5G et santé: quels sont les dangers?

Dernière mise à jour 18/09/19 | Vidéo
Les nouvelles antennes de téléphonie et leurs ondes puissantes inquiètent. Le principal problème avec la 5G: la multiplication des objets connectés, qui émettent à proximité de notre corps et de notre cerveau.

[Texte: Aude Raimondi]

Les antennes 5G suscitent plus que jamais le débat en Suisse. Ces ondes électromagnétiques ne sont pourtant, pour l’heure, pas très différentes de celles de la 3G, 4G, du Bluetooth ou du Wi-Fi. Leur fréquence est basse et donc non-ionisante. Cela signifie qu’elles ne modifient pas certaines molécules du corps humain, comme peuvent le faire les UV par exemple. Mais ces nouvelles antennes vont offrir une connexion ciblée à nos objets du quotidien. Les «objets connectés» vont donc sans doute se multiplier et émettre de plus en plus, à l'intérieur de nos logements.

Des effets sur le cerveau

La 5G, tout comme la 4G et la 3G, sont des ondes dites «centimétriques» (car leur longueur se mesure en centimètres). A forte dose, les scientifiques ont montré qu’elles sont capables d’interagir avec le monde vivant. Un téléphone qui émet fortement près du cerveau humain peut perturber les ondes cérébrales et avoir, notamment, un effet néfaste sur la mémoire. A long terme, ces ondes peuvent aussi chauffer certains organes, avec des conséquences encore inconnues. Ces dangers ne sont pas aigus, ni immédiats. Mais si la 5G inquiète autant, c’est qu’elle vient s’ajouter à toutes les ondes déjà présentes dans notre environnement et augmente ainsi l’incertitude dans ce brouillard électromagnétique. Une chose est cependant certaine: le développement de la 5G va entraîner dans son sillage une multiplication des objets connectés. Or, un grand flou subsiste autour de ces outils du quotidien, comme les enceintes audios par exemple, qui émettent beaucoup de rayonnement à proximité du corps humain. Selon différentes études scientifiques, ces ondes seraient les plus susceptibles d’interagir avec nos propres ondes cérébrales.

Principe de précaution

Face à toutes ces inconnues, la Fédération des médecins suisses (FMH) s’est par exemple positionnée de façon claire. «Lorsqu’un nouveau médicament est créé, il est d’abord testé avant d’être mis sur le marché, relève Michel Matter, vice-président de la FMH. Dans le cas de la 5G, c’est pareil, il faut d’abord se poser les bonnes questions.» Pour l’institution, c’est donc le principe de précaution qui prévaut. Face à l’augmentation annoncée des objets connectés, «les risques ne devraient pas être balayés à la va-vite».

Une émission 36.9 - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Santé des people
Technologie

Réalité augmentée en médecine

Utiliser la réalité virtuelle en médecine pour améliorer les opérations délicates au cerveau ou pour apprendre à sauver un maximum de vie en simulant des...
Lire la suite
Santé des people

Dans la tête d'un hypocondriaque

L'hypocondrie est un trouble qui se caractérise par des pensées excessives sur la santé et le bon fonctionnement du corps.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_IA_service_sante

IA: un outil puissant au service de la santé

À l’ère du numérique, où le volume de données médicales ne cesse de croître, l’intelligence artificielle (IA) offre de nouvelles opportunités. Ses multiples applications apportent potentiellement un soutien précieux pour traiter et analyser ces grandes quantités d’informations. Aide au diagnostic, prédiction des risques, optimisation des traitements: le but de l’IA est, au final, d’améliorer la prise en charge des patientes et des patients et d’optimiser la recherche scientifique.
PULS_recherche_clinique_IA

Optimiser la recherche clinique grâce à l’IA

La recherche pourrait tirer profit de l’intelligence artificielle (IA), avec pour but ultime, des bénéfices pour les patientes et patients.
PULS_radiologie_phare_IA

Radiologie: un domaine phare pour l’IA

Elle est par excellence une discipline dans laquelle l’intelligence artificielle (IA) pourrait faire une percée révolutionnaire.
Videos sur le meme sujet

Des machines au service du mouvement

Stéphane Délétroz présente TWIICE, un exosquelette conçu par lʹéquipe de recherche REHAssist du Laboratoire BIOROB de lʹEcole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), et piloté par Silke Pan, une artiste-acrobate paraplégique suite à un accident et maintenant sportive d'élite et à nouveau acrobate.

Gros plan sur le sens du toucher numérique

Lucia Sillig s'intéresse à l'haptique numérique, qui concerne tout ce que les tablettes, les écrans et les manettes peuvent donner comme retour tactile.

Un exosquelette pour retrouver la préhension

Un exosquelette pour la rééducation de la main après une attaque cérébrale ou un accident a été développé par Emovo Care, une spin-off de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) en contact étroit avec les utilisatrices, les utilisateurs et les thérapeutes, et testé dans plusieurs hôpitaux et centres de rééducation.