Certains paraplégiques marchent à nouveau

Dernière mise à jour 09/04/13 | Article
Certains paraplégiques marchent à nouveau
En cas de lésions des fibres de la moelle épinière, une paraplégie peut survenir, mais heureusement cet état n'est pas toujours irréversible.

De quoi on parle?

Les faits

En février dernier, skis aux pieds, la Norvégienne Karina Hollekim a descendu La Roualle, une arête poudreuse du massif français des Aravis. Un exploit pour la jeune femme, victime d’un accident en août 2006, lors d’une démonstration de base jump (saut en parachute depuis un point fixe) en Suisse. De multiples fractures aux jambes ont laissé les médecins présager qu’elle ne pourrait jamais plus marcher.

Le bilan

Après avoir subi une vingtaine d’opérations et suivi une longue rééducation, elle peut aujourd’hui marcher et même skier.

Dans son malheur, l’ex-freerideuse Karina Hollekim a finalement eu de la chance. Après avoir été considérée comme «quasi-paraplégique» après son accident de parachute, en 2006, elle a pu remonter sur des skis car son cerveau et sa moelle épinière ont été épargnés.

Il est en revanche beaucoup plus difficile de remarcher quand on est touché par la paraplégie proprement dite, car le câblage nerveux qui permet au cerveau de transmettre les informations aux neurones moteurs de la moelle épinière est rompu. Il en résulte une paralysie des membres inférieurs et de la partie basse du tronc.

La sévérité de l’atteinte et les chances de récupérer de la mobilité dépendent de l’emplacement de la lésion. «Si elle est située dans la partie basse du dos, les jambes et le tronc sont paralysés. Si elle est placée au-dessous des vertèbres cervicales, les bras et les mains peuvent aussi être affectés», explique Stephanie Clarke, chef de service de neuropsychologie et neuroréhabilitation au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et présidente de la Fédération mondiale de neuroréhabilitation. La situation est différente si l’ensemble des fibres de la moelle épinière est rompu ou si n’est touchée qu’une partie d’entre elles. Dans ce dernier cas, poursuit le médecin,«même si le nombre de fibres préservées est faible, l’évolution peut être favorable et aboutir à une certaine récupération».

Les espoirs de la robotique

Après l’accident, les neurochirurgiens et les orthopédistes doivent donc poser un diagnostic qui leur permet de préciser le stade et la sévérité de la rupture. Ils peuvent alors, note Stephanie Clarke, «prédire dans une certaine mesure le devenir de leurs patients». Dans la phase aiguë, celle qui suit l’accident, ces derniers sont pris en charge dans des centres spécialisés, tels ceux de la SUVA à Sion, de Nottwil près de Lucerne ou de Balgrist à Zurich. Ils y font l’objet de «traitements très techniques de rééducation qui visent à optimiser la récupération au niveau de la moelle épinière».

Ensuite, lors du stade chronique, la réhabilitation passe essentiellement par de la physiothérapie. Mais elle fait aussi appel à de l’ergothérapie «qui permet d’optimiser les dispositifs d’aide – par exemple d’ajuster les chaises roulantes». Sans oublier la neuro-urologie car, les nerfs contrôlant les sphincters et la vessie étant souvent atteints, un grand nombre de paraplégiques souffrent d’incontinence. A l’issue de ces prises en charge, certains pourront se tenir debout, d’autres marcher dans leur maison, d’autres encore faire quelques pas dehors. L’objectif reste en effet d’améliorer leur qualité de vie et leur indépendance et «d’éviter que leur situation se dégrade», précise le médecin du CHUV.

Pour l’avenir, les spécialistes de la neuroréhabilitation placent beaucoup d’espoir dans les robots. Certains, comme le Lokomat, sont déjà utilisés dans les centres de rééducation. Il s’agit de placer, sur les jambes des patients, des orthèses qui mobilisent et stimulent les fibres médullaires situées au-dessous de la lésion et qui entraînent ainsi les mouvements automatiques des muscles des membres inférieurs. De cette manière, le dispositif «permet aux patients d’éviter des erreurs dans leurs mouvements», précise Stephanie Clarke.

Essais cliniques concluants

On pourrait toutefois faire beaucoup plus si les promesses des travaux menés au Centre de neuroprothèses de l’EPFL se concrétisent. Grégoire Courtine et ses collègues ont en effet réussi à refaire marcher des rats paraplégiques et même à favoriser la repousse de fibres nerveuses dans leur moelle épinière et leur cerveau (lire encadré).

Une tout autre piste explorée est celle suivie depuis une vingtaine d’années par Martin Schwab, président du Centre de neurosciences à Zurich. Dans l’enveloppe des fibres nerveuses de la moelle épinière et du cerveau, le chercheur et ses collègues ont en effet découvert qu’il existait une protéine qui empêche normalement la croissance des nerfs. Ils l’ont appelée «Nogo» (que l’on pourrait traduire par «ne fonctionne pas»). Les scientifiques zurichois ont alors élaboré une substance «anti-Nogo» qui bloque ce frein et permet ainsi aux nerfs de se régénérer. «Les tout premiers essais cliniques offrent des résultats concluants», commente Stephanie Clarke. Ilsmontrent aussi que, contrairement à ce que l’on a cru pendant longtemps, les lésions de la moelle épinière ne sont pas forcément irréversibles. C’est une très bonne nouvelle, qui laisse poindre à l’horizon des retombées cliniques.

