Qui a une bonne excuse pour ne pas faire du sport?

Dernière mise à jour 24/01/12 | Article
Joueurs de rugby dans la boue
Il est établi que faire du sport est bon pour la santé, spécialement en prévention des maladies du cœur et des vaisseaux (cardiovasculaires). Mais y a-t-il des personnes pour qui une telle activité serait contre-indiquée? Revue de quelques situations.

Bouger est très bon pour les diabétiques

Pour les diabétiques, des activités physiques modérées, trois à cinq fois trente minutes au minimum par semaine, permettent de diminuer de plus de moitié le risque d’événement cardiovasculaire. Certains patients doivent toutefois respecter des consignes particulières. La prise de nourriture et les traitements, en particulier l’insuline, doivent être adaptés à la durée et à l’intensité de l’effort. Une hypoglycémie peut survenir lors de traitement à l’insuline, pendant l’effort et même jusqu’à douze ou quinze heures plus tard. Il est donc nécessaire d’adapter la prise des aliments et les doses d’insuline, et de vérifier régulièrement la glycémie.

Il y a des contre-indications cardiaques au sport

Malgré les effets bénéfiques des activités physiques, les personnes souffrant de maladies cardiaques doivent prendre des précautions: il y a des contre-indications cardiaques aux activités physiques. Ainsi, les personnes ayant connu ou connaissant une décompensation cardiaque aiguë (œdème pulmonaire, anasarque), un angor instable, une hypertension artérielle sévère ou une arythmie grave incontrôlée feront particulièrement attention.

Et le tabac?

Peut-on fumer et faire du sport? Un tabagisme important est difficilement conciliable avec des activités physiques intenses, ne serait-ce qu'au niveau du souffle et de l'endurance. De plus, il n’est pas démontré que les activités physiques protègent les fumeurs contre les maladies cardiovasculaires. Par contre, elles exercent un effet bénéfique pour l’abstinence tabagique.

Mais il pleut, est-il bien raisonnable d’aller courir?

Pour l'organisme, les conditions climatiques peuvent s'avérer éprouvantes: elles ne seront pas vécues de la même manière sous la canicule, par temps doux, ou en pleine bise (vent du nord) glacée.

Lors de grandes chaleurs, il est utile de prévenir le risque de déshydratation, en buvant suffisamment et souvent. Inversement, par temps très froid et grand vent, une activité qui semble habituellement modérée peut représenter un effort important. Il faut en tenir compte. Dans tous les cas, un équipement adéquat, le choix du terrain et une certaine expérience permettent de diminuer le risque d’accident et de blessure.

Source

Dr Cédric Vuille et Professeur François Mach, dans Prévention cardiovasculaire à l'usage des praticiens, Editions Médecine & Hygiène.

A LIRE AUSSI

Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Voyages
maladie_accident_vacances

Maladie, accident et vacances: les droits et obligations du salarié

Les vacances sont en principe synonymes de plaisir. Toutefois, nul n’est à l’abri d’une maladie ou d’un...
Lire la suite
Natation et baignade
Natation

La natation est un sport doux mais très exigeant

Nager a de réels bénéfices pour la santé, mais il faut commencer sans forcer. Précisions.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Bouger dès le berceau

Bouger dès le berceau

L’activité physique est en baisse constante et inquiétante depuis plusieurs décennies chez les enfants. La Suisse a l'ambition de revaloriser l’activité physique et de la promouvoir dès le plus jeune âge.
interview_kayser_sedentaires

«Les personnes sédentaires sont plus enclines à la dépression»

Passionné de montagne, le Pr Bengt Kayser a œuvré pour donner au sport une dimension académique dans la région lémanique. Depuis 2013, l’Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne, dont il est le directeur, est un vrai centre national et international de compétences en sciences du sport.
 instinct_traine_canape

C’est par instinct qu’on traîne dans son canapé

Une étude de l’Université de Genève montre que la sédentarité serait un héritage de l’évolution. Un instinct primaire problématique dans notre société trop inactive.
Videos sur le meme sujet

Vieillir musclé

Le muscle perd près de 50% de sa masse musculaire entre 30 et 80 ans. Cependant, il est possible de combattre cette fonte musculaire en pratiquant des exercices physiques réguliers et adaptés, permettant de regagner du muscle, même après 80 ans.

Vieillir musclé

Le muscle perd près de 50% de sa masse musculaire entre 30 et 80 ans.

L’Amérique à vélo: l’incroyable défi d’une ex-sédentaire

Le sport, ça vous gagne. Tout le monde le sait! La sédentarité demeure toutefois un problème en Suisse: 25% de la population ne fait pas assez d’activité physique et les conséquences sur la santé sont multiples.