Parodontite

Dernière mise à jour 16/09/11 | Maladie
Dents

La parodontite est une maladie due à l'accumulation de bactéries sur les dents et les gencives. Elle peut provoquer des abcès ou mener au déchaussement puis à la perte des dents.

Brève description

La parodontite est une maladie chronique provoquée par une accumulation ou un amas de bactéries qui se déposent sur les dents et les gencives. En l’absence d’une bonne hygiène dentaire, elles se multiplient rapidement. Le dentiste ou l’hygiéniste y remédie en enlevant le film bactérien responsable de l’inflammation par un nettoyage adapté. Par contre, si l'on n’agit pas, l’inflammation peut se propager à l’ensemble de la gencive et conduire au déchaussement de la dent, à la formation d’abcès et à la perte de l’os de soutien, avec le risque finalement que la dent tombe.

La parodontite peut être localisée ou généralisée à toute la bouche.

La gingivite (inflammation et saignement des gencives) est le premier stade de la maladie parodontale (parodontite).

Symptômes

Les symptômes de la parodontite sont :

  • un saignement de la gencive
  • la formation de poches entre la gencive et la surface de la racine dentaire (secondaires à la destruction de l’attache de la gencive à la dent). Plus tardivement, l’os de l’alvéole dentaire peut être détruit.
  • un gonflement (œdème) de la gencive
  • un déchaussement de la dent, ce qui la rend plus visible
  • la présence de douleurs, mais la parodontite peut aussi être sournoise et indolore
  • des dents qui bougent

La maladie peut être localisée, touchant une dent, un groupe de dents, ou être généralisée à toute la bouche. Elle peut aussi être chronique et agressive.

Dans les cas les plus graves, on observe la formation d’abcès (gencive gonflée et douloureuse, avec du pus qui en sort) et une perte osseuse que l’on peut voir sur la radiographie. La dent commence alors à bouger. Cette situation est irréversible.

Causes

La plaque bactérienne déposée sur la dent est directement responsable de la parodontite. Elle résulte d’un déséquilibre entre les bactéries de la flore buccale normale et des bactéries nocives qui prennent le dessus sur les premières. En l’absence d’hygiène régulière (en nettoyant les dents tous les jours) ou de traitement (chez le médecin-dentiste ou l’hygiéniste), la plaque va se minéraliser, c’est-à-dire que du tartre va se former et se placer sur la dent, dans les espaces interdentaires et sous la gencive.

Facteurs de risque

Les facteurs de risque pour la parodontite sont :

  • une mauvaise hygiène bucco-dentaire, avec un brossage des dents insuffisant
  • le tabagisme
  • la consommation excessive d’alcool
  • chez 40 à 80% des personnes, il existe des facteurs génétiques qui prédisposent à la maladie ; la parodontite est donc en quelque sorte héréditaire
  • une infection par des virus (VIH, certains virus du groupe herpès)
  • certains médicaments : antiépileptiques, anticoagulants, médicaments antirejet (après une transplantation) ou antihypertenseurs
  • le stress
  • certaines maladies comme le diabète
  • l’âge (le risque augmente avec l’âge)
  • le sexe (les hommes sont plus touchés que les femmes)

Traitement

La première étape du traitement consiste à éliminer le dépôt bactérien et le tartre sur les dents et dans les espaces interdentaires. Ce travail peut être effectué par le médecin-dentiste ou l’hygiéniste. Dans les phases aiguës, des rinçages avec une solution de chlorhexidine (Plak-out, Curasept) sont indiqués.

Le médecin-dentiste procédera au détartrage, évaluera la motivation de la personne et lui enseignera les techniques adéquates. Ensuite il fera un sondage des poches pour mesurer la perte d’attache des dents et regardera quelles zones ont besoin d’un nettoyage plus en profondeur (surfaçage réalisé sous anesthésie locale). Après quelques semaines il réévaluera la situation.

