Les nouveaux traitements redonnent du souffle aux personnes atteintes de mucoviscidose

Dernière mise à jour 17/09/20 | Article
LMD_traitements_mucoviscidose
Cette maladie génétique, qui touche un millier de personnes en Suisse, se manifeste notamment par un épaississement des sécrétions respiratoires. Elle est due à un dysfonctionnement de la protéine CFTR. Une nouvelle trithérapie donne des résultats «spectaculaires». Explications.

Problèmes digestifs, difficultés respiratoires, infections pulmonaires à répétition font partie des symptômes les plus courants dont souffrent les personnes atteintes de mucoviscidose. Une maladie génétique qui touche, en Suisse, une naissance sur 2900 et qui est due à une mutation du gène responsable d’une protéine, la CFTR (Cystic Fibrosis Transmembrane Conductance Regulator). Chez les malades, cette protéine est soit absente, soit elle fonctionne très mal. Ce qui rend les mucus pulmonaires et digestifs trop épais, avec à la clef, de gros problèmes respiratoires, des infections pulmonaires à répétition, un mauvais fonctionnement du pancréas (qui produit la plupart des sucs digestifs), entre autres.

«Jusqu’à présent, les seuls traitements disponibles se limitaient à soigner les conséquences de la maladie», explique le Dr Alain Sauty, pneumologue et médecin-chef dans le Service de pneumologie du Réseau hospitalier neuchâtelois. Physiothérapie respiratoire, administration de mucolytiques pour fluidifier les sécrétions, antibiotiques en intraveineuse pour contrer les infections ou encore prise orale d’enzymes pancréatiques, font partie des outils permettant d’améliorer la qualité de vie des patients. Dans les cas les plus graves, les malades doivent avoir recours à une greffe pulmonaire. «Désormais, de nouvelles molécules permettent de corriger le défaut de la protéine CFTR, se réjouit le spécialiste. Elles s’attaquent à l’origine du problème. On les appelle les modulateurs et il en existe de deux types: les correcteurs et les potentiateurs.» Le fruit des recherches du Dr Sauty et de ses confrères de Genève et Lausanne vient d’être publié dans la Revue médicale suisse.*

Un canal pour faire circuler le chlore

Pour comprendre de quoi il s’agit, il faut regarder plus en détail le rôle de la protéine CFTR. Présente à la surface de certaines cellules, elle s’apparente à un canal qui permet au chlore de circuler vers l’intérieur ou l’extérieur des cellules. Cela garantit un bon équilibre en sel et en eau et permet la production de sécrétions fluides protégeant les organes, comme les poumons, le pancréas ou le foie. «Les correcteurs permettent à la protéine CFTR d’arriver à la surface des cellules, poursuit le Dr Sauty, alors que les potentiateurs aident au bon fonctionnement de ce canal. Le dernier médicament, déjà disponible aux USA, est une trithérapie associant un potentiateur et deux correcteurs. Elle est destinée aux personnes porteuses de la mutation du gène CFTR la plus fréquente en Europe. Cette trithérapie permettrait ainsi de traiter 85% des patients suisses atteints de mucoviscidose.» Les 15% restant sont atteints d’une autre forme de mutation et ces nouvelles molécules ne sont pas en mesure de leur venir en aide.

Avec une telle trithérapie, les résultats sont «spectaculaires», selon le Dr Sauty: «Ce nouveau médicament va clairement changer le pronostic vital des patients.» Pour rappel, avant les années 1980, rares étaient les malades de mucoviscidose qui atteignaient l’âge adulte. Aujourd’hui, la moitié de patients dépasse les 40 ans. Claudine Hrdina, 39 ans, teste cette trithérapie depuis le mois de février et ne tarit pas d’éloges: «Depuis que je prends ce traitement, je ne tousse plus qu’une fois par jour, alors qu’avant cela, je toussais au moins 300 fois! Je prends conscience que beaucoup de choses sont finalement faciles, comme se brosser les dents, descendre les escaliers, souffler une bougie. Avant, tout cela me demandait une énergie folle. Désormais, je rigole beaucoup et je suis plus sereine face à l’avenir. Je serai peut-être présente au mariage de mon fils qui n’a que 12 ans aujourd’hui…» Le chien de la famille fait les «frais» de ce regain d’énergie, il a désormais droit à une grande balade tous les jours.

La trithérapie que prend Claudine Hrdina est encore en cours d’évaluation auprès de Swissmedic, alors qu’elle est déjà administrée aux États-Unis et en Italie. Le Dr Sauty espère que les étapes avant la commercialisation seront rapidement franchies afin que les patients enfants et adultes puissent en bénéficier dès que possible. «Plus vite on agit, moins on risque des complications irréversibles, explique-t-il. Il faudrait commencer à administrer ces nouvelles molécules aux enfants déjà. Le pancréas est atteint très tôt par la maladie, parfois même in utero. D’où la nécessité de rendre ces nouveaux traitements disponibles rapidement pour le plus grand nombre.»

