Oser le yoga

Dernière mise à jour 26/11/20 | Article
oser_le_yoga
Tout auréolé de vertus spirituelles et thérapeutiques, le yoga peut intimider tant il semble exiger souplesse et calme intérieur. Il se veut pourtant accessible à tous et bienfaisant.

S’il existe des écoles assez dogmatiques et élitistes, le yoga est pourtant, dans son acception fondamentale, ouvert à tous sans condition. Par exemple, le yoga «restauratif», autrement dit destiné à réhabiliter un corps marqué par l’accident ou la pathologie chronique, reprend ainsi tout son sens étymologique: une invitation à «unir l’esprit au corps», dans le plus grand respect de ses limites. C’est cette approche que défend et enseigne Solar Pope, professeure de yoga à Genève. «Un corps qui souffre exprime par la douleur et l’inflammation que l’usage qu’on lui impose ne lui convient plus», analyse-t-elle.

Une douleur chronique ou une convalescence sont des indications très propices à la pratique d’un yoga doux, comme le Yin yoga ou le hatha yoga. «Accessible, ce type de pratique sait s’adapter à chacun. Il offre ainsi une récupération physique, une meilleure circulation ou gestion de la douleur, mais également une rencontre avec soi», précise Solar Pope.

Renouer avec l’intelligence naturelle du mouvement

C’est l’un des bénéfices les plus puissants du yoga que de mobiliser et d’aiguiser les capacités d’attention. Son enjeu? «Renouer avec l’intelligence naturelle du mouvement, qui est aussi essentielle que l’alimentation ou la respiration. A ce titre, le Pilates et le yoga ne sont que des prétextes pour explorer ce mouvement, distinguer nos limites, débusquer nos peurs, nos tensions insoupçonnées (remarquons-nous réellement ces contractions involontaires de nos mâchoires ou de nos épaules quand nous sommes stressés?). L’occasion aussi d’adopter des mouvements plus adéquats avec notre état physique actuel. Sans cette prise de conscience, aucun progrès n’est possible», insiste la professeure de yoga.

Un point de vue partagé par le Dr Guillaume Muff, chef de clinique au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), pour qui de telles pratiques peuvent réellement contribuer à améliorer les pathologies chroniques de l’appareil locomoteur. «On ne dispose pas de données scientifiques fortes pour indiquer quel type de yoga pratiquer en fonction d’une pathologie définie, nuance-t-il, mais on sait que toute activité physique en zone aérobie (autrement dit, d’intensité modérée), comme c’est le cas pour le yoga ou le Pilates, offre un double avantage»: une nette amélioration de l’état psychique – via la relaxation – mais également somatique, «notamment au niveau de la musculature profonde, de la souplesse et de la stabilité, note le spécialiste. Avec de surcroît un risque de blessures très faible».

 

_____________
Paru dans Générations, Hors-série « Se soigner autrement – Gros plan sur la médecine intégrative », Octobre 2019.

A LIRE AUSSI

Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Altitude
bienfaits_l’altitude

Les bienfaits de l’altitude

Vivre ou séjourner à moyenne altitude est bénéfique, surtout si on y fait de l’exercice. Tout particulièrement...
Lire la suite
Bouger pour sa santé
boissons_isotoniques_utiles

Les boissons isotoniques sont-elles utiles?

Objet de nombreuses campagnes publicitaires, les boissons isotoniques promettent performances et résistance...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
LMD_entraîner_plus_fort

S’entraîner moins souvent mais plus fort accroît les résultats

Utilisé depuis des décennies dans les sports de fond, l’entraînement par intermittence à haute intensité connaît un succès sans précédent. Mais comme dans tout sport, des précautions s’imposent.
Supp_La Côte_Dossier_reprise_activité_alimentation

Reprise d’une activité physique: côté alimentation, on change tout?

Barres et gels énergétiques, boissons protéinées ou chargées en électrolytes: quelles denrées idéales consommer avant, pendant ou après l’effort. Et surtout, en avons-nous vraiment tous besoin? Les réponses de Maaike Kruseman, professeure au sein de la Filière Nutrition et diététique de la Haute école de santé de Genève.
Supp_La Côte_Dossier_remettre_sport_consulter

Se remettre au sport… mais consulter d’abord?

Pour se rassurer, évaluer le risque cardiovasculaire, adapter au mieux l’activité à son organisme tel qu’il est devenu, une consultation médicale peut se justifier. Mais pour qui et pourquoi? Éclairage du Pr Vincent Gremeaux, responsable du Centre de médecine du sport du CHUV.
Videos sur le meme sujet

Je marche pour aller au travail, est-ce aussi efficace que le sport?

Facile d’accès, la marche est un exercice simple qui est largement encouragé par les médecins. Mais est-elle suffisante pour remplacer une activité physique plus soutenue?

Les ados suisses ne bougent pas assez

Les jeunes Suisses ne bougent pas assez.

Les bienfaits de la danse sur le cerveau

La danse stimulerait les connexions cérébrales, préserverait la santé, réconcilierait le corps et le cerveau et pourrait ressouder le couple ou stimuler les équipes.