Les parasites intestinaux sous la loupe

Dernière mise à jour 13/04/16 | Audio
Loading the player ...
Stéphane Délétroz s'intéresse à une nouvelle discipline scientifique qui étudie les parasites de l'intestin.

A priori pas très ragoutant, la paléoparasitologie est en fait un domaine passionnant qui étudie l’histoire et l’évolution des maladies parasitaires au cours du temps.

Avec Matthieu Le Bailly, enseignant-chercheur à l’Université de Franche-Comté, et Blaise Genton, médecin-chef des maladies tropicales du Centre hospitalier universitaire vaudois et de la policlinique médicale universitaire. 

> Un sujet en nouvelle diffusion

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Recherche et nouveaux traitements

Le futur de la médecine

Demain, un tiers de la population aura plus de 65 ans. 40% de la population aura une maladie chronique. Les hôpitaux seront saturés, les médecins trop...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
genomique_personnalisera

La génomique personnalisera les soins donnés aux patients

La médecine de précision promet d’améliorer les diagnostics, d’adapter les traitements à chaque personne, mais aussi de prévenir de manière plus ciblée, voire de prédire les maladies.
Des foies ont été créés à partir de cellules souches humaines

Des foies ont été créés à partir de cellules souches humaines

Cette prouesse technique laisse espérer de futurs progrès dans le domaine de la médecine régénératrice.

Les bactériophages, des virus qui remplacent les antibiotiques

Avec l’émergence de «superbactéries» résistant à tous les traitements, une approche thérapeutique revient au goût du jour. En Suisse, l’Université de Lausanne et le CHUV y travaillent.
Videos sur le meme sujet

La face sombre du glutamate

Stéphane Délétroz se penche sur les effets négatifs du glutamate.

Quand la graisse est transformée en cellule pour délivrer de l’insuline

Des chercheurs bâlois et zurichois sont parvenus à transformer des cellules graisseuses adultes en cellules à insuline.

Paludisme et transfusion sanguine

Des chercheurs de l’Université de Cambridge ont montré qu’un traitement du sang combinant des rayons UV et de la vitamine B réduit le risque de transmission de la malaria lors des transfusions sanguines.