L’activité physique pour les enfants: un juste équilibre aussi précieux que l’or

Dernière mise à jour 23/03/15 | Article
L’activité physique pour les enfants: un juste équilibre aussi précieux que l’or
L’information a fait le tour de la planète: une jeune Texane de six ans, Keelan Glass, a couru un semi-Marathon, soit 21 kilomètres en 2 heures, 47 minutes et 30 secondes, aux côtés de sa mère dans l’idée de soutenir le planning familial chrétien de sa ville. Elle a au passage fait exploser le record de la plus jeune marathonienne au monde, détenu jusqu’alors par une autre fillette de neuf ans.

Cette performance qui peut forcer l’admiration, est loin de remporter l’approbation de la communauté des pédiatres qui, avec raison, s’interroge sur les conséquences à long terme d’une activité physique intense sur le squelette de l’enfant. Cependant, Keelan n’est pas la seule à prendre de tels risques.

Lors de courses populaires, certains parents n’hésitent pas à inscrire leurs enfants dans des catégories d’âge supérieures, afin qu’ils puissent courir des distances plus longues. On peut en avoir la preuve en consultant les listes de départ de la firme de chronométrage qui gère la plupart des courses en Suisse, et sur lesquelles nous pouvons retrouver des coureurs aux noms identiques, inscrits sous différentes années de naissance.

Cependant, nous vivons une situation où l’on observe, du nord au sud, une détérioration de la forme physique chez les enfants avec l’apparition d’une épidémie d’obésité qui ne fait que s’accroître. Les prévisions de l’OMS sont de ce fait alarmantes car elles envisagent pour la première fois une inversion de la courbe de la longévité de vie.

Un enfant, habitué au mouvement pendant l’enfance, gardera un tel mode de vie et pratiquera régulièrement une activité physique à l’âge adulte. Les conséquences sont en général positives sur la santé, le développement social, l’esprit d’équipe, l’apprentissage du succès et de l’échec et sur l’amélioration de l’estime de soi. L’activité physique permet aussi de canaliser les énergies dans une bonne direction, alors que le diagnostic de syndrome d’hyperactivité est de plus en plus évoqué chez nos jeunes adolescents.

Conséquences sur le développement

De plus, il n’existe à l’heure actuelle aucune norme permettant de définir à quelle intensité d’exercices un risque de fragilisation du squelette est susceptible d’apparaître, et pourrait perturber les processus de croissance et de maturation de l’appareil musculo-squelettique. Les enfants ne sont pas des adultes en miniature! Si l’on considère une certaine classe d’âge, il existe de grandes différences dans le développement des individus et il est impossible de décider avec certitude, pour chacun d’entre eux, à quel moment la pratique d’une activité physique devient excessive et dangereuse. Rappelons ici que les fractures de fatigue surviennent également chez l’enfant et l’adolescent.

Nous pouvons citer quelques exemples de la nocivité d’une activité physique intense (plus de 15 heures/semaine) sur le développement du squelette, en particulier dans la gymnastique artistique. L’activité physique pratiquée à haute intensité est responsable de retard de croissance et à l’âge adulte d’une taille plus petite que celle prévue. Ces assertions sont par ailleurs renforcées par certaines études animales, dans lesquelles on a constaté une fermeture précoce du cartilage de conjugaison chez des chiens en phase de croissance, soumis à un entraînement intensif.

Quelle activité à quelle intensité?

Selon les recommandations de l’OMS, il est proposé une activité physique de 60 minutes par jour comme élément nécessaire à un développement harmonieux dans le groupe d’âge de cinq à dix-sept ans. Cette activité doit être d’une intensité modérée, voire soutenue, c’est-à-dire que les adolescents doivent ressentir un sentiment d’essoufflement au cours de jeux ou d’exercices organisés sous toutes sortes de forme. En Suisse, seuls 34% des enfants en âge scolaire satisfont à ces recommandations et encore seulement cinq jours par semaine, alors qu’aux Etats-Unis l’activité mesurée a été de moins de 20 minutes par jour.