* Sauty A, Plojoux J, Mornand A, Blanchon A, Koutsokera A. Révolution dans le traitement de la mucoviscidose. Rev Med Suisse 2020; 16: 1229-35.

Éviter les infections pulmonaires en empêchant l’ancrage des bactéries

Une autre étude récente pourrait changer la donne pour les patients atteints de mucoviscidose. Le Pr Marc Chanson, du Département de physiologie cellulaire et métabolisme de la Faculté de médecine de l’Université de Genève et son équipe, se sont intéressés aux infections pulmonaires chroniques des malades**. «La bactérie Pseudomonas aeruginosa est la principale responsable de telles infections, et suite à des traitements antibiotiques à répétition, cette bactérie devient résistante. Nous avons cherché à comprendre pourquoi et avons constaté que la mutation du gène de la protéine CFTR engendre un défaut dans les cellules respiratoires: elles se mettent à fabriquer de véritables stations d’ancrage à bactéries.»

Chez les personnes saines, les cellules des muqueuses produisent du mucus. Ce dernier attrape les bactéries et les évacue grâce aux mouvements des cils de ses cellules, véritables balais permettant de faire le ménage. Chez les malades de mucoviscidose, les cils sont moins efficaces et le mucus, plus épais, peine à être balayé. Les bactéries stagnent, favorisant leur adhésion aux stations d’ancrage qui se créent entre les cellules et les bactéries. Ces stations agissent comme de véritables colles, d’où des infections à répétition dont il devient difficile de se défaire. «Cette découverte ouvre des pistes thérapeutiques, explique le Pr Chanson. Est-il possible de mettre un obstacle entre la cellule et la bactérie pour contrer l’action des stations d’ancrage? Un anticorps pourrait masquer le site d’amarrage des bactéries et ces dernières ne pourraient plus infecter les tissus. Malheureusement, les infections pulmonaires, lorsqu’on ne parvient plus à les soigner, détruisent progressivement les tissus. Le patient a les poumons tellement abîmés qu’il n’arrive plus à respirer et, faute de greffe, cela peut lui être fatal.»

Marc Chanson est toutefois très optimiste quant aux progrès de la science: «Entre notre découverte – qui pourrait permettre d’éviter les infections pulmonaires – et la nouvelle trithérapie, l’espoir de permettre aux patients atteints de mucoviscidose de vivre une vie presque normale est très fort.»

** Badaoui M, Zoso A, Idris T, Lemeille S, Wehrle-Haller B, Chanson M. Vav3 Mediates Pseudomonas aeruginosa Adhesion to the Cystic Fibrosis Airway Epithelium Cell Reports 2020.

____________

Paru dans Le Matin Dimanche le 06/09/2020.

Articles sur le meme sujet
BV13_recherche_basse_vision

Les défis de la recherche en basse vision

De nombreuses innovations visent à aider les personnes malvoyantes ou aveugles dans leur vie quotidienne. Encore faut-il évaluer celles qui leur sont réellement utiles. C’est notamment le rôle de Fatima Anaflous, cheffe de projet de recherche en basse vision et responsable de la plateforme de recherche sur la réadaptation clinique de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin, et de Saliou Sangare, vice-président de la Section vaudoise de la Fédération suisse des aveugles et malvoyants (FSA) et lui-même malvoyant, qui participe au développement de moyens auxiliaires destinés à la basse vision.
LMD_ameliorer_vue_genes

Améliorer la vue grâce à des injections de gènes

La thérapie génique oculaire a le vent en poupe et pourrait traiter certaines pathologies altérant gravement la vision. Explications.
BV_oeil_allie_depistage

L’œil, témoin des maladies neurologiques

L’observation de l’œil permet de distinguer les signes précoces d’une pathologie neurodégénérative, telle que la maladie d’Alzheimer. Pourra-t-on, à l’avenir, diagnostiquer ces pathologies par un simple examen oculaire? Réponse avec la Prof. Aki Kawasaki, médecin associée, responsable de l’unité de neuro-ophtalmologie de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin.
Videos sur le meme sujet

Grande invitée: Noémie Boillat-Blanco, médecin adjointe au Service des maladies infectieuses du CHUV

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Une étude suisse sur lʹexposition des enfants aux pesticides voit le jour

Pour la première fois en Suisse, une étude cherche à mesurer l'exposition des enfants aux pesticides dans trois régions viticoles (Valais, Trois Lacs, et près de Zurich) et une zone témoin dans lʹest des Grisons.

Stimulation électrique non invasive pour la moelle épinière

Des électrodes posées sur la peau permettent de retrouver des fonctions dans des mains ou bras paralysés.