Gros plan sur le chemobrain

Dernière mise à jour 02/05/16 | Audio
Loading the player ...
Stéphane Délétroz s'intéresse au chemobrain, un ensemble de symptômes lié aux traitements contre le cancer comme les chimiothérapies.

Ce dernier comprend des troubles de l’attention, de la concentration, de la mémoire et de la capacité à être multitâches.

Les détails avec Andreas Hottinger, médecin associé au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), responsable de l’équipe neuro-oncologie.

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Santé des people
Technologie

5G et santé: quels sont les dangers?

Les nouvelles antennes de téléphonie et leurs ondes puissantes inquiètent. Le principal problème avec la 5G: la multiplication des objets connectés, qui...
Lire la suite
Recherche anticancer

Des maths pour mieux soigner le cancer

Les mathématiques à lʹassaut des cellules cancéreuses, cʹest une approche assez inédite proposée par des chercheurs de lʹUniversité de Genève (Unige).
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PS42_INTERVIEW_Dietrich

«L’oncologie a fait plus de progrès en deux décennies qu’en 2000 ans»

Il envisageait de devenir pédiatre, avant d’être happé par l’univers de l’oncologie, ses défis et les rencontres exceptionnelles avec des patientes et des patients frappés par la maladie. À une année de prendre sa retraite, le Pr Pierre-Yves Dietrich, chef du Département d’oncologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et professeur à la Faculté de médecine de l’Université de Genève (UNIGE), jette un œil dans le rétroviseur de trois décennies de carrière pour se réjouir des progrès actuels, avant de rapidement se tourner vers l’avenir et les combats qu’il souhaite encore mener.
P21-04_invitée_Burton-Jeangros

«Il est important d’étudier la santé dans son contexte social»

Sociologue spécialisée dans la santé et la médecine à l’Université de Genève, la Pre Claudine Burton-Jeangros est une experte du risque et des inégalités sociales. Rencontre avec cette passionnée de l’humain et des parcours de vie.
LMD_Sclérose_plaques

Sclérose en plaques: un espoir pour les patients atteints d’une forme progressive

Si les avancées en matière de traitements de la sclérose en plaques se sont accélérées ces vingt dernières années, il reste difficile de ralentir les effets des formes dites «progressives» de la maladie, qui concernent près d’un tiers des patients. Une récente étude, ciblée sur la protection du système nerveux central, ouvre néanmoins des perspectives encourageantes.
Videos sur le meme sujet

Contrôler les neurones par l'optogénétique

Contrôler les neurones de la moëlle épinière par la lumière, cʹest ce que propose des scientifiques de lʹEcole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Protéger le QI des personnes à risque de psychose

Donner des anti-dépresseurs dès lʹenfance pour préserver les facultés intellectuelles des personnes qui souffrent de certaines maladies psychiatriques, c'est d'idée développée dans une étude de lʹUniversité de Genève (Unige).

Détecter les tumeurs cancéreuses avant quʹelles ne soient visibles

Une recherche menée à lʹUniversité de Fribourg (UNIFR) révèle une nouvelle manière de dépister le cancer du sein, même à un stade précoce.
Maladies sur le meme sujet
Préparation d'une opération de la vésicule biliaire

Cancer de la vésicule et des voies biliaires

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 310 nouveaux cas de cancer de la vésicule ou des voies biliaires. Le cancer de la vésicule biliaire touche un peu plus souvent les femmes (53 %) que les hommes (47 %). Il survient presque exclusivement à un âge avancé : deux tiers des patients ont 70 ans et plus au moment du diagnostic.

Atteinte de la moelle

Myélome multiple (plasmocytome)

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 560 nouveaux cas de myélome multiple (plasmocytome), ce qui représente environ 1 % de toutes les maladies cancéreuses.

Pancreas

Cancer du pancréas

Chaque année en Suisse, 1100 personnes développent un cancer du pancréas (carcinome pancréatique), ce qui correspond à environ 3% de toutes les maladies cancéreuses.