«Le bonheur, C’est bon pour la santé!»

Dernière mise à jour 20/09/12 | Article
Benjamin Cuche
Benjamin Cuche, fidèle partenaire de Jean-Luc Barbezat à la scène, nous parle de santé, de rire et de sa famille.

Lorsque l’on dit «l’essentiel c’est la santé», qu’est-ce que cela vous inspire?

Benjamin Cuche

«En rigolant sur scène, c’est comme si je m’automédicamentais.»

Benjamin Cuche: C’est tellement juste! La santé est ce que l’être humain a de plus précieux. On peut tout avoir mais sans la santé… Imaginez-vous en soirée avec une fille magnifique que vous draguez depuis longtemps, et c’est justement ce soir-là que débarque un horrible mal de dos, et bien c’est une soirée de fichue!

Vous prenez donc soin de vous?

Non, je ne fais pas suffisamment attention à ma santé. Je mange quand j’ai faim et je dors quand j’ai sommeil! Même si j’avoue que depuis que j’ai une famille c’est un peu plus compliqué pour le sommeil.

Quel rapport entretenez-vous avec votre médecin?

Une chose est sûre, je ne suis pas un bon client pour mon assurance-maladie. Du haut de mes 45 ans, je ne suis plus tout jeune et je vais donc plus souvent chez le docteur qu’avant. Je dois lui rendre visite une fois par an, en tout cas.

«Malheureux oui, mais pas plus de trois jours»

Le rire est-il bon pour la santé?

C’est évident! Le bonheur en général c’est bon pour nous et le rire fait partie de tout cela. En rigolant sur scène ou ailleurs, c’est comme si je m’automédicamentais sans prendre de produit. Le plaisir fait partie du bien-être, il nous permet d’éviter le stress, de relativiser, et de comprendre que certaines choses ne sont pas si graves.

Etes-vous un grand consommateur de médicaments?

Je m’automédicamente quand j’ai mal à la tête uniquement. Je prends parfois des «granules», comme on dit: «Tu prends de l’arnica et si ça va pas mieux, on ira à l’hôpital!»

Monter sur scène vous demande une préparation physique particulière?

Je ne me chauffe ni la voix, ni vraiment le corps. Je fais peut-être deux ou trois étirements, mais rien de plus. Par contre, j’ai remarqué que plus je jouais plus j’avais la forme. D’ailleurs, lorsque Jean-Luc Barbezat et moi ne foulons la scène pendant un bon moment et qu’on s’y remet, au début on se sent plus fatigué. En plus, quand je m’empâte, je me réjouis toujours de remonter un spectacle parce que je sais que je vais brûler quelques calories!

Faites-vous du sport?

Je ne fais ni d’entraînement, ni de jogging matinal, mais par contre je fais du train! Car comme je suis toujours en retard, je dois courir pour l’attraper.

A 45 ans, vous dites être déjà vieux, avez-vous peur du temps qui passe?

Je ne suis pas inquiet à l’idée de vieillir, mais j’ai bien conscience que cela va m’arriver. Mes parents, eux, sont déjà vieux et je trouve qu’ils n’ont malheureusement pas su bien préparer leur vieillesse et qu’elle leur est tombée dessus. S’ils avaient anticipé quand ils étaient encore en forme, ils seraient aujourd’hui en meilleure santé.

Qu’est-ce qui vous fait peur dans la maladie?

Ce que je redoute le plus est partir avant mes parents ou que mes enfants partent avant moi. Mon père souffre d’Alzheimer, une maladie difficile à vivre pour lui-même et son entourage. Pourtant, le côté positif, c’est qu’il vit dans sa propre réalité, et ne subit pas de douleur particulière, car c’est bien la douleur qui en général est le plus insupportable. Mais n’oublions pas qu’en Suisse, nous sommes extrêmement privilégiés et que même quand ça fait mal, les professionnels de la santé font un travail formidable pour nous soulager.

Etes-vous du genre douillet?

Quand je me fais mal, je hurle un bon coup et m’en prend à mon armoire, ou ma porte, en toute mauvaise fois, sachant parfaitement que je suis le seul responsable. Sinon, je ne suis pas du genre à dramatiser, j’attends toujours cinq minutes avant de dire que je vais mourir! Et selon ma masseuse, j’ai un seuil de tolérance à la douleur assez élevé… Maintenant, il est clair que je ne suis pas fan de la douleur, mais je me rends bien compte du côté psychologique de la chose. J’essaie donc de ne pas me laisser guider par mes émotions, avec un credo: «Malheureux oui, mais pas plus de trois jours».

