Les voyages internationaux augmentent les risques de contamination

Dernière mise à jour 03/05/12 | Article
Carte du monde
La globalisation et ses transports internationaux, voilà le principal vecteur qui rend l'éradication de la rougeole difficile. Avant de voyager vers des zones à risque, tout individu devrait se vacciner pour éviter de rapatrier l'épidémie dans des zones où elles n'existent plus.

La technique des empreintes génétiques ne laisse plus place au doute : grâce à elle, les virologues ont démontré qu’avec la réapparition de bouffées épidémiques sur le Vieux Continent les virus rougeoleux circulent aujourd’hui sans entrave entre les pays européens. Cette circulation ne peut se faire que par l’intermédiaire de personnes infectées (car non vaccinées) présentant ou non les symptômes de la maladie. Mais on a aussi démontré que ces mêmes virus peuvent, de la même manière, traverser l’Atlantique pour  gagner le continent américain où ils provoquent à nouveau de nouvelles épidémies.

C’est précisément le cas des Etats-Unis. Le pays a d’ores et déjà recensé plusieurs dizaines de  cas d’origine européenne dont plus de la moitié d’origine française. Depuis le début de l’année, un millier de cas ont d’autre part été identifiés dans l’ensemble de la région Amérique de l’OMS. Les responsables sanitaires européens observent que tout ceci a  «nécessité la mise en œuvre de mesures de santé publique importantes et coûteuses » comme l’organisation de campagnes de vaccination dans les zones ou des cas sont diagnostiqués et où on tenait la maladie pour éradiquée.

Nul ne peut plus désormais ignorer que les voyages internationaux augmentent  le risque d’exposition au virus rougeoleux et de propagation des épidémies En d’autres termes partir aujourd’hui d’Europe vers les Amériques mais aussi vers l’Inde ou un pays d’Afrique subsaharienne en n’étant pas (ou mal) vacciné, c’est prendre le risque de déclencher une flambée épidémique meurtrière (notamment chez les jeunes enfants) dans son pays d’accueil. Chacun doit donc réfléchir à sa propre responsabilité dans ce domaine. Avant que les différentes autorités sanitaires concernées ne s’en chargent.    

A LIRE AUSSI

Noyade
noyade_seche

La noyade sèche existe-t-elle?

Depuis le début du mois de mai, la Centrale Téléphonique des Médecins de Garde (CTMG) a reçu plus de...
Lire la suite
Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Randonnée
Promeneuse sur un rocher

Randonneurs, évitez les serpents!

La randonnée est très appréciée en Suisse, et cela se comprend facilement au vu des paysages uniques...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
coqueluche_bebe_danger

La coqueluche met bébé en danger

La vaccination a endigué les épidémies de coqueluche. Mais des progrès restent à faire…en particulier du côté des adultes.
prevention2_quels depistages

Quels dépistages, à quel âge?

A l’heure du dépistage, l’idée n’est pas de passer sous un scanner des pieds à la tête chaque année. L’enjeu: faire «juste» ce qu’il faut quand il faut en tenant compte de ses antécédents et en restant à l’écoute de son corps. Le point avec le Pr Jacques Cornuz, directeur de la Policlinique médicale universitaire de Lausanne.

De retour de voyage, une fièvre n’est pas anodine

Les tracas de santé au retour de destinations exotiques sont à prendre au sérieux et une fièvre doit vous faire consulter.
Videos sur le meme sujet

Pour la conservation des vaccins à température ambiante

Pour rester efficaces, les vaccins antiviraux doivent être conservés au froid.

Un nouveau vaccin contre l'hépatite C

Pour la première fois en Suisse une personne a été vaccinée contre cette forme très sévère d’hépatite, cela c’est passé le 21 juillet 2015 à l’Hôpital Cantonal de Saint-Gall.

Un vaccin universel contre la grippe

Les virus de la grippe, les virus Influenza, se modifient d’année en année.
Maladies sur le meme sujet
moustique qui transmet le paludisme

Paludisme

Appelé aussi malaria, le paludisme est une infection causée par un parasite microscopique (Plasmodium) transmis par la piqûre de la femelle d'une race de moustique.