Un nouveau laser pour le traitement de la prostate

Dernière mise à jour 15/04/13 | Article
Un nouveau laser pour le traitement de la prostate
Un laser permet d’opérer l’hyperplasie bénigne de la prostate. Contrairement aux interventions classiques, l’endovaporisation de la prostate au laser peut se faire sous traitement antiagrégant ou anticoagulant.

Chez l’homme âgé, il est très courant que la prostate grossisse et interfère avec l’écoulement de l’urine. On appelle ce trouble hyperplasie bénigne de la prostate et le nombre de patients concernés devrait fortement augmenter ces prochaines années. Les données sur l’espérance de vie prévoient en effet un vieillissement de la population faisant tripler les tranches d’âge de plus de 80 ans entre 2010 et 2050. Du fait de cette évolution démographique, le risque d’embolies (l’obstruction d’un vaisseau, par exemple par un caillot de sang) devrait suivre cette évolution, et par conséquent la prescription de traitements antiagrégants ou anticoagulants (des médicaments qui empêchent la formation de caillots) augmenter d’autant.

Quand les symptômes de l’hyperplasie bénigne de la prostate sont légers – ce qui est le cas chez environ 60% de la population masculine de plus de soixante ans –, le traitement se fait principalement par la prescription de médicaments. Si les symptômes sont jugés plus sévères – comme c’est le cas pour 30% de la population de plus de septante ans – ou si les médicaments n’obtiennent pas l’effet désiré, les prostates de petit et moyen volumes (moins de 80 ml) étaient traditionnellement opérées par endoscopie, et celles de grand volume par chirurgie ouverte.

Nouvelles techniques

De nouvelles techniques chirurgicales ont été développées ces dernières années comme alternative. L’une d’entre elle, utilisée depuis une dizaine d’années, est l’endovaporisation prostatique au laser (EVPL). Ses avantages principaux sont une diminution de la durée du séjour après l’opération et la possibilité d’effectuer l’intervention sans interrompre le traitement antiagrégant ou anticoagulant.

L’opération «classique» de la prostate par endoscopie, c'est-à-dire par l’introduction, dans l’urètre, d’un outil par lequel passe un courant électrique monopolaire permettant de couper les tissus cellulaires et de les coaguler, est limitée par deux facteurs: la prise par voie orale d’anticoagulants ou d’antiagrégants plaquettaires ainsi que le volume de la prostate. Si ce dernier est élevé, la durée de l’intervention peut se prolonger et donner lieu à des complications.

Tout comme la REP, l’endovaporisation prostatique au laser atteint sa cible en passant par l’urètre. Une fibre optique délivre l’énergie générée par le laser de sorte à former des bulles de vapeur d’eau à l’intérieur des tissus ciblés, provoquant l’explosion des cellules.

Données encore à récolter

Plusieurs études ont tenté de comparer l’efficacité des traitements par endoscopie et EVPL. La mesure du débit maximum uriné après opération donne des résultats similaires indépendamment du type d’opération. Le laser occasionnerait moins de complications hémorragiques. Le suivi à long terme de ces études fait à l’heure actuelle encore défaut, faute de recul pour cette technique très récente.

Pour les cas les plus courants, l’EVPL semble être une bonne alternative à l’endoscopie. Elle permet une chirurgie sûre et efficace, fait bénéficier plus de patients d’une technique peu invasive et offre aux chirurgiens un gain de temps et de confort opératoire.

Référence

Adapté de «Nouvelle génération de laser pour le traitement de l’hyperplasie bénigne de la prostate», Drs Johannes Hauser, Christophe E. Iselin, in Revue médicale suisse 2012; 8: 2340-3, en collaboration avec l'auteur.

Articles sur le meme sujet
BV_oeil_allie_depistage

L’œil, témoin des maladies neurologiques

L’observation de l’œil permet de distinguer les signes précoces d’une pathologie neurodégénérative, telle que la maladie d’Alzheimer. Pourra-t-on, à l’avenir, diagnostiquer ces pathologies par un simple examen oculaire? Réponse avec la Prof. Aki Kawasaki, médecin associée, responsable de l’unité de neuro-ophtalmologie de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin.
 LMD_avez_dit_phagotherapie

Vous avez dit «phagothérapie»?

Sous le feu des projecteurs, même si elle reste expérimentale, la phagothérapie pourrait révolutionner la prise en charge des infections bactériennes résistantes aux antibiotiques.
 PS48_itw_david-zacharie_issom

«Les innovations doivent tenir compte du monde tel qu’il est»

Récemment nommé professeur en algorithme et programmation à la Haute école de gestion de Genève et passionné par le domaine de la santé globale, David-Zacharie Issom multiplie les projets, notamment avec les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et l’Institut de e-Santé de la HES-SO Valais. Son leitmotiv: favoriser l’émancipation des patients et patientes par le biais de technologies accessibles et adaptées.
Videos sur le meme sujet

Prix Nobel de médecine 2023: les pionniers de la vaccination à ARN messager récompensés

La biologiste hongroise Katalin Kariko et lʹimmunologiste américain Drew Weissman ont reçu le Prix Nobel de médecine 2023 pour leurs travaux sur lʹARN messager, qui ont notamment permis la mise au point des vaccins contre le Covid-19.

Une grande avancée dans le traitement du lymphœdème

Le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) est sur le point de révolutionner le traitement du lymphœdème grâce à une première mondiale : le test d'un vaisseau lymphatique artificiel implantable.

L'ascension des maladies fongiques

Le changement climatique a des répercussions sur de nombreux aspects de notre environnement, et il s'avère qu'il joue un rôle déterminant dans l'émergence de nouvelles maladies fongiques