«Je ne suis pas inquiet à l’idée de vieillir»

Fumez-vous?

J’ai commencé à fumer très tard et j’ai arrêté très tôt. Quand j’étais jeune, on m’a toujours dit que ce n’était pas bien et que ça ne servait à rien. Puis à 28 ans, j’ai commencé à fumer un paquet par jour. J’ai adoré ça jusqu’au jour où je me suis levé au milieu de la nuit pour aller me chercher un paquet de cigarettes. C’est à ce moment-là que j’ai réalisé que j’étais allé trop loin. Je ne supportais pas cette idée de dépendance, d’être guidé par la cigarette. J’ai donc arrêté peu après.

Comment s’annonce la rentrée pour le duo Cuche et Barbezat?

Nous sommes en tournée avec Marie-Thérèse Porchet qui fête ses vingt ans de carrière, ainsi que sur demande avec notre spectacle best of. Par ailleurs, nous commençons tout juste à écrire notre nouveau spectacle qui s’intitulera «Cuche et Barbezat rallument le sapin!». On a choisi ce titre parce qu’on avait envie de repartir en bringue, comme on dit! Et puis rallumer le sapin est aussi une expression que l’on utilise pour parler d’un couple, lui et moi allons donc repartir de plus belle, pour rire… beaucoup!

Photographie: Romain Graf

A LIRE AUSSI

Recherche et nouveaux traitements
Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Les antalgiques classiques s’avèrent souvent impuissants face à une catégorie de douleurs chroniques,...
Lire la suite
Technologie
Intelligence artificielle: la médecine en mutation

Intelligence artificielle: la médecine en mutation

Transports, secteurs militaire, bancaire, médical, logistique, robotique…: l’intelligence artificielle...
Lire la suite
Santé des people
Interview d'Agnes Wuthrich: «Il y a une part de fatalisme en moi et de confiance en la vie»

Interview d'Agnes Wuthrich: «Il y a une part de fatalisme en moi et de confiance en la vie»

Présentatrice du téléjournal depuis huit ans, Agnès Wuthrich est devenue une figure familière des téléspectateurs...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
anja_guelpa

Anja Wyden Guelpa: «Je me suis assoupie sur le fauteuil de mon dentiste»

Elue à 36 ans, la chancelière Anja Wyden Guelpa est chargée, depuis 2009, de préparer les séances du Conseil d’Etat de Genève et de vérifier que ses décisions soient mises en œuvre.
alexandre_jollien

Alexandre Jollien: «J’ai compris qu’il me fallait guérir de l’idée de guérir»

Il a fait de la philosophie, de la méditation et de la quête spirituelle son art de vivre. Depuis la Corée, Alexandre Jollien partage avec nous les voies qu’il a choisi de suivre pour trouver la sagesse, la santé et le bien-être.
De quoi souffrait vraiment Franklin Delano Roosevelt?

De quoi souffrait vraiment Franklin Delano Roosevelt?

Franklin D. Roosevelt, président des États-Unis de 1933 à 1945, était un président paralysé. Rarement photographié en fauteuil roulant, le mystère demeure aujourd'hui sur la maladie dont il souffrait. Petite leçon d'histoire de la médecine.
Videos sur le meme sujet

Le futur de la médecine

Demain, un tiers de la population aura plus de 65 ans. 40% de la population aura une maladie chronique. Les hôpitaux seront saturés, les médecins trop peu nombreux et les coûts de la santé continueront de prendre l’ascenseur. Dès lors, quelles sont les mesures adoptées par le monde médical pour répondre à ces problématiques?

Internet: mondes virtuels, dangers réels

Internet est entré dans les ménages suisses au milieu des années 90. Impossible désormais de se passer de cet outil incroyablement performant, mais impossible aussi de fermer les yeux sur les horreurs qui y circulent tous les jours.

Sciences du sport: performance sous la loupe

Le sport n’est pas une science exacte mais la science s’invite de plus en plus dans le sport. Elle permet d’optimiser les méthodes d’entraînement, d’améliorer les performances et d’éviter certaines blessures.