Un nouveau laser pour le traitement de la prostate

Dernière mise à jour 15/04/13 | Article
Un nouveau laser pour le traitement de la prostate
Un laser permet d’opérer l’hyperplasie bénigne de la prostate. Contrairement aux interventions classiques, l’endovaporisation de la prostate au laser peut se faire sous traitement antiagrégant ou anticoagulant.

Chez l’homme âgé, il est très courant que la prostate grossisse et interfère avec l’écoulement de l’urine. On appelle ce trouble hyperplasie bénigne de la prostate et le nombre de patients concernés devrait fortement augmenter ces prochaines années. Les données sur l’espérance de vie prévoient en effet un vieillissement de la population faisant tripler les tranches d’âge de plus de 80 ans entre 2010 et 2050. Du fait de cette évolution démographique, le risque d’embolies (l’obstruction d’un vaisseau, par exemple par un caillot de sang) devrait suivre cette évolution, et par conséquent la prescription de traitements antiagrégants ou anticoagulants (des médicaments qui empêchent la formation de caillots) augmenter d’autant.

Quand les symptômes de l’hyperplasie bénigne de la prostate sont légers – ce qui est le cas chez environ 60% de la population masculine de plus de soixante ans –, le traitement se fait principalement par la prescription de médicaments. Si les symptômes sont jugés plus sévères – comme c’est le cas pour 30% de la population de plus de septante ans – ou si les médicaments n’obtiennent pas l’effet désiré, les prostates de petit et moyen volumes (moins de 80 ml) étaient traditionnellement opérées par endoscopie, et celles de grand volume par chirurgie ouverte.

Nouvelles techniques

De nouvelles techniques chirurgicales ont été développées ces dernières années comme alternative. L’une d’entre elle, utilisée depuis une dizaine d’années, est l’endovaporisation prostatique au laser (EVPL). Ses avantages principaux sont une diminution de la durée du séjour après l’opération et la possibilité d’effectuer l’intervention sans interrompre le traitement antiagrégant ou anticoagulant.

L’opération «classique» de la prostate par endoscopie, c'est-à-dire par l’introduction, dans l’urètre, d’un outil par lequel passe un courant électrique monopolaire permettant de couper les tissus cellulaires et de les coaguler, est limitée par deux facteurs: la prise par voie orale d’anticoagulants ou d’antiagrégants plaquettaires ainsi que le volume de la prostate. Si ce dernier est élevé, la durée de l’intervention peut se prolonger et donner lieu à des complications.

Tout comme la REP, l’endovaporisation prostatique au laser atteint sa cible en passant par l’urètre. Une fibre optique délivre l’énergie générée par le laser de sorte à former des bulles de vapeur d’eau à l’intérieur des tissus ciblés, provoquant l’explosion des cellules.

Données encore à récolter

Plusieurs études ont tenté de comparer l’efficacité des traitements par endoscopie et EVPL. La mesure du débit maximum uriné après opération donne des résultats similaires indépendamment du type d’opération. Le laser occasionnerait moins de complications hémorragiques. Le suivi à long terme de ces études fait à l’heure actuelle encore défaut, faute de recul pour cette technique très récente.

Pour les cas les plus courants, l’EVPL semble être une bonne alternative à l’endoscopie. Elle permet une chirurgie sûre et efficace, fait bénéficier plus de patients d’une technique peu invasive et offre aux chirurgiens un gain de temps et de confort opératoire.

Référence

Adapté de «Nouvelle génération de laser pour le traitement de l’hyperplasie bénigne de la prostate», Drs Johannes Hauser, Christophe E. Iselin, in Revue médicale suisse 2012; 8: 2340-3, en collaboration avec l'auteur.

A LIRE AUSSI

Recherche et nouveaux traitements
Papillomavirus: la lutte se précise

Papillomavirus: la lutte se précise

Après le frottis, le test HPV et l’auto-prélèvement, de nouvelles méthodes permettent de dépister ce...
Lire la suite
Santé des people
Jennifer Covo: «J'apprécie qu'une certaine distance soit préservée entre le médecin et son patient. Chacun son rôle.»

Jennifer Covo: «J'apprécie qu'une certaine distance soit préservée entre le médecin et son patient. Chacun son rôle.»

Présentatrice du Téléjournal à la Radio Télévision Suisse, Jennifer Covo nous dévoile quelques aspects...
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Les antalgiques classiques s’avèrent souvent impuissants face à une catégorie de douleurs chroniques,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_pharmacogenomique

La pharmacogénomique au secours des douleurs chroniques

En partie à cause de différences génétiques qui influencent la réponse individuelle à une substance, chaque patient répond différemment à l’administration d’un médicament.
Le regard

L’orientation sexuelle? Elle est dans la prunelle!

Découverte américaine: la mesure de la dilatation de votre pupille – dans certaines circonstances bien particulière – permet de savoir où vous vous situez dans le vaste éventail de la sexualité humaine.
Une prise de sang pour dire le temps qu’il vous reste à vivre

Une prise de sang pour dire le temps qu’il vous reste à vivre

Jadis on lisait les lignes de la main. Demain on mirera une goutte de sang. Avec sans doute une plus grande précision.
Videos sur le meme sujet

Transplantation de mémoire réussie… entre deux escargots

Des chercheurs américains ont réussi à transplanter de la mémoire d’un individu à un autre.

Une nouvelle piste dans la recherche sur les douleurs neuropathiques

Comment venir à bout des douleurs neuropathiques?

Nouvel espoir pour les paraplégiques

Des chercheurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont étudié des rats paraplégiques à qui on a donné une thérapie pour retrouver l'usage de leurs pattes.