Un traitement antibiotique (sept jours environ) peut s’avérer utile. Un prélèvement des bactéries dans la poche peut même être envisagé pour déterminer quel antibiotique doit être prescrit.

De manière générale, si les saignements persistent après un premier traitement et des mesures d’hygiène bien conduites, des radiographies complémentaires devront être réalisées.

Si la maladie est à un stade avancé (déchaussement important, mobilité de la dent) ou ne répond pas au traitement initial, le recours à un spécialiste (parodontologue) sera en général nécessaire.

La chirurgie parodontale s’adresse aux situations les plus sévères. Le traitement consiste par exemple à ouvrir la gencive (chirurgie d’accès) pour faciliter le nettoyage et atteindre les endroits difficiles à atteindre, à rajouter de l’os si la perte est importante ou, si la dent est tombée, à poser un implant.

Une fois que la maladie est sous contrôle, des visites régulières chez le médecin-dentiste ou le parodontologue sont nécessaires trois à quatre fois par an. Le maintien d’une bonne hygiène est indispensable pour prévenir la récidive de phases aiguës.

Evolution et complications possibles

La guérison dépend non seulement de la virulence des agents pathogènes, mais aussi de l’investissement de la personne dans les mesures d’hygiène quotidienne.

Dans 80% des cas, l’évolution est favorable avec disparition des saignements, absence de formation de poches et arrêt de la destruction osseuse.

Toutefois, dans les stades sévères, il se peut que le traitement habituel ne suffise pas à empêcher la destruction de l’os et la perte de la dent. C’est l’une des complications les plus courantes. Il faut donc parfois arracher une ou plusieurs dents atteintes pour éviter que l’infection ne se propage aux autres dents.

Ainsi, lorsque les gencives saignent, il est primordial de ne pas trop attendre avant de consulter, pour augmenter les chances de guérison.

En l’absence de traitement, les risques principaux sont la perte de dents et de l’os. Plus la perte osseuse est importante, plus il sera difficile de poser des implants et il faudra recourir à d’autres techniques plus onéreuses.

Prévention

Pour préserver une bonne hygiène bucco-dentaire et éviter le plus possible l’accumulation de bactéries responsables du saignement des gencives (gingivite) puis de la parodontite, il faut appliquer les mesures suivantes :

  • prendre le temps de se brosser les dents (pendant 2 à 3 minutes environ) et masser les gencives, deux à trois fois par jour. L’action mécanique du brossage est capitale pour assurer une bonne hygiène buccale
  • pour que le nettoyage soit efficace, faire plusieurs fois le même mouvement sur une même zone de dents et sur toute leur largeur. Adopter la technique du « masser, chasser » : masser en rond la dent et la gencive puis chasser la brosse depuis la gencive vers le haut (pour les dents du bas) ou vers le bas (pour les dents du haut) [insérer une ou plusieurs illustrations libres de droit] et éviter le brossage horizontal. Bien rincer la bouche
  • nettoyer la face intérieure des dents et les espaces interdentaires à l’aide d’instruments spécifiques, tels que fil dentaire, bâtonnets ou brossettes
  • passer aussi la brosse à dents (ou un racloir) sur la langue
  • changer régulièrement de brosse à dents (tous les deux mois environ ou plus souvent selon l’état). Choisir une brosse souple ou opter pour un modèle électrique sonique très efficace pour éliminer le film bactérien, sans appuyer trop fort. Ces brosses soniques oscillent 30'000 fois par minute, ce qui assure un nettoyage mécanique et produit des turbulences du liquide buccal qui permettent d’atteindre les endroits inaccessibles et d’éliminer en partie la plaque bactérienne.
  • éviter les aliments très sucrés et farineux qui collent aux dents (conseil très important aussi pour les enfants !). Eviter également les boissons sucrées ou contenant du gaz carbonique (sodas). Pour le jus d’oranges ou les autres boissons acides, se rincer la bouche avec de l’eau et attendre 30 minutes avant de se brosser les dents
  • renoncer au tabac
  • consulter son dentiste régulièrement, une à deux fois par an. Les personnes atteintes de parodontite devraient consulter leur dentiste trois à quatre fois par an

Quand contacter le médecin ?

