Eradiquer à la fois la rougeole et la rubéole

Dernière mise à jour 03/05/12 | Article
Se faire vacciner
La rougeole n’est pas une infection bénigne comme on le croit trop souvent. Chercher à l’éradiquer est un devoir de santé publique. Comme les vaccins vont de pair, il faudrait idéalement en profiter pour éradiquer également la rubéole.

La rougeole est l’une des maladies les plus contagieuses pouvant toucher l’homme. C’est aussi une importante cause de mortalité et de handicaps chez les enfants dans les pays en développement. Les personnes non vaccinées contre la maladie sont exposées à de graves complications parmi lesquelles des infections pulmonaires et digestives ainsi que neurologiques (encéphalites) et oculaires. L’espèce humaine est le seul « réservoir » du virus ce qui explique qu’une vaccination systématique d’une population est le seul moyen qui permet d’obtenir l’éradication de la maladie.

A la différence de la rougeole, la rubéole (également d’origine virale) est très généralement une maladie bénigne. Sauf chez la femme enceinte. Si l’infection survient au premier trimestre de la grossesse, les conséquences peuvent être graves : fausses-couches, mortalité néonatale ou  anomalies congénitales que la médecine réunie sous l’appellation «syndrome de rubéole congénitale». Il s’agit notamment d’anomalies cardiaques, de surdité ou de cécité par cataracte. Ce syndrome peut être prévenu dès lors que les femmes en âge de procréer sont vaccinées avant leur première grossesse. D’où la recommandation de vacciner dès le plus jeune âge.

A l’échelon international, «l’Initiative contre la rougeole» associe désormais une action contre la rubéole. Il s’agit de maîtriser et si possible d’éradiquer ces deux maladies virales. «L’élimination de la rougeole et celle de la rubéole vont naturellement de pair, car les vaccins antirougeoleux et antirubéoleux sont systématiquement associés en une seule injection» précise-t-on auprès de l’OMS. Dans les pays développés la vaccination recommandée associe en outre une protection contre les oreillons (autre maladie d’origine virale). D’où son nom de vaccination ROR (rougeole, oreillons, rubéole).

A LIRE AUSSI

Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Voyages
maladie_accident_vacances

Maladie, accident et vacances: les droits et obligations du salarié

Les vacances sont en principe synonymes de plaisir. Toutefois, nul n’est à l’abri d’une maladie ou d’un...
Lire la suite
Natation et baignade
Natation

La natation est un sport doux mais très exigeant

Nager a de réels bénéfices pour la santé, mais il faut commencer sans forcer. Précisions.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
coqueluche_bebe_danger

La coqueluche met bébé en danger

La vaccination a endigué les épidémies de coqueluche. Mais des progrès restent à faire…en particulier du côté des adultes.
prevention2_quels depistages

Quels dépistages, à quel âge?

A l’heure du dépistage, l’idée n’est pas de passer sous un scanner des pieds à la tête chaque année. L’enjeu: faire «juste» ce qu’il faut quand il faut en tenant compte de ses antécédents et en restant à l’écoute de son corps. Le point avec le Pr Jacques Cornuz, directeur de la Policlinique médicale universitaire de Lausanne.
Est-ce obligatoire de se faire vacciner?

Est-ce obligatoire de se faire vacciner?

Réponse du Professeur Claire-Anne Siegrist, pédiatre et Directrice du Centre de vaccinologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et Présidente de la commission fédérale de vaccination.
Videos sur le meme sujet

Une technique pour valider la sécurité et l’efficacité d’un vaccin contre Ebola

Une équipe internationale de chercheurs dirigée par la professeure Claire-Anne Siegrist a mis au point ce qu’on appelle désormais "la formule de Genève".

Pour la conservation des vaccins à température ambiante

Pour rester efficaces, les vaccins antiviraux doivent être conservés au froid.

Un nouveau vaccin contre l'hépatite C

Pour la première fois en Suisse une personne a été vaccinée contre cette forme très sévère d’hépatite, cela c’est passé le 21 juillet 2015 à l’Hôpital Cantonal de Saint-Gall.