Eradiquer à la fois la rougeole et la rubéole

Dernière mise à jour 03/05/12 | Article
Se faire vacciner
La rougeole n’est pas une infection bénigne comme on le croit trop souvent. Chercher à l’éradiquer est un devoir de santé publique. Comme les vaccins vont de pair, il faudrait idéalement en profiter pour éradiquer également la rubéole.

La rougeole est l’une des maladies les plus contagieuses pouvant toucher l’homme. C’est aussi une importante cause de mortalité et de handicaps chez les enfants dans les pays en développement. Les personnes non vaccinées contre la maladie sont exposées à de graves complications parmi lesquelles des infections pulmonaires et digestives ainsi que neurologiques (encéphalites) et oculaires. L’espèce humaine est le seul « réservoir » du virus ce qui explique qu’une vaccination systématique d’une population est le seul moyen qui permet d’obtenir l’éradication de la maladie.

A la différence de la rougeole, la rubéole (également d’origine virale) est très généralement une maladie bénigne. Sauf chez la femme enceinte. Si l’infection survient au premier trimestre de la grossesse, les conséquences peuvent être graves : fausses-couches, mortalité néonatale ou  anomalies congénitales que la médecine réunie sous l’appellation «syndrome de rubéole congénitale». Il s’agit notamment d’anomalies cardiaques, de surdité ou de cécité par cataracte. Ce syndrome peut être prévenu dès lors que les femmes en âge de procréer sont vaccinées avant leur première grossesse. D’où la recommandation de vacciner dès le plus jeune âge.

A l’échelon international, «l’Initiative contre la rougeole» associe désormais une action contre la rubéole. Il s’agit de maîtriser et si possible d’éradiquer ces deux maladies virales. «L’élimination de la rougeole et celle de la rubéole vont naturellement de pair, car les vaccins antirougeoleux et antirubéoleux sont systématiquement associés en une seule injection» précise-t-on auprès de l’OMS. Dans les pays développés la vaccination recommandée associe en outre une protection contre les oreillons (autre maladie d’origine virale). D’où son nom de vaccination ROR (rougeole, oreillons, rubéole).

A LIRE AUSSI

Noyade
noyade_seche

La noyade sèche existe-t-elle?

Depuis le début du mois de mai, la Centrale Téléphonique des Médecins de Garde (CTMG) a reçu plus de...
Lire la suite
Voyages
maladie_accident_vacances

Maladie, accident et vacances: les droits et obligations du salarié

Les vacances sont en principe synonymes de plaisir. Toutefois, nul n’est à l’abri d’une maladie ou d’un...
Lire la suite
Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
rougeole_rumeur_vaccination

Rougeole: quand la rumeur nuit à la vaccination solidaire

Alors qu’une nouvelle étude confirme l’absence de lien entre le vaccin contre la rougeole et l’autisme, le scepticisme persiste chez une partie de la population. Une hésitation qui entraîne de lourdes conséquences pour la santé publique.

Quels dépistages, à quel âge?

A l’heure du dépistage, l’idée n’est pas de passer sous un scanner des pieds à la tête chaque année. L’enjeu: faire «juste» ce qu’il faut quand il faut en tenant compte de ses antécédents et en restant à l’écoute de son corps. Le point avec le Pr Jacques Cornuz, directeur de la Policlinique médicale universitaire de Lausanne.
infections_urinaires_vaccin_resistances

Vaccin prometteur contre les infections urinaires

Développé par une start-up suisse et testé aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), il pourrait limiter les résistances aux antibiotiques.
Videos sur le meme sujet

Rencontre avec Alessandro Diana, un spécialiste de la vaccino-hésitation et de la réanimation

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Vaccins: pourquoi font-ils peur?

Pourquoi certains parents redoutent-ils de faire vacciner leurs enfants? D’où vient cette crainte? 36.9° est allé à la rencontre de ceux qui doutent. Pour sortir de la méfiance et des débats stériles entre pro et anti-vaccins, il vaut la peine de les examiner séparément, vaccin par vaccin, à la lumière du bénéfice et des risques de chacun.

Comment fonctionne un vaccin?

Qu'on ait 3 mois, 6 ans, 40 ou 70 ans, on est tous susceptibles un jour de se faire vacciner. Mais comment fonctionne un vaccin