Cependant, les propositions de diverses associations sportives sont moins péremptoires. La Fédération suisse d’athlétisme émet diverses recommandations selon l’âge: un enfant âgé de moins de neuf ans ne devrait pas courir une distance de manière continue au-delà de 3 kilomètres; entre neuf et onze ans, il est autorisé à courir 5 kilomètres, et entre douze et quatorze ans, il ne peut s’inscrire à une distance supérieure à 10 kilomètres. La distance du semi-marathon est envisageable uniquement à partir de quinze ans. Les inscriptions pour le marathon ne sont pas acceptées avant l’âge de dix-huit ans.

Par contre, aucune recommandation n’existe pour les sports d’équipe (hockey sur glace ou football), dans lesquels on peut retrouver de jeunes adolescents particulièrement doués qui s’entraînent et jouent avec plusieurs équipes de classes d’âge différentes. Ils sont à risque de blessures de surcharge et également traumatiques puisqu’ils sont opposés à d’autres adolescents plus grands et plus lourds. Le risque de blessures graves est alors plus important.

Alors, comment prendre la mesure de ce qui est suffisant et de ce qui est excessif en matière d’activité physique? Les recommandations des autorités étant pratiquement inexistantes, il est nécessaire de rappeler que le premier signe évocateur d’une activité physique trop intense est la survenue d’une fatigue, accompagnée d’une modification de l’humeur et d’une baisse du rendement scolaire. Ces symptômes sont un signal d’alerte qui doit interpeller l’entourage.

Par ailleurs, l’enfant pense rarement de lui-même en premier à la compétition. Il est donc très important de diversifier ses activités physiques par la pratique de multiples sports; ceci permettra aux appareils musculo-squelettiques et cardiovasculaires de gagner en résistance grâce à une augmentation progressive et saine de l’effort demandé. Par la suite, une fois les qualités de coordination et d’équilibre acquises, le jeune adolescent pourra se diriger vers une spécialisation sportive de son choix, avec toujours pour principale motivation le «plaisir».

_________

Références

«L’activité physique pour les enfants: "un juste équilibre aussi précieux que l’or"», Revue Médicale Suisse 437, 2014;1435-1436.

A LIRE AUSSI

Natation
Natation

La natation est un sport doux mais très exigeant

Nager a de réels bénéfices pour la santé, mais il faut commencer sans forcer. Précisions.
Lire la suite
Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Bouger pour sa santé
sport_seniors

Les bienfaits du sport chez les seniors

De plus en plus de retraités pratiquent une activité physique. Ils en retirent de nombreux bénéfices...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
obesite_activite

Traitement de l’obésité: quel programme d'activité physique?

La prise en charge d’un patient souffrant d’obésité implique forcément une perte de poids. Pour atteindre cet objectif, il est indispensable de proposer un programme d’exercices physiques qui soit adapté à chaque situation.
Skieur et snowboardeur

Enfant sportif, certes, mais attention aux lésions

L’activité physique et sportive chez les enfants et adolescents évolue. Certains sont extrêmement sportifs et côtoient des camarades très sédentaires, négligeant la plupart des activités physiques et leur préférant un mode de vie plus casanier.
La cryothérapie, une aide pour les athlètes?

La cryothérapie, une aide pour les athlètes?

La cryothérapie, une aide pour les athlètes? Soumettre un athlète à des températures allant jusqu’à – 160° est censé l’aider à récupérer après l’effort. La cryothérapie est très prisée en France et dans certains pays de l’Est. Que penser de cette méthode?
Videos sur le meme sujet

Sport intensif: le revers de la médaille

De plus en plus de jeunes rêvent de devenir sportifs d'élite. Ils accumulent les heures d'entrainement et les compétitions. Mais quels sont les risques d'une pratique intensive? Comment faire pour trouver ses propres limites? Quel rôle les parents doivent-ils jouer? L'Antidote fait le point.

Blessures au football: 45 000 joueurs sur la touche

Le football est l’un des sports les plus populaires et les plus pratiqués en Suisse. On compte 1500 clubs actifs et 300 000 personnes qui jouent dans une ligue ou l’autre. Le revers de la médaille c’est que 45 000 personnes se blessent chaque année en Suisse en pratiquant ce sport.

Activité physique: bouger à tout âge

En un demi-siècle, le mode de vie dans les pays industrialisés a considérablement changé. Le dur labeur physique pour tous a fait la place à une vie plus sédentaire.