Combattre les allergies aux piqûres de guêpes et d’abeilles

Dernière mise à jour 27/01/12 | Article
Une guêpe
Les piqûres de guêpes et d’abeilles restent potentiellement mortelles mais les traitements à notre disposition sont efficaces.

Une sensibilité anormale à une substance étrangère qui est responsable de symptômes clinique s’appelle allergie. Elle peut être déclenchée par le venin inoculé dans le corps lors de piqûres de guêpes et d’abeilles. Ces dernières années, les techniques de biologie moléculaire ont permis d’identifier et de séquencer les principaux composants de ces venins d’insectes et donc de mieux préciser le diagnostic en vue d’une immunothérapie. Rappelons que l’immunothérapie est un traitement qui modifie le système immunitaire,  Pour qu’il tolère les allergènes auquel il est sensibilisé.

La quantité de venin libérée lors d’une piqûre varie considérablement d’un insecte à l’autre. Une piqûre d’abeille libère en moyenne 50 mg de venin, tandis qu’une piqûre de guêpe – insecte capable de piquer à plusieurs reprises – en libère 2 à 3 mg.

Quelle réaction à une piqûre?

Chez la plupart des individus piqués, une réaction locale se développe sous la forme d’un petit bouton qui démange parfois douloureusement pendant quelques heures. Une réaction locale sévère peut survenir chez environ 20 à 25% des individus piqués. Celle-ci se manifeste par un bouton de plus de 10 mm qui persiste habituellement 24 à 48 heures mais peut durer jusqu’à dix jours. Cette atteinte peut avoir une ampleur conséquente et toucher l’ensemble d’un membre. En principe, lors d’une réaction locale même sévère, aucune intervention spécifique n’est nécessaire puisque la majorité de ces réactions sont d’origine toxique. Certains auteurs suggèrent néanmoins une désensibilisation en cas d’exposition importante et d’altération considérable de la qualité de vie liée aux réactions.  

Chez les patients allergiques, des réactions qui s’étendent au-delà du site de la piqûre peuvent apparaître. Celle-ci sont de gravité variables. Dans les cas peu graves, elles se manifestent par une atteinte cutanée isolée (urticaire ou gonflement des tissus sous-cutanés). Dans les cas plus sévères, elles se traduisent par une crise d’asthme ou un choc anaphylactique. Il s’agit de la forme la plus sévère de la réaction allergique, qui peut provoquer une perte de connaissance voire un arrêt cardiaque. Cette réaction est tout de même responsable de trois à quatre décès par année en Suisse. Les insectes les plus fréquemment incriminés sont les abeilles et les guêpes, suivis de loin par les bourdons et les frelons.

Diagnostic et traitements

Outre l’examen attentif du patient, les nouveaux tests diagnostiques permettent, en association avec les tests standards, de déterminer précisément dans l’immense majorité des cas l’insecte responsable de la réaction et de cibler l’immunothérapie spécifique de manière adéquate.

Le port permanent d’une trousse d’urgence contenant des antihistaminiques (médicaments qui servent à réduire les symptômes des réactions allergiques), un auto-injecteur (seringue) d’adrénaline et de la cortisone est indiqué lorsque vous avez déjà présenté une réaction allergique sévère. Vous devez absolument porter ce matériel en permanence sur vous. En cas d’allergie, après une piqûre, les spécialistes recommandent de prendre immédiatement deux comprimés d’antihistaminique et de se tenir prêt à employer la seringue d’adrénaline. En cas de réaction sévère, par exemple lors de difficultés de respiration, de symptômes digestifs, de sensation de malaise ou de perte de connaissance imminente, l’injection d’adrénaline doit se faire sans attendre.

Les corticostéroïdes (cortisone) sont en principe réservés aux réactions survenant dans des régions isolées où vous ne pouvez solliciter une consultation médicale dans les heures suivant la réaction. Ils ne font pas partie du traitement de première urgence puisque leur action ne débute qu’après deux heures environ, mais ils offrent une protection sur 24 heures et visent surtout à contrecarrer les réactions allergiques tardives.

Immunothérapie spécifique sous-cutanée

L’immunothérapie spécifique sous-cutanée est un moyen efficace de protéger les gens allergiques contre une réaction systémique ultérieure. On la nomme aussi désensibilisation. Elle se fait sur trois à cinq ans et elle est indiquée chez les personnes ayant présenté une réaction systémique sévère. Chez les personnes exposées dans le cadre de leur profession ou de leurs loisirs, comme les apiculteurs notamment, on recommande la désensibilisation même en cas de réaction légère

Même après cinq ans de désensibilisation, il est recommandé de  garder sa trousse d’urgence à portée de main, surtout en cas d’antécédent de réaction sévère.

Adapté de «Allergie aux venins d’hyménoptères: nouveautés diagnostiques et prise en charge», Drs Denis Comte, Stéphanie Petitpierre, Pierre-Alexandre Bart et Annette Leimgruber, Pr François Spertini, Service d’immunologie et d’allergie, CHUV, in Revue médicale suisse 2011;7:844-9.

A LIRE AUSSI

Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Natation et baignade
Natation

La natation est un sport doux mais très exigeant

Nager a de réels bénéfices pour la santé, mais il faut commencer sans forcer. Précisions.
Lire la suite
Voyages
maladie_accident_vacances

Maladie, accident et vacances: les droits et obligations du salarié

Les vacances sont en principe synonymes de plaisir. Toutefois, nul n’est à l’abri d’une maladie ou d’un...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Puls_que_faire_piqure

Guêpes, abeilles, frelons: que faire en cas de piqûre?

Avec l’été, les risques de piqûres d’hyménoptères (guêpes, frelons, abeilles) augmentent particulièrement chez les jeunes, notamment à cause des nombreuses activités en extérieur.
allergies_hymenopteres

Les allergies aux hyménoptères

En moyenne, trois personnes par année décèdent en Suisse des suites d’une piqure d’hyménoptère. Une allergie plutôt fréquente, qui peut avoir de graves conséquences et doit donc être surveillée avec attention.
maladie_lyme_soigner

La plupart des cas de la maladie de Lyme peuvent se soigner

Le beau temps stimule les tiques, dont la morsure peut provoquer la maladie de Lyme –environ 10’000 chaque année en Suisse– et l’encéphalite à tiques. Dans les deux cas, des solutions existent.
Videos sur le meme sujet

De moustique, de fièvre ou de la varicelle, découvrez le contenu des boutons

Macules, papules, vésicules, bulles, pustules, il existe de nombreux boutons différents qui peuvent se développer sur notre peau.

L'OMS s'allie à Swiss TPH contre le paludisme

200 millions nouveaux cas et 400'000 morts chaque année!

Paludisme: lumière sur la multirésistance aux médicaments

L’une des difficultés du traitement du paludisme, c’est la résistance aux médicaments.
Symptômes sur le meme sujet
Piqûre de moustique

Piqûre insecte

Mon enfant s'est fait piquer par un insecte / une abeille
Guêpe

Piqûre insecte

J’ai une allergie après une piqûre d’insecte