants qui pourraient offrir de nouvelles façons de répondre aux besoins émotionnels des enfants», concluent les auteurs de l’étude.

___________

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Recherche et nouveaux traitements
L’électroencéphalographie (EEG) mesure l’activité électrique du cerveau par l’intermédiaire d’électrodes collées sur le crâne

Comment le cerveau se réorganise après une attaque cérébrale

En étudiant la manière dont les neurones réagissent après un accident vasculaire cérébral (AVC), des...
Lire la suite
Santé des people
Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Cette maladie dégénérative du cerveau ressemble à la fois à la maladie de Parkinson et à celle d’Alzheimer....
Lire la suite
Santé des people
Jennifer Covo: «J'apprécie qu'une certaine distance soit préservée entre le médecin et son patient. Chacun son rôle.»

Jennifer Covo: «J'apprécie qu'une certaine distance soit préservée entre le médecin et son patient. Chacun son rôle.»

Présentatrice du Téléjournal à la Radio Télévision Suisse, Jennifer Covo nous dévoile quelques aspects...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
plongée_médecine_hyperbare

Plongée dans la médecine hyperbare

Avec ses gros hublots, elle a l’air d’un sous-marin échoué dans les sous-sols des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). La chambre hyperbare est pourtant une merveille de technologie, irremplaçable pour traiter avec l’oxygène les accidents de plongée, les intoxications à des fumées, les plaies à cicatrisation difficile, les lésions après une radiothérapie, les gelures ou encore les infections des os.

Le robot renifleur pour détecter les cancers

Les recherches sur l’utilisation de nez artificiels pour détecter les cancers s’accélèrent. Des chercheurs finlandais ont présenté en juin un appareil de ce type, capable de déceler les tissus cancéreux en cours d’opération chirurgicale. Explications.
Videos sur le meme sujet

Comment rendre l'intelligence artificielle bénéfique

L'importance cruciale de rendre lʹintelligence artificielle (IA) robustement bénéfique, cʹest le thème de l'ouvrage "Le fabuleux chantier".

L'Immersive Lab, entre art et science

Imaginé par Daniel Bisig et Jan Schacher, tous deux artistes numériques, et chercheurs à l'Institut d'informatique musicale et de technologie du son de la Haute École dʹart de Zurich, l'Immersive Lab est un espace interactif et multisensoriel qui vise à mettre en réseau l'art et la science.

5G et santé: quels sont les dangers?

Les nouvelles antennes de téléphonie et leurs ondes puissantes inquiètent. Le principal problème avec la 5G: la multiplication des objets connectés, qui émettent à proximité de notre corps et de notre cerveau.