Moelle épinière et paralysie

Ils font marcher des rats paraplégiques

Avancée

Des rats paraplégiques remarchent! Ce résultat, publié par des chercheurs de l’EPFL dans la revue Science, en juin 2012, a fait grand bruit dans le monde entier. Il est vrai que l’étude menée par Grégoire Courtine, directeur du Centre de neuroprothèses, et ses collègues était une première.

Après avoir lésé la moelle épinière des rongeurs pour les paralyser, les chercheurs leur ont appliqué deux types de stimulations pour activer les fibres médullaires situées au-dessous de la lésion. Ils leur ont d’abord injecté un cocktail de molécules pharmacologiques, puis ont envoyé des impulsions électriques par l’intermédiaire d’électrodes implantées dans leur moelle épinière.

Les rats étaient aussi soutenus par un harnais robotisé qui les soulevait légèrement et les soulageait de leur poids. Toutefois, ce dispositif, «ne les aidait pas à avancer: si les animaux restaient statiques, le robot ne bougeait pas non plus», explique Rubia van den Brand, chercheuse au Centre de neuroprothèses. Soumis à ce traitement et à ce programme d’entraînement, les rongeurs ont finalement réussi à remarcher de manière volontaire. Mieux encore: les expérimentateurs ont constaté que «des connexions avaient repoussé dans leur moelle épinière, grâce à la grande capacité des fibres restées intactes à se réorganiser, ainsi que dans leur cerveau», précise la chercheuse.

L’équipe de l’EPFL a bon espoir de pouvoir appliquer cette méthode aux personnes paraplégiques. C’est pour cette raison qu’elle envisage de mener ses premiers essais cliniques. En collaboration avec le CHUV et la Suva, les chercheurs prévoient d’utiliser leur robot, combiné à l’électrostimulation, pour rééduquer un petit groupe de patients. Ces tests pourraient être lancés «prochainement», conclut Rubia van den Brand.

En collaboration avec

Le Matin Dimanche

A LIRE AUSSI

Natation
Natation

La natation est un sport doux mais très exigeant

Nager a de réels bénéfices pour la santé, mais il faut commencer sans forcer. Précisions.
Lire la suite
Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Bouger pour sa santé
sport_seniors

Les bienfaits du sport chez les seniors

De plus en plus de retraités pratiquent une activité physique. Ils en retirent de nombreux bénéfices...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Le retour au sport après une opération du ligament croisé du genou

Le retour au sport après une opération du ligament croisé du genou

Le sportif opéré d’une déchirure du ligament croisé antérieur du genou doit s’armer de patience avant de pouvoir retourner à l’entraînement. Il devra également travailler dur pour récupérer son niveau de performance d’avant l’accident. Pour optimiser les chances de réussite, les médecins proposent six critères à remplir avant d’autoriser la reprise du sport pratiqué.
chaise roulante

Réapprendre le quotidien

Reportage au cœur de la Clinique de réadaptation de la Suva, où sont pris en charge les accidentés graves de toutes sortes. Polytraumatisés, amputés, grands brûlés, paraplégiques et traumatisés crâniens y apprennent à nouveau à vivre. Quelles stratégies sont mises en place dans ce centre unique en son genre en Suisse romande pour aider ces malchanceux à se réinsérer socialement et professionnellement?
Chirurgie assistée par ordinateur en orthopédie: les bénéfices sur le pied et la cheville

Chirurgie assistée par ordinateur en orthopédie: les bénéfices sur le pied et la cheville

Dotés d’une anatomie complexe, le pied et la cheville nécessitent l’utilisation d’une imagerie tridimensionnelle lors d’interventions chirurgicales. Ces interventions assistées par ordinateur sont de plus en plus utilisées et présentent un bénéfice clinique réel pour le patient.
Videos sur le meme sujet

Vivre avec une prothèse

Plusieurs personnes amputées témoignent de leur quotidien à domicile, en ville, sur leur lieu de travail. Comment vivre avec une prothèse des membres inférieurs?

Sauver sa peau: parcours thérapeutique des grands brûlés

On dénombre environ 50 000 brûlures par année en Suisse. La majorité se soigne à la maison, mais environ 1000 personnes devront être hospitalisées dans l’un des deux centres spécialisés pour grands brûlés de Lausanne ou de Zurich.

Réapprendre à marcher après une paralysie des jambes

Des chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont réussi à restaurer la marche chez des rats dont la moelle épinière avait subi une lésion provoquant la paralysie des membres inférieurs (paraplégie). Une vidéo pour mieux comprendre.