Tout problème de saignement des gencives doit faire l’objet d’une visite chez le médecin-dentiste.

Si la personne prend des médicaments (antiépileptiques, anticoagulants, antirejet ou antihypertenseurs) ou souffre de maladies telles qu’une infection par le VIH, un diabète, une maladie ou une opération du cœur, une leucémie, il convient d’abord d’appeler le médecin traitant pour lui indiquer la présence de saignements et ensuite seulement de consulter le dentiste.

En revanche, en cas de dérèglement hormonal (grossesse, adolescence), il faut d’abord consulter le médecin-dentiste et ensuite prendre rendez-vous avec le médecin traitant ou le gynécologue.

Dans tous les cas, une collaboration entre médecins et médecins-dentistes est indispensable.

Voir aussi : J'ai les gencives qui saignent 

Informations utiles au médecin

Le médecin-dentiste va d’abord se renseigner sur les habitudes en matière de brossage des dents. Il évaluera la motivation de la personne à améliorer et entretenir son hygiène bucco-dentaire et lui enseignera les techniques adaptées à sa situation (mode de vie, étendue du problème). Le médecin-dentiste cherchera ensuite à savoir si la personne :

  • a mal aux gencives ou aux dents
  • souffre d’autres maladies (diabète, infection par le VIH, maladie ou opération cardiaque par exemple)
  • est fumeuse
  • a des habitudes alimentaires nuisibles à sa situation buccale
  • est enceinte
  • prend des médicaments, en particulier antiépileptiques, anticoagulants, antirejet (après une transplantation) ou antihypertenseur
  • a subi une chimiothérapie ou une radiothérapie en raison d’un cancer
  • est allergique
  • a des antécédents familiaux de maladies bucco-dentaires ou d’autres maladies

Il s’intéressera aussi à savoir quand les saignements ont commencé.

Examens

Le médecin-dentiste procédera d’abord à un examen buccal interne et externe (palpations). Il examinera les gencives, les dents et cherchera la présence de tuméfactions. Si nécessaire, il fera ensuite des radiographies pour évaluer l’état général des dents.

Il pourra aussi effectuer un sondage parodontal (entre la gencive et la dent) à l’aide d’une sonde spéciale munie de repères pour voir si les gencives saignent facilement, évaluer la perte de l’os et la profondeur des poches.

Références

  • Lindhe J., Manuel de parodontologie clinique
  • Infodents Journal à l’intention des patients, Société Suisse d’odonto-stomatologie SSO (www.sso.ch)
  • Parodontite, HF. Wolfet UP Saxer en coll. avec Mibelle AG et Candida

A LIRE AUSSI

urinoirs

Urétrite (homme)

L'urétrite est une inflammation de l'urètre avec un écoulement anormal par le pénis. C'est la manifestation la plus fréquente d’une infection sexuellement...
Lire la suite
La balanite

Balanite

La balanite est une inflammation de l’extrémité de la verge, et plus précisément du gland.
Lire la suite
Caillot dans un vaisseau sanguin

Thrombose veineuse

La thrombose est la conséquence d'un caillot de sang qui bloque la circulation sanguine dans une veine. Elle se manifeste par des douleurs du membre atteint,...
Lire la suite

Qu'est-ce que c'est ?

Des médecins ont rédigé pour vous des réponses aux questions que vous vous posez à propos des maladies les plus fréquentes.

Attention: ces informations ne remplacent pas une consultation chez le médecin.

Numéros d'urgence

Ambulance

144

 

Centre anti-poison

145

 

Service de secours-Ambulance

112

Service de secours-Ambulance
(SAMU)

15

Service de secours-Ambulance

911