EMDR : la thérapie qui chasse les démons

Dernière mise à jour 26/09/12 | Vidéo
EMDR est l’acronyme de “Eye Movement desensitization and reprocessing”.

En français: désensibilisation et retraitement par le mouvement des yeux. Cette méthode thérapeutique a depuis quelques années révolutionné la conception et la pratique de la psychothérapie grâce à sa rapidité et son efficacité. L’EMDR a tout d’abord été utilisée pour effacer des chocs post traumatiques. Mais aujourd’hui, on l’utilise pour traiter toutes sortes de traumatismes psychiques, comme les abus sexuels, les phobies, les dépressions.

Un reportage 36.9° - RTS Un

A LIRE AUSSI

Recherche et nouveaux traitements

Le futur de la médecine

Demain, un tiers de la population aura plus de 65 ans. 40% de la population aura une maladie chronique. Les hôpitaux seront saturés, les médecins trop...
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements

Les cobayes humains

Quand l'industrie pharmaceutique néglige les maladies peu rentables, les chercheurs indépendants peinent à développer de nouveaux médicaments. Exemple...
Lire la suite
Technologie

Médecine digitale : la santé connectée

Le "quantified Self" ou "auto-quantification" consiste à récolter des données sur soi-même à l'aide de capteurs.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
immunotherapie_poumon

L’immunothérapie, une arme contre le cancer du poumon

De tous les cancers, celui qui touche les poumons est le plus mortel. Chaque année en Suisse, 3000 personnes y succombent. L’immunothérapie, visant à renforcer les défenses naturelles, donne à espérer.
Videos sur le meme sujet

Remarcher après une paralysie?

On ne guérit pas d’une paralysie. En revanche, on pourrait imaginer la court-circuiter en passant par-dessus la lésion pour reconnecter les parties en amont et en aval de la moelle épinière. C’est l’idée que le chercheur de l’EPFL Grégoire Courtine poursuit depuis de nombreuses années: 36,9° l’a suivi dans cette quête passionnante.

Les cobayes humains

Quand l'industrie pharmaceutique néglige les maladies peu rentables, les chercheurs indépendants peinent à développer de nouveaux médicaments. Exemple avec une molécule contre la tuberculose développée à l'EPFL.