Cancers digestifs : le défi des nouvelles molécules

Dernière mise à jour 01/11/11 | Article
Problèmes digestifs
De nouvelles options thérapeutiques sont proposées aux patients atteints de cancers digestifs avancés ou métastatiques. On les appelle les thérapies ciblées.

L’arsenal thérapeutique de l’oncologue est large. Pour lutter contre certains cancers, il peut dorénavant compter sur des molécules qui réduisent la prolifération tumorale, en régulant l’activité des facteurs de croissance de la tumeur. On les nomme thérapies ciblées et elles sont ajoutées et intégrées aux chimiothérapies conventionnelles.

Quel est leur mode d’action? Ces nouvelles molécules interfèrent de manière ciblée avec la biologie cellulaire. Elles agissent sur une étape précise du développement cellulaire. Et ceci grâce à certaines substances qui agissent à l’intérieur ou à l’extérieur de la cellule cancéreuse. Car il faut savoir qu’une cellule saine a une régulation automatique de son développement. Dans la cellule tumorale, cette régulation est altérée. Les thérapies ciblées visent justement à rétablir cette régulation. Ces molécules ont pu être développées grâce aux progrès accomplis dans la connaissance du fonctionnement des cellules.

Les cancers liés à la digestion

Ces thérapies ciblées sont utilisées chez des patients souffrant des cancers de l’appareil digestif, comme le cancer colorectal, le cancer gastrique, ou encore lors de tumeurs stromales gastro-intestinales (autre type de tumeurs malignes du tube digestif). Elles sont aussi utilisées chez des patients souffrant d’un carcinome hépatocellulaire, c’est-à-dire la  forme primaire du  cancer du foie.

Les cancers gastrique et colorectal au stade métastatique sont des pathologies dont les options de traitement ont considérablement changé avec les thérapies ciblées. En l’absence de traitement, le taux de survie est malheureusement d’environ dix mois pour le cancer gastrique et de douze mois pour le cancer colorectal.

Dans les cas de carcinome hépatocellulaire, les thérapies ciblées apportent aussi un vent d’espoir. En effet, seuls 40% des patients peuvent subir un traitement potentiellement curatif (résection, ablation locale ou transplantation du foie). Quant aux autres, victimes d’un carcinome hépatocellulaire avancé qui n’ont pas accès à ces options thérapeutiques, il manquait jusqu’à présent une option de traitement systémique. Des thérapies ciblées ont été étudiées et l’une d’elle a montré un gain de survie et est désormais proposée à ces patients avec cancer héptocellulaire avancé.

Enfin, les tumeurs stromales gastro-intestinales sont le parfait exemple du succès des thérapies ciblées avec l’efficacité d’un médicamant ciblé appelé Glivec. Il existe aussi des traitements efficaces qui ont été étudiés  pour  les  tumeurs neuroendocrines pancréatiques avancées.

Un espoir pour le patient et l’oncologue

Ces traitements novateurs améliorent la survie globale ou la survie sans progression de nombreux cancers digestifs et sont généralement bien tolérés grâce à leur administration aisée et à leur mode d’action spécifique. Ils ont démontré leur efficacité, y compris pour des tumeurs résistant à la chimiothérapie conventionnelle, et représentent un formidable espoir tant pour le patient que pour l’oncologue.

Les thérapies ciblées seront certainement à l’avenir des armes de choix pour un traitement à la carte de pathologies jusqu’ici réfractaires. Pour l’instant réservées aux situations avancées ou métastatiques, elles seront probablement appelées à jouer un rôle central plus général.

Références

Adapté de « Thérapies ciblées en oncologie digestive », Drs Marie-Laure Amram et Arnaud D. Roth, service d’oncologie Dr Daniel A. Benamran, Département de chirurgie des HUG, in Revue médicale suisse 2011 ; 7 :1131-6, en collaboration avec les auteurs.

Articles sur le meme sujet
BV13_recherche_basse_vision

Les défis de la recherche en basse vision

De nombreuses innovations visent à aider les personnes malvoyantes ou aveugles dans leur vie quotidienne. Encore faut-il évaluer celles qui leur sont réellement utiles. C’est notamment le rôle de Fatima Anaflous, cheffe de projet de recherche en basse vision et responsable de la plateforme de recherche sur la réadaptation clinique de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin, et de Saliou Sangare, vice-président de la Section vaudoise de la Fédération suisse des aveugles et malvoyants (FSA) et lui-même malvoyant, qui participe au développement de moyens auxiliaires destinés à la basse vision.
LMD_ameliorer_vue_genes

Améliorer la vue grâce à des injections de gènes

La thérapie génique oculaire a le vent en poupe et pourrait traiter certaines pathologies altérant gravement la vision. Explications.
LMD_traitements_mucoviscidose

Les nouveaux traitements redonnent du souffle aux personnes atteintes de mucoviscidose

Cette maladie génétique, qui touche un millier de personnes en Suisse, se manifeste notamment par un épaississement des sécrétions respiratoires. Elle est due à un dysfonctionnement de la protéine CFTR. Une nouvelle trithérapie donne des résultats «spectaculaires». Explications.
Videos sur le meme sujet

Grande invitée: Noémie Boillat-Blanco, médecin adjointe au Service des maladies infectieuses du CHUV

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Une étude suisse sur lʹexposition des enfants aux pesticides voit le jour

Pour la première fois en Suisse, une étude cherche à mesurer l'exposition des enfants aux pesticides dans trois régions viticoles (Valais, Trois Lacs, et près de Zurich) et une zone témoin dans lʹest des Grisons.

Stimulation électrique non invasive pour la moelle épinière

Des électrodes posées sur la peau permettent de retrouver des fonctions dans des mains ou bras paralysés.
Maladies sur le meme sujet
Calculs rénaux

Calculs rénaux

Des substances solubles, normalement éliminées dans l’urine vont, dans certaines conditions, former des petits cristaux insolubles dans les voies urinaires qui grandissent et deviennent une structure solide, appelée calcul rénal ou calcul urinaire.

Une biopsie

Cancer de l’anus (carcinome anal)

Chaque année en Suisse, près de 170 personnes développent un cancer de l’anus, ce qui correspond à moins de 1% de toutes les maladies cancéreuses.

Pancreas

Cancer du pancréas

Chaque année en Suisse, 1100 personnes développent un cancer du pancréas (carcinome pancréatique), ce qui correspond à environ 3% de toutes les maladies cancéreuses.

Symptômes sur le meme sujet
tache de sang sur un mouchoir

Hématémèse

J'ai vomi du sang