Ebola: «ZMapp», drogue expérimentale extraite du tabac

Dernière mise à jour 06/08/14 | Article
Ebola: «ZMapp», drogue expérimentale extraite du tabac, a été administrée aux deux malades américains
«ZMapp» est une drogue expérimentale extraite du tabac, qui a été administrée aux deux malades américains

L’information vient d’être donnée par la BBC peu après CNN,  l’International Business Times. Ou encore par Business Insider qui parle de «serum secret». Tous les projecteurs médiatiques grand public vont donc se tourner vers «ZMapp». Avec les conséquences économiques que l’on peut imaginer.

«ZMapp»? Il s’agit d’une molécule expérimentale propriété de Mapp Biopharmaceutical Inc., une société de San Diego. Elle a été développée dans le cadre d’un programme de recherche soutenu depuis dix ans par l’armée américaine. «ZMapp», traitement potentiel de l’infection par Ebola, n’avait encore jamais été testé sur l’homme. Ses concepteurs-développeurs sont Larry Zeitlin et Kevin Whaley.

«Zmapp»? Tout ou presque est déjà sur Wikipédia. A savoir un anticorps monoclonal «humanisé» doté de propriétés antivirales de nature à conférer une protection contre l’infection par le virus Ebola. Il n’avait jusqu’à présent été testé que sur des animaux de laboratoire (publication de 2011 et publication de 2012). Son principe actif est élaboré à partir d’un extrait du tabac (Nicotiana tabacum), une plante qui doit naturellement se défendre contre diverses infections virales.  

Après des essais relativement concluants chez quelques singes, les autorités sanitaires ont, urgence aidant, décidé de traiter avec le ZMapp le Dr Kent Brantly, médecin américain contaminé par le virus Ebola au Libéria et qui a été rapatrié dans hôpital d’Atlanta.

L’administration de ZMapp par voie intraveineuse au Libéria aurait été suivie d’une amélioration spectaculaire de son état, et ce alors même qu’il commençait à souffrir d’une insuffisance respiratoire.  Et c’est cette amélioration qui expliquerait son arrivée «sur ses deux pieds» à Atlanta. Il en irait de même pour Nancy Writebol, une aide-soignante américaine contaminée au même moment que le Dr Brantly et qui est attendue sous peu aux Etats-Unis.

__________

Article original: http://www.slate.fr/story/90681/ebola-zmapp-drogue-tabac

A LIRE AUSSI

Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Natation et baignade
Natation

La natation est un sport doux mais très exigeant

Nager a de réels bénéfices pour la santé, mais il faut commencer sans forcer. Précisions.
Lire la suite
Randonnée
Promeneuse sur un rocher

Randonneurs, évitez les serpents!

La randonnée est très appréciée en Suisse, et cela se comprend facilement au vu des paysages uniques...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Ebola: l'OMS dépassée par la vitesse de propagation du virus

Ebola: l'OMS dépassée par la vitesse de propagation du virus

L'Organisation Mondiale de la Santé, monstre onusien et bureaucratique, fait de la communication mais ne maîtrise pas la situation.
Les principales infections du sein

Les principales infections du sein

Les femmes souffrent souvent d'une infection du sein. Il s'agit, le plus souvent, d'une mastite ou d'un abcès. Mais l'implant d'une prothèse mammaire peut aussi être à l'origine du problème.
Les hantavirus, des agents infectieux émergents rares mais dangereux

Les hantavirus, des agents infectieux émergents rares mais dangereux

Jeudi 13 septembre dernier, les autorités américaines ont décidé d’alerter les 230'000 personnes concernées par une possible infection à l’hantavirus avec lequel ils ont été en contact. Tour d’horizon avec le Pr Louis Loutan, chef du Service de médecine internationale et humanitaire aux Hôpitaux universitaires de Genève.
Videos sur le meme sujet

Comment les flavivirus passent l'hiver

L'encéphalite japonaise, inflammation du cerveau qui tue chaque année environ 50'000 personnes en Asie, intéresse les chercheurs suisses.

La mouche tsé-tsé dans le viseur

Une nouvelle méthodologie pour éliminer les mouches tsé-tsé en Afrique subsaharienne, c’est ce qu’ont développé, après huit ans de travaux, des Chercheurs du Centre international de recherche agronomique pour le développement (CIRAD) à Montpellier.

La lutte contre la schistosomiase

Stéphane Délétroz vous parle de la deuxième endémie parasitaire après le paludisme: la schistosomiase, connue aussi sous le nom de bilharziose.